RDC : Regain d’insécurité à Goma

Font size: Decrease font Enlarge font
image Insalubrité - Manif a Goma, Juillet 2013

Plusieurs cas de cambriolages et de braquages ont été signalés la semaine dernière dans la ville de Goma chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Les malfrats  opéraient généralement dans la journée, indique l’inspecteur provincial de la PNC/Nord-Kivu au micro de la radio okapi, après avoir ajouté qu’une des victimes a été grièvement blessée par balle, avant de voir ses biens de valeur emportés par les assaillants.

Après une enquête lancée quelque jours après par la police dans cette ville dans le souci de sanctionner toute personne reconnue coupable dans cette affaire,  quinze présumés bandits à mains armées ont été récupérés et présentés, au cours de la parade hebdomadaire de la police. Au moment où, les habitants de Goma se disent préoccupés par la situation, la police affirme qu’il s’agit d’un banditisme lié aux fêtes de fin d’année qui approchent.

Selon l’inspecteur provincial de la PNC/Nord-Kivu, près de vingt présumés auteurs de cambriolages et braquages repérés dans deux quartiers de Goma et au marché central de Virunga sont tombés dans le filet des forces de sécurité depuis mardi dernier.  » Parmi ces malfrats, quatre ressortissants ougandais, et deux femmes « , avait indiqué en outre l’inspecteur provincial de la PNC/Nord-Kivu.

Les habitants de Goma, en outre s’inquiètent du fait que, ces braquages et cambriolages se passent souvent en plein jour. Ces derniers voient même derrière cette insécurité des infiltrations dans la ville de Goma.

Un avis qui n’est pas partagé par le chef provincial de la Police, le général Vital Awachango, qui appelle toutefois à la vigilance: « C’est très difficile d’accréditer une thèse qui n’est pas encore vérifiée. Mais néanmoins ce qui est observé c’est vraiment la criminalité. Et je crois avoir déjà prévenu bien avant que nous approchons de la fin de l’année et nous allons avoir des cas de criminalité. Mais quand même, il faut qu’il y ait de vigilance. »

Pour faire face à la recrudescence de la criminalité dans la ville de Goma, le général Awashango demande aussi que les mesures de surveillance soient renforcées aux frontières entre le Nord-Kivu et les pays voisins.

La société civile appelle à l’aide

La société civile de Goma, quant à elle dénonce la recrudescence de l’insécurité sur les tronçons Rutshuru-Kanyabayonga, Butembo-Beni et l’absence des mesures pour mettre fin à cette situation. Les responsables de cette organisation évoquent plusieurs cas de kidnapping et d’attaques de véhicules sur cet axe depuis quelques jours.

Ils rappellent le cas d’un minibus parti de Butembo pour Goma qui a été intercepté mercredi 21 octobre 2015 à Kahunga, dans le territoire de Rutshuru. Un jeune homme de 19 ans a été tué par les assaillants qui ont blessé trois passagers avant d’emporter trois autres dans la forêt.  Et celle d’un véhicule de la paroisse catholique de Kanyabayonga qui a été attaqué sur ce même tronçon. Les assaillants ont tué deux personnes et ont  enlevé d’autres voyageurs.

Les acteurs de la société civile de Rutshuru pensent que cette situation est banalisée par les autorités tant politiques que militaires qui ne prennent, selon eux, des mesures pour mettre un terme à ce phénomène, devenu récurrent. Ils estiment qu’il y a eu relâchement dans les rangs des FARDC engagées dans les opérations Sokola 2 dans cette région.

[Jocelyne Wandje Mbote]


Cet article a été lu 2606 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0