Home» RDC» Diaspora»

Pour montrer leur loyalité au régime «KABILA» : Un Congolais tabassé à mort par la police belge

Font size: Decrease font Enlarge font
image Brutalité policière - Les traces de sang du Congolais Yves Mayele visibles au croisement de la chaussée de Wavre et de la rue Edimbourg.

Suite à une banale altercation verbale, un Congolais brutalisé par une dizaine de policiers qui l’ont plaqué au sol. Une policière n’a pas trouvé mieux que d’écraser la tête du malheureux avec son pied. La scène a scandalisé des passants d’origine congolaise.

Des policiers de la commune d’Ixelles se sont livrés mardi 20 décembre aux environs de 19 heures à une brutalité inqualifiable en passant à tabac le Congolais Yves Mayele. Suite à une banale altercation verbale, "Yves" a été brutalisé par une dizaine de policiers qui l’ont plaqué au sol. Malgré le sang qui coulait de sa tête ou machoire, l’homme a été menotté. Une policière n’a pas trouvé mieux que d’écraser la tête du malheureux avec son pied. La scène a scandalisé des passants d’origine congolaise. Le quartier était au bord de l’émeute. Des sacs poubelles jonchaient la chaussée. Un seul mot fusait, mardi soir : "provocation policière".

"Ce sont des méthodes dignes des Nazis", "Lâché-le, il n’a rien fait", "C’est de la provocation". Il est environ 19 heures, lorsque ces cris fusent au croisement de la rue Edimbourd et de la Chaussée de Wavre. Que s’est-il passé?

Après la manifestation organisée samedi 17 décembre à Bruxelles par la communauté congolaise de Belgique - et suite aux "débordements" qui ont eu lieu à cette occasion -, le bourgmestre de la Commune d’Ixelles, le PS Willy Decourty, a interdit "tout rassemblement" de plus de dix personnes dans le quartier de Matonge. Motif invoqué : "éviter de nouvelles émeutes". 

Depuis lundi 19 décembre, le Quartier Matonge est quadrillé par des policiers anti-émeutes particulièrement au niveau de la sortie du Metro Porte de Namur. Suite aux plaintes de plusieurs commerçants ayant subi des dommages matériels lors de ces rassemblements, les policiers se répandent également sur la chaussée de Wavre jusqu’aux environs du dancing "Mambo". Mardi 20 décembre, plusieurs agents de l’ordre armés de boucliers et matraques ont été déployés sur cette artère. 

Selon un témoin, Yves Mayele passait sur le trottoir lorsqu’il est interpellé par un policier. "Pourquoi me regardez-vous?", lui aurait lancé l’agent. En guise de réponse, dit le témoin, Mayele aurait marmoné un "juron". Aussitôt plusieurs policiers l’ont empoigné en le plaquant au sol". C’est ainsi que des passants ont dénoncé "cette arrestation arbitraire". "Il n’avait rien fait", soutient ce témoin avec une colère à peine contenue. Un autre témoin donne sa version : "Le Congolais avait lancé un panier vide sur un véhicule qui passait sans savoir qu’il s’agissait d’une voiture banalisée de la police. C’est ainsi que des policiers se sont jetés sur lui avec une brutalitée inouïe". Aucun policier n’a daigné répondre aux questions de l’auteur de ces lignes.

C’est cette brutalité policière qui a failli provoquer une émeute à Matonge. Plusieurs personnes se sont plaintes d’avoir reçu des coups de matraque pour avoir chahuté le traitement infligé à cet homme. C’est le cas notamment de Julie M. qui assure avoir reçu cinq coups de matraque. Un policier d’origine asiatique a été particulièrement stigmatisé pour sa "férocité". "C’est de la provocation policière", criaient plusieurs passants. "Trop c’est trop!", lançaient d’autres. Un activiste habitué aux manifestations organisées par la communauté congolaise de marteler : "La police d’Ixelles s’est livrée à des coups et blessures sur la personne d’Yves Mayele. C’est un acte de provocation indigne de la police d’un Etat démocratique. Cet incident ne se passera comme ça. Qu’on ne vienne pas demain nous dire que nous sommes des casseurs...".

Selon des témoins, Yves Mayele a été emmené dans un véhicule de la police. Mardi soir, une ambiance de crise de confiance semblait scellée entre la communauté congolaise et la police fédérale belge. Une police accusée, à tort ou à raison, d’avoir notamment "gazé" des manifestants congolais emmenés dernièrement dans une cellule à la caserne d’Etterbeek. Plusieurs plaintes auraient été déposées à la Commission "P", chargée d’exercer un "contrôle démocratique" sur les agissements des "flics".

B.A.W


Cet article a été lu 8374 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (1 posted):

mutombo on 22/12/2011 19:03:03
avatar
Vous perdez votre temps en belgique. Kabila est au congo et non en belgique. Pourquoi voulez vous passer le pont d'autrui? Bozonga mboka.
Thumbs Up Thumbs Down
-2
total: 1 | displaying: 1 - 1

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0