RDC : Traque de kuluna à kin, il existe encore certaines poches de résistance

Font size: Decrease font Enlarge font
image Kuluna

Un mois presque  depuis que les autorités de la Police nationale congolaise ont lancé l'opération Likofi. Satisfaites de cette opération, les populations congolaises ont souhaité qu'elle continue et s'étende également sur d'autres formes de banditisme étant donné que les résultats par elle produits sont probants et visibles. Comme l'ont indiqué la plupart des observateurs, il ne faut pas qu'on puisse croire que tous ces enfants appelés Kuluna sont neutralisés ou traqués. Ce qui va sans dire qu'il existe encore certaines poches de résistance.

C'est le cas enregistré au quartier 2,  camp 15 situé dans la commune de Masina où on nous signale qu'un groupe de jeunes gens avec  à leur tête, un certain Kwede, continue à terroriser la population malgré le lancement de l'opération Likofi.

Selon les habitants de ce quartier, ces jeunes gens proviennent du quartier Mokali pour venir opérer au camp 15 sans être inquiétés. Ce qui s'est passé dans la nuit du samedi au dimanche en est une parfaite illustration. La cible était une cabine téléphonique appartenant à une personne vivant avec handicap.

Aujourd'hui cette cabine téléphonique ressemble à un terrain vide car téléphones, accessoires,  argent et autres objets de valeurs ont été emportés par ces inciviques après avoir agressé le cousin du propriétaire de la cabine téléphonique qui fait la garde.

A en croire notre source, les malfrats ont fait d'abord incursion dans le lieu de deuil cette nuit-là avant de s'attaquer à cette pauvre petite  entreprise qui rend un loyal service aux habitants du coin. Comment ces jeunes gens peuvent se permettre d'agir ainsi alors que des échos venant d'autres quartiers de la capitale, font état de l'arrestation de leurs collègues qui se sont comportés en maitres du terrain ? Devrions-nous dire que l'opération Likofi n'a pas été effective dans ce coin de la capitale ? Telles sont les préoccupations que soulèvent certains observateurs. Mais d'après certaines indiscrétions, si ces jeunes gens sont parvenus à commettre ce forfait, c'est  parce que ce quartier est dépourvu d'un sous-commissariat de la police et aucune patrouille policière n'a été visible depuis le lancement de ladite opération.

Face à cette situation tragique, les habitants du quartier 2 camp 15 interpellent les autorités policières en charge de cette opération à pouvoir déployer les éléments de la police dans ce quartier pour traquer ces hors- la loi qui continuent à y semer la terreur. Ils souhaitent également l'implantation d'un sous-commissariat de la police pour assurer la sécurité des paisibles citoyens.

[Camus Kinkumi Kamitatu]


Cet article a été lu 13750 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0