Home» RDC» Diaspora»

La HONTE : L'Ambassade de la RDC à Addis-Abeba dans le collimateur du Gouvernement éthiopien…

Font size: Decrease font Enlarge font
image Alexis THAMBWE MUAMBA - Ministre des Affaires étrangères de la RDC.

DE NOUVEAU : La diplomatie congolaise, alias (a.k.a) Joseph KABILA et Alexis TAMBWE MWAMBA, son ministre des Affaires étrangères, à l´affiche...

Un personnel diplomatique et une main d'oeuvre locale éthiopienne restés impayés depuis plus de dix ans, le Premier ministre éthiopien, Mélès ZENAWI, qui n´en peut plus de l´incapacité de l´État congolais à assumer ses responsabilités; pique une crise de nerfs et hausse le ton. « J´ai du mal à croire qu´il s´agit là du Grand Congo. Décidément, il y manque quelque chose d´essentiel [ndlr: l´État] [...] À défaut de régler cette affaire, nous allons nous-mêmes nous en charger en vendant ses immeubles », déclarait-il en substance.

On en dira jamais assez de la République Démocratique du Congo et de sa fameuse diplomatie qui n´en finit pas avec ses déboires. Malade de ce qu´ilconvient bien de qualifier de l´amateurisme, de l´incompétence et de l´irresponsabilité des dirigeants actuels, les différentes missions diplomatiques et consulaires congolaises, continuent - sans scrupule - à être exposés à une indéscriptible précarité et une humiliation permanentes. C´est en effet dans le cadre de la continuation cette longue série noire planant dangereusement sur ce beau et riche pays, qui a vu succéssivement au cours de cette même année 2011, ses ambassades en Suède, en Corée du sud, en Pologne et en Tchéquie, vidées des appartements et immeubles les abritant pour cause de non paiement de loyers que s´inscrit le triste épisode éthiopien, qui du reste, dure depuis plus de dix ans. À la seule différence que là-bas à Adis-Abeba, la représentation diplomatique n´est pas locataire de ses immeubles, mais plutôt proprietaire.  

Et à cet effet, il importe de rappeler qu´Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, étant par excellence - depuis 1963 l´année de sa création - le siège de l´ex-Organisation de l´unité africaine (OUA), devenue l´actuelle Union africaine (UA) depuis 26 mai 2001, est, et reste l´une des plus importantes capitales au plan diplomatique, vu son statut de future capitale du continent africain, autrement dit KATIOPA. Et c´est dans cette optique-là que le Président MOBUTU Sese Seko, sous la Deuxième République, fit construire sur un vaste site d´environ 5 000 mètres carrés, lui généreusement octroyé par le dernier empereur éthiopien, déchu en 1974, Sa Majesté Hailé SÉLASSIÉ, un complexe de quatre immeubles et annexes, pour servir de cadre à l´ambassade de la République Démocratique du Congo (ex-Zaïre) et de lieu d´habitation à l´ensemble du personnel diplomatique - ainsi que leurs familles - accrédité en Éthiopie. 

Exemptée par ailleurs de toute contribution foncière, il ne s´y pose par conséquent aucun problème de loyer à payer mensuellement pour l´ambassade. Au-delà bien entendu, d´autres charges relatives aux services - eau, électricité, téléphone, Internet - dont elle bénéficie de la part de différents prestataires pour son bon fonctionnement. Le problème se situe plutôt ailleurs. Car, il n´en reste pas moins que cette ambassade de la RD Congo d´Éthiopie est bourrée de difficultés et de litiges d´ordre financier dûs notamment au manque, ou plutôt pour parler net, au non versement par l´État congolais des subventions de fonctionnement et des salaires tant des diplomates que du personnel local éthiopien.

Depuis l´assassinat en janvier 2001 de M´zée Laurent-Désiré KABILA, ils n´ont à proprement parler touché aucun salaire. Et lorsque Kinshasa leur envoie sa modique bouffée d´oxygène, l´ambassadeur s´en empare.

Ainsi, contrairement au triste sort réservé à la plupart de nos ambassades et leurs personnels complètement voués à l´abandon par le Gouvernement congolais d´Occupation, celle d´Éthiopie, on se l´imagine vu son importance, reçoit malgré tout, et non pas par voie bancaire, mais des moyens peu orthodoxes, et ce, deux ou trois fois par an, une petite bouffée d´oxygène. C´est-à-dire une modique somme environ 100 000 dollars américains (USD), en guise d´aussi bien de frais de fonctionnement que de salaires d´un corps diplomatique composé d´environ vingt membres. Et cette bagatelle, une fois arrivée sur place, tombe dans les escarcelles de monsieur l´ambassadeur, Gérard MAPANGO KEMISHANGA qui s´en saisit, et en fait une rétribution à sa guise en se taillant la part du Lion. En termes plus explicites, plus ou moins 1 000 US dollars à chaque diplomate – à peine de quoi se nourrir pour un laps de temps - pour pouvoir lier les deux bouts du semestre. Et le reste, il s´en constitue son propre magot lui permettant de mener une vie de Pacha dans Addis-Abeba. C´est-à-dire : belle voiture de luxe, belles créatures fémines éthiopiennes en vrac, etc. 

Un personnage assez énigmatique, car nombreux sont ces Congolais qui se demandent s´il n´aurait pas d´aventure été catapulté depuis Kigali dans le Monde diplomatique congolais. Et faisant bien sûr partie du personnel militaro-politique et diplomatique rwandais déployé ou affecté en RD Congo, pour son assujettissement et son exploitation économique, par le sanguinaire tyran Paul KAGAME, indexé par le Rapport Mapping de l´ONU publié en octobre 2010 pour crimes de guerre et de génocide contre des populations civiles au Congo.

Et quant aux employés éthiopiens, qui sont soit : chauffeur, concierge, plombier, électricien, etc. Pas de salaires du tout depuis dix ans. Rappelons ainsi que cette lamentable situation perdure depuis l´assassinat de M´zée Laurent-Désiré KABILA, le Soldat du peuple. Son tombeur et bouffon successeur qui n´a pu - en 10 ans de pouvoir absolu - versé le moindre franc, continue pourtant tout bonnement à jouer à << Un Prince à New York >> à Kinshasa. Pour rappel, un Prince New York est le titre et le personnage principal d´un film à succès des années 80, dont le rôle fut incarné par le célèbre acteur-comédien américain, Eddy Murphy. C´est donc par ce sobriquet codé, d´une médiocrité pitoyable, que l´on a choisi dans les milieux de la Mission des Nations unies en RD Congo, l´ex-MONUC devenue depuis la MONUSCO – pour se moquer bien sûr du peuple congolais – de désigner l´imposteur rwandais que les mêmes ont illégitimément imposé au pouvoir en novembre 2006. Quel affront pour tout d´un peuple!

Et actuellement, ce dernier qui ne pense qu´à rééditer son forfait de 2006, met déjà tout en oeuvre pour un prochain Hold-up électoral à l´occasion de la présidentielle à un seul tour prévue pour le 28 novembre 2011, afin de se maintenir ainsi au pouvoir en terre étrangère. Ceci, grâce au précieux concours de M. Ngoy MULUNDA, président de la soi-disant << Commission électorale indépendante nationale (CENI) >>, qui se livre au verouillage et à la manipulation du fichier électoral, tel que dénoncé par les partis politiques d´Opposition. Tous les ingrédients (soldats et mercenaires étrangers) semblent avoir été apprêtés par celui-ci et sa bande de malfrats, pour mettre à feu et à sang la RD Congo après leur défaite que tout indique certaine.

Tous, Congolais comme Éthiopiens restent impayés, mais ils continuent pourtant de travailler en se livrant à la débrouille pour pouvoir s´en sortir...

Bien que n´étant plus rémunérés depuis des lustres, aucun des diplomates congolais, ni encore moins aucun de leurs compagnons d´infortune éthiopiens pour ainsi dire, n´a déserté son poste de travail à l´ambassade. Bien au contraire, ils y restent contre vents et marées. Et grâce aux différentes exonérations notamment fiscales dont bénéficient les diplomates dans l´achat de certains produits de consommation, chacun essaie à sa manière, et autant que son esprit de débrouillardise l´inspire, d´en tirer le meilleur parti possible, afin de subvenir à ses besoins ainsi qu´à ceux de sa famille. C´est notamment le cas d´un de nos infortunés amis éthiopiens qui est là depuis plus d´une vingtaine d´années. De son état chauffeur d´ambassade, maîtrisant en outre aussi bien le lingala que le français. Ce dernier s´est simultanémment reconverti chauffeur de taxi et guide, spécialisé dans le transport des Congolais en visite à Addis-Abeba. Une ville dont il connaît  la cartographie à la perfection, au point qu´il y a fort à parier - disent ceux qui ont joui de ses services - que même les plus avancés systèmes de navigation et de géolocalisation (GPS), souffriraient d´insuffisances technologiques à pouvoir l´égaler en précision. Il en est de même des horaires de vol à destination ou en provenance de Kinshasa de la compagnie aérienne nationale Ethiopian Airlines, qu´il connaît aussi bien que les aiguilleurs du ciel depuis leur tour de contrôle de l´Aéroport international de BOLE. 

L´homme est toujours là à l´heure qu´il faut, pour conduire ses clients à n´importe quel recoin de la ville ou pour les ramener à l´aéroport. Ainsi, parallèlement à cette activité, et grâce à sa carte de travail, il achète à des prix hors taxes certains produits de consommation très prisés tels que : parfum de marque, vins de qualité, liqueurs, caviars, fournitures scolaires et consorts, qu´il revend par la suite au marché parallèle en y mettant un peu d´intérêt dessus. Et c´est grâce à la combinaison de ces deux métiers improvisés qu´il arrive à se tirer d´affaire.

On est empoigné par le sort subi par certains d´entre eux, Congolais comme Éthiopiens indistinctement. Ainsi, les enfants et leurs mères veuves en font les frais...

Ainsi, dans la trame des infortunes de nos amis d´Addis-Abeba, l´on se souviendra particulièrement de feu monsieur TUKUMBANA, décédé il y a peu longtemps. Ancien Chargé d´Affaires longtemps resté en poste, et dont l´épouse congolaise d´un certain âge et pleine de fair-play, ne pouvant lui donner d´enfants, lui accorda d´en épouser une seconde plus jeune. Et ce fut sur une fille du pays, donc une Éthiopienne, que monsieur porta son dévolu. Et celle-ci eut avec le dipolmate deux enfants aujourd´hui âgés d´une quinzaine et douzaine d´années. Après la mort inopinée du diplomate, pour des raisons évidentes dont on peut facilement s´imaginer, les relations entre les deux ex-coépouses se dégradèrent. Sa veuve éthiopienne se retrouva seule avec deux enfants à sa charge, et sans aucune ressource pour pouvoir scolariser et élever décemment ceux-ci. À ce propos, soulignons au passage que les deux rejetons se font régulièrement expulser de l´école par défaut de paiement des frais de scolarité (minerval). 

Et depuis lors, au-delà de la querelle d´intérêt entre les deux ex-coépouses, une vraie bataille sociale s´engagea entre la mère de ceux-ci - donc l´Éthiopienne - d´un côté, et l´Ambassade de la RD Congo de l´autre. Avec pour but : tenter - conformément aux dernières volontés de son défunt mari diplomate - de récupérer les arriérés de salaire du disparu, pour ainsi se constituer un capital qui lui permettra d´élever les enfants. Mais malheureusement jusqu´à ce jour, sans succès.

Il y a également pour ne citer que ces deux cas, la triste expérience d´un vieil officiel rétraité de la Marine éthiopienne, qui s´était lui reconverti dans le gardiennage, et assurait des années durant la sécurité du site et des immeubles de l´Ambassade de la RD Congo à Addis-Abeba. Et ceci, sans pour autant avoir pu toucher le moindre salaire depuis M´zée Laurent-Desiré KABILA. Le vieil homme était lui aussi décédé depuis 2008, en pleine bataille pour recouvrer ses droits vis-à-vis de son employeur. C´est ainsi que sa jeune épouse reprit à son tour le flambeau de cette lutte, dans l´espoir de récupérer ce qui leur est dû. Hélas! Épuisée de toutes ses forces par des années d´un duel inégal, face à un adversaire qui ne peut être poursuivi en justice, et rongée par maladie due au manque de soins appropriés, la pauvre qui a vu sa santé se dégrader progrèssivement, finit elle-même à son tour par succomber sans avoir pu obtenir gain de cause, en laissant derrière elle une orpheline (fille) en bas âge.

Alors que les Congolais semblent être résignés à leur sort, les infortunés éthiopiens par contre, sachant qu´il ont un État, se sont tournés vers leur Gouvernement pour tenter d´obtenir le fruit de leur travail.

Ne dit-on pas que tout travail mérite un salaire? Ainsi, les employés d´ambassade éthiopiens qui se sont vus flouer et traiter comme des vulgaires bénévoles après tant d´années de bons et loyaux services rendus à la République Démocratique du Congo, n´ont plus eu d´autre alternative que de se tourner vers leur Gouvernement pour tenter d´obtenir gain de cause. Sachant qu´ils ont un État responsable, qui les protège ainsi que leurs intérêts, ils se sont donc à maintes reprises saisis de leur ministère des Affaires étrangères, de qui relève la compétence de ces genres de questions litigieuses, même si c´est vrai que le succès tarde toujours à venir. Les ministres éthiopiens qui se sont succedé à ce poste depuis dix ans dont Seyoum MESFIN qui est parti en 2010, tout comme son actuel successeur, ont eux aussi de leur côté, plus d´une fois, dû convoquer l´ambassadeur congolais et représentant permanent de la RDC près de l´Union africaine, pour lui demander de régler tous les litiges qui fusent de toutes parts, notamment celui d´arriérés de salaires, vieux d´une décénnie entre la représentation diplomatique ou sinon l´État congolais, et leurs compatriotes. Mais en vain...

En fin de compte, suite à l´insistance pressante des Éthiopiens exploités par l´ambassade de la RD Congo qui ne lâchent pas du tout l´affaire et revendiquent constamment ce qui leur est dû, l´actuel ministre éthiopien des Affaires étrangères, M. Hailé Mariam DESSALEGN, à l´instar de son prédécesseur, s´est à son tour saisi de son figurant d´homologue congolais, M. Alexis TAMBWE MWAMBA, qui comme à l´accoutumée, continue de faire la sourde oreille en ne donnant aucune suite à son collègue. Certaines sources crédibles laissent entendre que le ministre congolais qui par ailleurs, semble avoir réinventé le principe de la continuité de l´État, se dit ne pas pouvoir être en mesure de résoudre un problème qu´il serait venu trouver. L´État rappelons-le, demeure le même au-delà de la personne des dirigeants, au-delà des différents régimes et des alternances politiques. Abandon de responsabilités ou véritable aveu d´incompétence?

De même, la RD Congo n´est toujours pas en règle à Addis-Abeba, au niveau des cotisations à l´Union africaine. Ce qui a pour conséquence : le peu de visibilité des diplomates congolais dans les institutions internationales. À y regarder avec un minimum de lucidité, on s´aperçoit vite il s´agit bien là d´une politique de sape délibérée des Occupants, visant à affaiblir le Congo partout où il est censé être fort sur la scène diplomatique mondiale. Et de là, vous comprendrez pour par exemple : pourquoi le Rwanda et l´Ouganda en particulier, n´ont jamais été formellement condamnés par l´Union africaine, pour leurs invasions récurrentes du territoire national congolais et tous les crimes de guerre, économiques et de génocide qu´ils y commettent, en violation flagrante tant de la charte de la même union que du droit international. 

Rappelons que le même Alexis TAMBWE MWAMBA, faisant plus figure de spécialiste en lecture des Communiqués conjoints qui, en juillet dernier, lors de la visite d´État du président sud-coréen Lee MYUNG-BAK à Kinshasa, vantait les mérites de la Corée du sud, en occultant de préciser à l´opinion publique congolaise que les diplomates en poste, mais laissés à l´abandon dans le pays de ce même hôte de marque, s´étaient fait quelques deux mois auparavant expulser des locaux de leur ambassade à Séoul, par défaut de paiement de loyer caractérisé. 

Une situation tout autant paradoxale qu´incompréhensible, lorsque l´on sait que le pouvoir d´Occupation dilapide l´argent du contribuable congolais, en effectuant d´importants transferts de fonds s´élevant à plusieurs millions de dollars US, vers ses trois ambassadeurs barbouzes accrédités en France : feu Nzoku MYRA , en Belgique : Mova SAKANYI, et en Grande-Bretagne : KIKAYA Bin-Karubi  ; lesquels s´en servent depuis leurs bureaux transformés en base-arrière, pour lancer des opérations de déstabilisation et de tentatives de corruption  des résistants-combattants au sein de la diaspora d´Europe, qui donnent du fil à retordre et des insomnies au régime d´Occupation. Dans le même temps, les 540 diplomates congolais dans 65 missions diplomatiques et consulaires à travers le monde, vivent dans la galère et précarité, en inspirant ainsi la pitié pour leurs homologues étrangers. Nombreux sont ceux d´entre eux, qui aujourd´hui, sont nostalgiques des années fastieuses sous le Maréchal MOBUTU Sese Seko. Toutefois, ceci vient étaler au grand jour que l´image de marque de la RD Congo et le bien-être de son peuple sont pour les Occupants au pouvoir: les derniers de leurs préoccupations. 

Le Gouvernement éthiopien par la voix de son Premier ministre, Mélès ZENAWI, déplore l´attitude de Kinshasa et hausse le ton, en menaçant d´exproprier la RD Congo.

Dans la foulée, le chef de la diplomatie éthiopienne étant lassé par l´attitude irresponsable des autorités de Kinshasa, a fini par se rabattre sur - au cours d´un récent Conseil des ministres - son patron le Premier ministre éthiopien et l´homme fort du régime, Son Excellence Mélès ZENAWI, afin que soit décantée cette humiliante situation pour toute une république. C´est-à-dire apurer les dettes et les arriérés de salaire accumulés par la chancellerie vis-à-vis de leurs ressortissants depuis des années. 

Hélas ! Cette situation n´ayant que trop longtemps duré, sans que les dirigeants congolais n´aient fait preuve d´une réelle volonté de vouloir la régler une bonne fois pour toutes ; et de peur que celle-ci ne soit de nouveau renvoyée aux calendes grecques tel ça jusqu´ici été le cas, Mélès ZENAWI n´est pas allé par quatre chemins en se privant pour une fois d´user la langue de bois qui le caractériserait, a-t-on souvent entendu dire. Il hausse le ton et lance un ultimatum au Gouvernement congolais en ces termes: << J´ai du mal à croire qu´il s´agit là du grand Congo. Décidément, il y manque quelque chose d´essentiel [ndlr: l´État ] [...] À défaut de régler cette situation, nous allons nous-mêmes nous en charger en vendant ses immeubles. >> Ceci dit, pour être plus clair dans l´expression : la patience du Gouvernement éthiopien a atteint ses limites, et que si rien n´était fait par les autorités de Kinshasa dans un délai raisonnable, la mission diplomatique de la RD Congo se verrait sans autre forme de procès exproprier de ses immeubles, dont le produit de la vente servirait ensuite à apurer ses dettes vis-à-vis de tous ceux - personnes physiques ou morales éthiopiennes - envers lesquels elle est redevable. Voici donc l´image de marque de la RD Congo que les dirigeants du pouvoir d´Occupation de Kinshasa veulent imposer au monde.

De ce qui précède, il paraît plus qu´impérieux que la réforme et le développement d´une véritable diplomatie internationale (congolaise) s´imposent. Il importe cependant de préciser dans le même ordre idée  qu´à l´image de la Défense et de la Sécurité nationales, la fameuse diplomatie congolaise - si diplomatie il y a - est gérée personnellement par alias Joseph KABILA, sous bien entendu haute surveillance du son mentor de Kigali. Encore faudra-il déjà pour atteindre cet objectif, avoir comme préalable à la tête de la RD Congo: un vrai président visionneur et surtout Congolais. N´est-ce pas qu´une telle tâche ne peut être confiée à un inconnu étranger ? Arrivé chez nous par effraction avec la guerre de l´AFDL de 1996, lequel bonhomme s´est illustré dans une longue série de massacres à grande échelle notamment dans les provinces du Kivu, de l´Équateur , et dans la région de Kisangani. On pense en particulier aux  camps de réfugiés de Mugunga et de Tingi-Tingi, qu´il avait fait bombardés à l´armée lourde sur ordre de Paul KAGAME en 1997, décimant ainsi plus de 250 000 victimes dans les rangs de ses compatriotes Hutus rwandais et des Congolais. 

En outre, c´est encore lui qui, en 1999, fit massacrer peu avant l´abandon de la ville de Pweto aux mains de ses compagnons d´arme de l´armée d´agression rwandaise dite APR: plus de 250 officiers de l´armée congolaise, essentiellement des anciens FAZ (Forces Armées Zaïroises). Ce bonhomme qui à lui seul, réunit tous les critères lui conférant le statut d´un véritable Tueur en série << rwando-tanzanien >> est aussi l´assassin de Serge MAHESHE, journaliste de la Radio Okapi, de Floribert TSHEBEYA, activiste des Droits de l´Homme, ainsi que d´Armand TUNGULU, patriote résistant, éliminés respectivement en juillet 2007, en juin et en octobre 2010. Bref, un génocidaire tout fait et bien connu des Nations unies et des organisations de défense des Droits humains. À peine instruit,  le cursus professionnel de ce bonhomme - avant d´être catapulté à la tête de la RD Congo par la force des crimes organisés en Afrique centrale - ne se résumait qu´en : ancien barman et ancien chauffeur de taxi de bas étage de Dar-es-salaam ? Qui dit mieux ? 

C´est en effet en faveur de ce bonhomme-là, qu´une frange de Congolais d´une très rare espèce, et vraisemblablement corrompus et traîtres, soit naïfs et ignorants des vrais enjeux de ce scrutin majoritaire; s´apprêteraient semble-t-il à aller voter lors de l´élection présidentielle à un seul tour du 28 novembre prochain (dans un peu plus d´une semaine). Et dans ce casse-tête congolais, le comble du choquant paradoxe est celui de voir qu´aujourd´hui encore, dans ladite Communauté internationale, certains dirigeants occidentaux, l´État hébreux ( Israël ), une quarantaine d´États membres de l´Agence internationale de l´ènergie atomique (AIEA) ainsi que des milieux de la Haute finance internationale, qui accusent la République Islamique d´Iran de menacer la paix et la sécurité tant régionales qu´internationales, en voulant - en violation du TNP = traité de non-prolifération nucléaire de 1968 - mettre au point en secret sa Bombe atomique dans ses installations nucléaires; continuer de soutenir ce prétendu fils du M´zee Laurent-Désiré KABILA, en tentant ainsi malhonnêtement de diaboliser à travers leurs médias dominants le candidat numéro 11 à l´élection présidentielle du 28 novembre 2011; lequel est pourtant mondialement reconnu comme: grand partisan de la non-violence, de la démocratie et de l´État de droit. C´est ridicule!

Et pourtant, comme par enchantement, ils en oublient tous de rappeler à l´opinion internationale que ce sont eux qui ont fabriqué cet Ogre, et que c´est bien lui qui fournit clandestinément aux Iraniens de l´uranium congolais. Matière première indispensable sans laquelle le régime des Mollahs n´aurait pu réalisé toutes les avancées technologiques qu´on lui reproche dans le cadre du devéloppement de son programme nucléaire militaire. Voici donc comment celui sur lequel l´Occident - jusqu´à preuve du contraire - a jeté son dévolu, gère la diplomatie congolaise au détriment du Congo et de ses alliés, ou plutôt ses maîtres... Ceci dit, les électeurs congolais sont tous investis de la mission sacrée de procéder à un vote utile et sanction, afin de mettre définitivement hors d´état de nuire cet énergumène rwandais, avant bien sûr sa réconduite hors nos frontières nationales.     

Enfin, pour en conclure avec le principal sujet du jour, n´étant pas susceptible d´être porté à la Justice compte tenu de l´immunité diplomatique qui couvre l´ensemble de la mission diplomatique, le contentieux entre les deux parties reste à ce jour non résolu. Décidément, la sortie de la diplomatie congolaise du long tunnel noir dans lequel elle s´est engouffrée, semble encore très éloignée tant que durera le régime d´Occupation en place...         

STOCKHOLM, le 19 novembre 2011

Pépin LULENDO


Cet article a été lu 9628 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (4 posted):

bibicia on 21/11/2011 11:48:47
avatar
C'EST PITOYABLE!!,PENDANT QUE KABILA DONNE A L'ASSOCIATION DE MAFIOSI, CRÉE PAR TSHIALA MUANA 100.000$ A CHAQUE MUSICIEN POUR UNE SEULE CHANSON A SA GLOIRE POUR LES ELECTIONS,JE ME DEMANDE QUI DIRIGE LE PAYS,LES MUSICIENS OU UN PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE??,J'AI HONTE D'ETRE CONGOLAIS.
Thumbs Up Thumbs Down
2
kekek on 21/11/2011 10:57:38
avatar
je suis sidéré par l'image que présente la grande RDC à l'étranger! le folklore socio-politique rdcongolais me dégoute dès lors. la réforme est necessaire: il fallait que les congolais aient le temps de raisonner, mais ce temps ils ne l'ont pas.
Thumbs Up Thumbs Down
1
jacks7 on 21/11/2011 08:54:03
avatar
Ces vendeurs de vents ont faient de la RDC un tigre en papier,Honte à vous Alexis Ntambwe avec votre chef de gang, l'imposteur rwandais H. Kanambe alias J. Kabila, y a pas photo un ancien chauffeur de Taxi ne peut pas dirigé un pays comme la RDC, les preuves sont là.
Thumbs Up Thumbs Down
2
Gaston Médard on 20/11/2011 18:56:21
avatar
J'ai lu ce document il y a deux jours, je ne vous dis pas quelle honte j'ai eue mes chers. J'en étais plus que dévasté. Dites à ces dirigeants ma.caques d'arrêter ! La honte est à son comble mes soeurs et frères. Pendant que des milliards sont jetés dans l'arène de la corruption pour acheter des consciences. Ce ministre éthiopien a tout résumé dans sa déclaration: "Il y a un problème, il y manque quelque chose: "l'ETAT". Comme quoi en confiant le pays à un pousseur de Cikudu, ce joyau ne pouvait que suivre la pente descendante de ce véhicule de fortune. Alors qu'il faudrait plus d'un homme pour remonter le col. Il faudrait plus qu'un simple sursaut patriotique ! Et pourtant le gang s'obstine à s'accrocher. Un seul mandat:pas mois de 8 cas d'expulsions de nos ambassades. Elles sont actuellement à la rue. Et ce, pendant que l'entourage du raïs caricature s'engraisse comme jamais. Venus avec des chaussures en bottes plastiques, ne sont-ils pas devenus des "milliardaires en dollars d'un dimanche". Par quel miracle ? C'est bien ce miracle qui fait déguerpir nos représentations diplomatiques et qui les soumet aux conditions de clochards internationaux.
Qui connait la culture éthiopienne du respect de biens publics vous dira: "dans ce pays là on ne rigole pas avec le bien public." C'est une question de vie ou de mort en Ethiopie, il n'y a pas plus sacré que les ressources de l'Etat: me confiait un ami "Djiboutien". Pitoyable !!!
Thumbs Up Thumbs Down
9
total: 4 | displaying: 1 - 4

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0