Plusieurs civils tués par balles : Une journée sous tension en RDC

Font size: Decrease font Enlarge font
image Manifestation à Kinshasa, lundi 19 Janvier 2015

Des affrontements opposaient lundi matin des jeunes aux forces de l'ordre dans plusieurs quartiers populaires de Kinshasa, où les accès aux Parlement étaient hermétiquement bouclés pour empêcher une manifestation d'opposants. Ces heurts ont notamment eu lieu dans les environs de la place Victoire, et près du campus de l'Université de Kinshasa (Unikin), dans le sud de la capitale. Selon des sources credibles, plusieurs civils ont été tués par balles. Les mêmes sources ont également confirmés que, plusieurs personnes sont blessés par balle. Appel à la police : Laissez le peuple Congolais manifester, la volonté populaire est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics.

Un important dispositif de sécurité a été mis en place à Kinshasa en prévision de l'appel à manifester de l'opposition contre le projet de révision de la loi électorale en RDC. Des incidents auraient par ailleurs eu lieu dans le sud de la capitale, où la police aurait tiré à balle réelle pour disperser une manifestation d'étudiants.

La capitale congolaise vit une journée sous tension. Un collectif formé autour de membres des trois principaux partis de l'opposition avait appelé, la semaine dernière, les habitants de Kinshasa "à occuper massivement" le Parlement lundi pour faire obstacle au projet de révision de la loi électorale.

Après l’adoption, samedi 17 janvier, de la loi électorale par l’Assemblée nationale, le Sénat devrait étudier à son tour le texte, dès ce lundi, qui lie la tenue des prochaines élections législatives et présidentielle aux résultats du recensement général. Un projet susceptible d'aboutir à un report des scrutins prévus pour fin 2016 et le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila.

En réponse à cet appel à manifester, très tôt ce matin, des centaines de policiers et de soldats de la Garde républicaine (GR), armés, bloquaient les accès dans un large périmètre autour du Palais du peuple, siège du  Parlement de la RDC. Un hélicoptère de l’armée patrouillait également dans le ciel alors que le quartier administratif de Gombe était sous haute surveillance policière.

Le périmètre de sécurité autour du Palais du peuple incluait également les sièges de plusieurs partis politiques d'opposition. Dans un communiqué, l'Union pour la Nation congolaise (UNC), troisième parti d'opposition au Parlement, a dénoncé le déploiement des policiers autour de son quartier général. "26 personnes dont deux leaders, Vital Kamerhe et Jean-Claude Muyambo se trouvent bloqués dans ce bâtiment où ils préparaient la première grande offensive de l'opposition" lundi, indique le texte.

Mais c'est dans le sud de la capitale que la situation semble avoir dégénéré. Des incidents ont éclaté entre des étudiants hostiles au président Kabila et les forces de l'ordre. Pour les disperser ces dernières auraient tiré plusieurs coups de feu. Un journaliste de l'AFP a pu constater qu''un homme avait été blessé par balle, tandis que d'autres témoins affirment avoir vu un deuxième blessé.

(Avec AFP)


Cet article a été lu 8457 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0