RDC : Beni, criminalité accrue

Font size: Decrease font Enlarge font
image ADF/NALU - Rebelles ougandais

Un groupe de présumés rebelles ougandais ADF a attaqué, mardi, une position des FARDC à Mukoko. Les Casques bleu de la MONUSCO, seraient aussi intervenus dans ces combats en lançant des roquettes en direction des rebelles. Le bilan, qui est encore provisoire, fait état de cinq personnes tuées - toutes des civils. Consécutivement à cette situation, des déplacements massifs des populations ont été observés dans la cité d’Oicha. Dans un message diffusé dans la soirée dans les médias locaux, l’administrateur du territoire de Beni, a appelé la population au calme. La veille de cette attaque, lundi, un conducteur de moto-taxi venait d’être tué avec ses deux clientes sur l’axe Mbau-Kamango. Les corps des victimes ont été retrouvés tout nus à même le sol. 

Un groupe de présumés rebelles ougandais ADF a attaqué, mardi 24 novembre 2015, une position des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) à Mukoko, à environ 5 Km au nord d’Oicha, chef-lieu du territoire de Beni dans l’extrême grand Nord-Kivu (Est de RD Congo).

L’attaque a eu lieu autour de 17 heures locales. « Les soldats loyalistes, qui étaient sur place, ont farouchement riposté contre cette attaque et les combats ont duré plusieurs heures », rapportent des sources militaires.

Les Casques bleu malawites de la MONUSCO, basés à Mutombo non loin d’Oicha, seraient aussi intervenus dans ces combats en lançant des roquettes en direction des rebelles. Le bilan, qui est encore provisoire, fait état de cinq personnes tuées. « Toutes des civils, elles ont été atteintes par balles lorsqu’elles tentaient de se sauver », ajoutent les mêmes sources.

Consécutivement à cette situation, des déplacements massifs des populations ont été observés dans la cité d’Oicha. Des hommes, femmes et enfants,portant des fardeaux et des animaux de la basse cour, ont quitté massivement les quartiers Tenambo, Mamiki, Kikanda et Mabapula au nord d’Oicha, en direction du centre commercial où ils ont trouvé refuge, les uns dans des familles d’accueil, les autres dans les salles de classe des écoles.

Dans un message diffusé dans la soirée dans les médias locaux, l’administrateur du territoire de Beni, Bernard Amisi Kalonda,  a appelé la population au calme. « Chacun doit rester là où il a trouvé refuge parce que nos forces  armées sont en patrouille à la recherche de l’ennemi », a-t-il lancé en Kiswahili, la même soirée.

Criminalité accrue

La veille de cette attaque, lundi 23 novembre, un conducteur de moto-taxi venait d’être tué avec ses deux clientes sur l’axe Mbau-Kamango, dans une embuscade signalée dans la soirée au niveau du Point Kilométrique 25, aux environs de 18 heures locales.

Les auteurs sont un groupe d'hommes en armes non autrement identifiés. Les corps des victimes ont été retrouvés tout nus à même le sol. Les auteurs de ces actes ignobles courent encore dans la nature.

[Jack Maliro Katson]


Cet article a été lu 2368 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0