Home» RDC» Diaspora»

Diaspora RDC Ouganda : L'ambassadeur OKOTO organise et manipule les élections pour un candidat

Font size: Decrease font Enlarge font
image Jean Charles Okoto Lolakombe

Une vive tension règne au sein de la communauté congolaise de Kampala. A la base ? L’élection de monsieur Bahati Kayumbu comme Président de  cette colonie congolaise vivant dans la capitale ougandaise. Cette élection, organisée dans l’enceinte de l’Ambassade de la RDC, aurait été pilotée et manipulée par certains diplomates que l’on dit étre à la solde de l’ Ambassadeur Jean Charles Okoto.

Une lettre adressée à ce chef de la mission congolaise en Ouganda dénonce de nombreuses irrégularités qui ont entaché  ces élections pourtant organisées et supervisées par l’Ambassade du Congo à Kampala. 

Le candidat Bahati Kayumbu est accusé d’avoir fait usage d’un faut diplôme d’Etat et de faux documents établissant son état civil. Il lui est aussi reproché d’avoir un casier judicaire enrichi des irrégularités punissables, susceptibles de poursuites et non tolérables.

S’agissant du déroulement des élections, cette correspondance déplore la subtilisation des cartes d’électeurs,  le bourrage des urnes par des bulletins pré-cochés en faveur du candidat Bahati, la disproportion entre le nombre  d‘électeurs et le nombre des bulletins cochés…. Bref, un cafouillage organisé dans le simple but de faire triompher le candidat Bahati qui aurait des liens privilégié avec notre  d’Ambassadeur. Mais pour quelle raison ?

Pire, les signataires de cette lettre indique que  même des sujets non congolais et de congolais non résidents à Kampala ont eu accès à l’Ambassade et ont voté pendant que ceux en règle s’étaient vus empêchés de voter puisque favorables aux autres candidats. Les rédacteurs de cette missive vont jusqu’ à regretter le rôle jouer par les services de l’ANR pour favoriser l’élection de Bahati Kayumbu.

Notons en passant que le jour même de ces élections, la Police ougandaise avait jeté des bombes lacrymogènes pour disperser les congolais mécontents, attroupés devant leur ambassade.

Dans l’hypothèse où tout ce qui est raconté dans cette correspondance est vrai, il y a lieu de se poser la question de savoir à qui pourrait profiter l’émergence d’une personnalité douteuse et peu cultivé à la tête de la communauté congolaise de Kampala.  

Pour ceux qui ne connaissent pas le sieur Bahati Kayumbu, c’est le genre de quidam non recommandable qui ferait partie du réseau des larrons communément appelés « Frappeurs ».  Afin de couvrir ses multiples forfaits, il exploite un bar nommé Matonge dans un quartier périphérique de centre-ville de Kampala où des Congolais, d’une probité douteuse, vont se trémousser.  Et voilà le genre d’individu inculte qui devrait représenter la forte communauté congolaise de Kampala dans l’entendement des responsables de l’Ambassade de la RDC en Ouganda. Mais c’est quelle image donnons-nous aux Ougandais qui prennent déjà les Congolais pour des BMW (Beer, Money, Wifes) ?

Et pourtant, ce ne sont pas des candidats valables qui ont manqué parmi les Congolais vivant en Ouganda.  

Selon la lettre adressée à l’Ambassade de la RDC, le Docteur Mbilizi s’est vu écarté du processus par manque d’un élément du dossier au profit d’un Bahati habitué, dit-on, à graisser les pattes de certains larbins de l’Ambassade.  

Pour ceux qui connaissent la manière dont l’Ambassade du Congo à Kampala est dirigée, cette situation n’étonne pas.  En effet, cette mission serait truffée des noueurs d’intrigues, ce qui leur permettrait de bénéficier de certains avantages dans l’entourage du président Kabila.  Le personnel diplomate de cette Ambassade  se serait mué en des simples paillassons, des courtisans toujours prompts à se faufiler dans les aisselles  de l’Ambassadeur pour se maintenir aux bons postes.  

Plusieurs compatriotes estiment qu’il faudrait que le gouvernement congolais remette un peu d’ordre dans cette Ambassade de Kampala car il est inadmissible que des faits de ce genre puissent se produire au vu et au su de nos voisins qui ne cessent de se moquer de notre pays.  

Alfred Bambalatiwe

Ci-apres le droit de réponse de « L’œil de la nation » concernant ces élections

ALERTE – ALERTE- ALERTE. L’ŒIL DE LA NATION!

Pendant que les vaillants soldats de la République Démocratique du Congo (FARDC) sont entrain de récupérer plusieurs localités occupées par les rebelles du M23, une autre rébellion constituée des collaborateurs du dit Mouvement vient de voir le jour le dimanche 28 juillet 2013 à Kampala.

A la référence, une buvette située à BUZIGA dans la périphérie de Kampala propriété de Monsieur PITO-LUKAYA s’est tenue une réunion qui a vu la naissance d’INGETA, mouvement situé en Afrique du Sud entretenu par des Combattants pour saboter toutes les actions du gouvernement dont les ténors étaient :

- PITO – LUKAYA

- SAAD MUMBERE WA MUBARAKA

- MBILIZI KASEKE EUSEBE

- GABRIEL MUGARUKA,

Tous collaborateurs directs du M23 que l’œil de la nation a le plaisir de vous décrire l’un après l’autre.

1. PITO LUKAYA

Congolais, aujourd’hui détenteur d’un passeport Sud-Africain. Toute l’opinion se souviendra de l’escroquerie du millénaire qui s’était déroulée à Goma où tout un avion était démobilisé à l’aéroport dont l’instigateur était : PITO LUKAYA, scène jouée par BOSCO- NTAGANDA et SULATANI MAKENGA.

Ami personnel du premier au départ et du second ensuite, sa résidence est transformée en bureau de liaison et maison de passage au service de la rébellion du M23.

L’œil de la nation informe ensuite que ce grand financier du dit mouvement a fait fabriquer des calicots ici à Kampala portant les inscriptions suivantes : « NON A LA MAUVAISE GOUVERNANCE DU REGIME KABILA, OUI A LA GESTION DU PAYS PAR LE M23 » sur lesquels il loue les mérites et la bravoure de ce dernier aux négociations de Kampala à MUNYONYO.

Interceptés, les porteurs de dits calicots sont arrêtés et citent nommément PITO LUKAYA le promoteur, ces derniers saisis par la police de KABALAGALA/Ouganda.

Ce pyromane, impliqué dans le faux et usage de faux est aussi assassin car sa conscience lui reproche de la disparition de Monsieur BIKONKE BITELI Barthelemy, un jeune Congolais dont lui seul connait les raisons.

Dossier en cours !

2. SAAD – MUBARAK BIREGO OU SAAD MUMBERE WA MUBARAKA ou encore SADDY MUMBERE WA MUBARAKA

Ce collaborateur de BOSCO- NTAGANDA qui était déçu par la déchéance de son ami aux commandes du mouvement ne savait plus à quel seigneur de guerre rendre ses bons offices était finalement récupéré par SULTANI – MAKENGA.

Au mois de décembre 2012, il accueil Monsieur MOHAMED à Kampala, un terroriste Tunisien qui a résidence à DUBAI aux Emirats-Arabes-Unis et à RIO DE JANEIRO au Brésil.

Ils louent un petit porteur (Kajjansi ; à mi chemin entre Kampala et Entebbe) qui les amène jusqu’à KISORO (air field), territoire ougandais situé à 12 km de la frontière congolaise de BUNAGANA. De là, ils prennent une PRADO jusqu’à la frontière où ils sont agréablement accueillis par SULTANI MAKENGA, ce dernier les amènent auprès de BOSCO NTAGANDA. L’œil de la nation ne connaît pas la suite et le but de leur visite à ce seigneur de guerre. Ce refugié connu au nom de SAADY-MUMBERE WA MUBARAKA (Num. UNHCR : 470-08H05721) est aussi détenteur d’un Passeport ougandais.

3. MBILIZI KASEKE EUSEBE

Pour rallier la cause du M23 à l’opinion congolaise de l’Ouganda Monsieur FRANÇOIS – RUCHOGOZA, ancien chef de la délégation du M23 aux négociations avait besoin du président de la diaspora congolaise en Ouganda.

Monsieur BAHATI- KAYUMBU Devis, qui provisoirement était à la tête de la diaspora avait catégoriquement décliné cette offre. C’est à ce moment que Madame JEANINE, une congolaise vivant à Kampala proposera à Madame Nene membre de la délégation de la société civile du Nord-Kivu aux négociations présentera le nom de MBILIZI – KASEKE alors candidat à la présidence de la Diaspora.

Le rendez-vous pris, Monsieur MBILIZI accepte de rallier tous les congolais de la diaspora à la cause du M23.

Malheureusement pour lui le chef de la délégation, du M23 Monsieur FRANÇOIS –RUCHOGOZA voulait lier l’utile à l’agréable, c’est-à-dire signer les accords avec le président de la Diaspora en exercice ; toutes ces propositions ont été rejetées.

4. GABRIEL MUGARUKA

Ce refugié qui prétend être le chef des défenseurs francophones des droits de l’homme (REDAC) a été inscrit aux idéaux du M23 par son beau-père (MUKANDIKIRE CESAR) , ancien directeur de campagne de BAGAYAMUKWE (BAGIS) leader d’un mouvement insurrectionnel à Uvira /RD Congo ; actuellement basé à Gisenyi au Rwanda, dans la résidence de Monsieur Cirimwami Ciribanya Xavier ex gouverneur du Sud-Kivu ; non loin du quartier RCD, aujourd’hui conseiller de Monsieur BERTRAND – BISIMWA ; président du M23 et assure la liaison entre KAMPALA et BUNAGANA.

Pour ses bons et loyaux services au mouvement, ce dernier lui a remis une petite voiture pour assurer sa mobilité et une somme de 7,500 $ usd comme prime après le recrutement de 20 jeunes congolais qu’il achemina à BUNAGANA pour atteindre sa base; la perturbation de la campagne de BAHATI KAYUMBU Devis et le financement de celle de SAAD MUBARAKA. Certes comme tout homme, le lecteur se demandera le pourquoi de toutes ces révélations et voudra savoir son aboutissement ; la réponse est celle-ci :

- L’œil de la nation avait annoncé dans son introduction la naissance d’un mouvement allié au M23 appelé INGETA et son but est de saboter les actions du gouvernement et de nuire les compatriotes non acquis aux causes de leur mouvement.

Pour soulager l’appétit à savoir du lecteur, les informations à la portée de l’œil de la nation révèlent que : 

- dans le souci de réorganiser la Diaspora Congolaise en Ouganda fissurée par des querelles intestines et des divisions, l’Ambassadeur JEAN-CHARLES OKOTO avait organisé l’élection du président dont trois Congolais étaient candidats à savoir :

• BAHATI- KAYUMBU Devis

• SAAD- MUBARAKA- BIREGO

• MBILIZI- KASEKE- EUSEBE

Après étude des dossiers et tenant compte des conditions d’éligibilité, Monsieur MBILIZI- KASEKE EUSEBE s’était vu éliminé de la course, les destinées de la Diaspora lui étaient défavorables.

Pour rester actif, il signe un accord de principe sur le partage de pouvoir avec SAAD MUBARAKA dont Monsieur GABRIEL- MUGARUKA devient directeur de campagne, tous ayant les mêmes idéologies et les mêmes bailleurs de fonds.

Le 19 juillet 2013, jour de l’élection à l’issue de laquelle Monsieur BAHATI- KAYUMBU Devis est proclamé provisoirement vainqueur avec 601 voix et SAAD- MUBARAKA 375 voix sur 985 Votants.

Entouré de ses 25 témoins lors du dépouillement des bulletins de vote, Monsieur SAAD- MUBARAKA accepte sa défaite à la proclamation des résultats par le président de la CEI au micro de la RTNC Kampala et l’aventure se termine à 19h 30’. Le résultat définitif est proclamé le 25 juillet 2013.

Le 26 juillet 2013, après la proclamation définitive des résultats, PITO- LUKAYA digère très mal cette défaite et voit d’un mauvais œil le contrôle de la diaspora échappé à leur mouvement.

Il convoque le 28 juillet 2013 une réunion au cours de laquelle INGETA voit le jour et promet de punir Monsieur BAHATI- KAYUMBU Devis dont son nom est repris sur une liste ainsi que ceux des membres de son état major et sympathisants.

En vertu de toutes ces révélations, l’œil de la nation s’assume, témoin à la réunion de cette date, il appelle tous les compatriotes congolais à la vigilance car le danger permanent à l’atteinte de la Diaspora s’appelle PITO- LUKAYA et annonce à ce dernier que toute atteinte à l’intégrité physique de n’importe quel congolais sera mise à sa charge.

L’histoire est têtue, mais elle mérite d’être dite.

Nous sommes obligés à comprendre cette réalité pour vivre en paix, et tous ceux-là qui utiliseront la voie de violence se verront sans protection de notre patrie càd mêmes nos ancêtres ne seront pas d’accord qu’un petit sang d’un congolais puisse couler au nom d’un soi-disant groupe. A bon entendeur salut !

L’œil de la nation.

N.B : L’œil de la nation a le plaisir de porter à la connaissance de tous les compatriotes congolais que Monsieur MBILIZI- KASEKE EUSEBE n’est pas médecin. Infirmier issu de l’ (Institut des Techniques Médicales) ITM en sigle de Bukavu, il s’investi dans les avortements forcés et fausses interventions chirurgicales qui mettent en péril la vie de plusieurs compatriotes congolais. Il met aussi en cause le prestige des médecins congolais pourtant réputés meilleurs sur le plan international. Le ministère de la santé va bientôt retirer son autorisation et fermer sa petite clinique suite aux plaintes enregistrées.

Attention ! Attention ! Attention !

L’œil de la nation

Signé:

1. Kalenga moyo

2. Pascal mushizi

3. Godel Mugaruka

4. bihogo chuchina

5. kagorogo maria


Cet article a été lu 7965 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0