Kinshasa : Les expulsés de Brazzaville vivent dans des conditions inhumaines

Font size: Decrease font Enlarge font
image Kinshasa - Les expulsés de Brazzaville

La situation dans laquelle vivent nos compatriotes expulsés de Brazzaville lors de l’opération  » Mbata ya ba kolo  » qui s’est déroulée en avril dernier, devient de plus en plus inquiétante. Abandonnés à leur triste sort, ils  vont faire bientôt une année depuis que ces expulsés dorment dans des conditions inhumaines.

Après les nombreux cris d’alarme lancés auprès des autorités congolaises, l’on constate qu’aucun geste de charité n’a été manifesté. Ils n’ont pas de logements, pas de toilettes, pas de douches, bref ils sont dépourvus de tout. Des fois, ces sinistrés manquent de quoi se mettre sous la dent, c’est ainsi que la plupart de leurs enfants se livrent à la mendicité.

En effet, hier en passant à côté de ce site situé sur l’avenue Kabambare en face de la maison communale de Kinshasa, j’ai fondu en larmes en voyant dans quel état se trouvent ces nombreuses familles, après la pluie qui s’est abattue sur la ville aux environs de 9 heures.

Le spectacle n’était pas beau à voir. Ils étaient tous sous eaux y compris leurs biens, matelas, nattes, habits, casseroles etc. Ces scènes désolantes, dépassent parfois tout entendement. L’on se pose mille et une questions dont celle de savoir si les autorités se rendent compte du calvaire que vivent ces compatriotes.

Et pourtant en République démocratique du Congo, nous avons un ministère des Affaires sociales, action humanitaire et solidarité nationale. Ce ministère est sensé s’occuper de cas précis, mais jusque la rien n’est encore fait.

Aujourd’hui, ces sinistrés n’ont pas besoin des moustiquaires imprégnés d’insecticide, ils n’ont pas besoin des bâches pour renforcer leur hangar, mais  ils ont plutôt besoin d’une prise en charge. Ils ont besoin d’un logement décent qui leur permettra d’être à l’abri, car il faut signaler que ces derniers sont exposés à plusieurs dangers comme les épidémies (à cause de la promiscuité), l’insécurité, les accidents car leur site se trouve juste à quelques mètres d’une artère principale. Ils sont également exposés aux intempéries. Vu que l’on se trouve en pleine saison des pluies,  les autorités doivent les délocaliser de ce site pour un endroit plus accueillant.

Cette situation devrait interpeller, au préalable, les autorités congolaises lors des réunions de comité mixte entre Kinshasa et Brazzaville. Elles devraient insister sur le dédommagement de tous les Congolais qui avaient été dépouillés de tout leurs biens et chassés d’une manière illégale. Cela aurait peut être permis à ces sinistrés de se prendre en charge. Mais malheureusement ce point a été oublié lors de la  réunion du comité mixte.

Ce qui revient à dire que les autorités congolaises doivent prendre leur responsabilité en mains. Ils doivent soutenir ces personnes qui ont subi  l’injustice  des autorités du Congo Brazzaville.

Par ailleurs, les Congolais doivent tirer une leçon de ces expulsions. Qu’ils ne se précipitent pas à rentrer à Brazzaville oubliant ce qu’ils ont vécu il y a peu parce qu’on vient de supprimer le visa.

Cela veut tout simplement dire qu’ils doivent se conformer aux normes d’immigration avant de s’installer chez autrui tout en sachant qu’on est mieux que chez soi.

[Princesse Iso Bomba]


Cet article a été lu 2211 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0