RDC : Les menaces des groupes armés persistent encore au Sud-Kivu

Font size: Decrease font Enlarge font
image Mayi-mayi

Bien la situation sécuritaire soit restée sous contrôle des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) la semaine dernière, les menaces des groupes armés persistent encore dans le territoire de Kalehe, au Sud-Kivu, entre les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et les Rahiya Mutomboki. La nouvelle a été livrée mercredi par le porte-parole militaire intérimaire de la MONUSCO, le commandant Thibaut de Lacoste, au cours d’un point de presse hebdomadaire tenu à Kinshasa.

Selon ce dernier, les FARDC ont subi, le 27 mai, deux attaques de Rahiya Mutomboki à Mwabembe. Ces attaques ont été repoussées et ont provoqué la mort de trois combattants Maï-Maï.

Par ailleurs, un groupe de combattants FDLR a attaqué, le 28 mai, le village de Chaminume, à 3 kilomètres au Sud-ouest de Bunyakiri, tué quatre civils et brûlé le porte-parole des FARDC. Le même jour, une lettre de menace a été adressée par les Rahiya Mutomboki à l’unité des FARDC d’Irangi, près de Hombo.

D’après la source, les opérations de la Force de la Monusco se poursuivent. C’est ainsi que face aux menaces des FDLR et des Rahiya Mutomboki, l’opération Hawk Eye ou Œil du Faucon, assure une surveillance aérienne dans la zone de Hombo et Bunyakiri dans le territoire de Kalehe. Le 27 mai, une nouvelle réunion de sécurité s’est tenue à Bunyakiri avec les autorités locales. Et face aux activités croissantes des Maï-Maï Yakutumba sur le lac Tanganyika, l’opération «Cal Water ou Eau calme», s’est traduite par une présence navale de plusieurs semaines entre Uvira et Baraka jusqu’au 30 mai 2012. Une nouvelle opération «Safe sail ou Navigation sûre», a commencé le 5 juin. C’est la première opération de longue durée et de longue portée vers le Sud du lac Tanganyika.

Enfin, en plus des patrouilles régulières, plusieurs autres ont été menées conjointement avec les FARDC et la Police nationale congolaise (PNC), le 10 mai dans et autour de Shabunda, le 31 mai le long de la route de Walungu à Mukula. Bien que l’opération «Amani Kamilifu ou la Paix renforcée» soit toujours suspendue, la Force de la Monusco maintient trois postes de commandement conjoints et onze postes opérationnels pour assurer la protection des populations civiles.

Il faut signaler que dans les provinces de l’Est du pays, la situation sécuritaire a été jugée calme et sous contrôle la semaine dernière. L’on a signalé cependant la présence au Katanga des éléments Maï-Maï Yakutumba, ce qui constitue une menace sérieuse à la paix.

[Stephane Etinga]


Cet article a été lu 3951 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0