Trafic d'armes : « KABILA » continue de protéger le Général AMISSI

Font size: Decrease font Enlarge font
image Gabriel Amisi Kumba, alias, Tango Four

Le Conseil supérieur de la défense, qui s’est réuni mercredi 06 novembre 2013 à Lubumbashi (Katanga) sous la direction du président Joseph Kabila, commandant suprême des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et de la Police nationale congolaise (PNC), a « recommandé un complément d’informations en vue de se prononcer » sur le cas du général-major Gabriel Amissi suspendu de ses fonctions en novembre 2012.

« Le Conseil a reçu le rapport partiel de la commission d’enquête sur les allégations des Nations Unies contre le Général-Major Amissi Kumba Gabriel, et a recommandé un complément d’informations en vue de se prononcer », a déclaré le vice-Premier ministre Alexandre Luba Ntambo, ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants faisant le compte-rendu de la réunion extraordinaire.

Chef d'état-major de l'armée de terre, le général Amissi avait été suspendu de ses fonctions par le préside nt Joseph Kabila le 22 novembre 2012 pour avoir été cité dans un rapport d'experts de l'ONU l'accusant d'être impliqué dans un trafic d'armes destinées à des groupes armés dans l'Est de la RDC.

Dans ce document de 207 pages rendu public le 21 novembre, des experts indépendants enquêtant pour le compte des Nations unies avaient associé  le nom du général Amissi à de sombres affaires de ventes d'armes destinées à des groupes armés de l'Est du pays.

« Ce trafic d'armes se déploie jusqu'au Congo-Brazzaville, où les munitions sont achetées avant d'être acheminées clandestinement à Kinshasa puis transportées à l'Est du pays », avait expliqué le ministre des Médias Lambert Mende. Le président Joseph  Kabila avait alors ordonné une » enquête approfondie » sur  les responsabilités présumées du chef de l'armée de terre.

Très bon comportement des FARDC

Au cours de sa réunion, le Conseil supérieur de la défense a pris acte du « très bon comportement des FARDC » qui ont mis fin à l’occupation, depuis plusieurs mois, d’une partie de la RDC, particulièrement le territoire de Rutshuru, où les populations ont subi d’importants sévices.

Le président Joseph Kabila a présenté des « félicitations méritées » aux membres des Forces armées pour leur prestation sans précédent.

Après avoir suivi l’exposé du plan des opérations, sa conception, son exécution et le bilan ayant marqué la fin des combats, le Conseil a été informé qu’un stock important d’armes et munitions de types non utilisés par les FARDC et, visiblement fournies aux rebelles par des pays étrangers, a été découvert à Chanzu. Et, pour son édification, la presse tant nationale qu’international a été invitée à visiter ce sanctuaire des rebelles.

Tous les groupes armés appelés à déposer les armes

Le Conseil supérieur de la défense a lancé un « appel pressant » à tous les autres groupes armés nationaux et étrangers encore actifs sur le territoire national pour qu’ils saisissent l’opportunité leur offerte de déposer les armes et suivre le processus DDR, sinon ils y seront contraints par la force.

Il a, par ailleurs, donné des instructions pour que la Police nationale congolaise occupe les localités libérées, afin de sécuriser la population, notamment les déplacés et permettre ainsi la reprise des activités sociaux économiques pour le développement.

En rapport avec les événements survenus au Katanga fin octobre 2013, particulièrement à Lubumbashi, des instructions « claires et fermes » ont été données aux Forces armées, à la Police, aux services de sécurité, à la justice et à l’administration pour une solution appropriée.

Communiqué de presse du Conseil supérieur de la défense

Ce mercredi 06 novembre 2013 à 15 heures 15’, le Président de la République, Chef de l’Etat, Commandant Suprême des Forces Armées de la République Démocratique du Congo et de la Police Nationale Congolaise, Son Excellence Monsieur Joseph Kabila Kabange, a présidé à Lubumbashi une réunion extraordinaire du Conseil Supérieur de la Défense, regroupant autour de lui :

- Le Premier ministre, son Excellence Monsieur Matata Ponyo Mapon Augustin ;

- Le vice-Premier ministre,, ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, son Excellence Monsieur Luba Ntambo Alexandre ;

- Le ministre de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières, son Excellence Monsieur Muyej Mangez Richard ;

- Le chef d’Etat-major général des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, le Général d’Armée Etumba Longila Didier ;

- Le commissaire général de la Police Nationale Congolaise, le commissaire divisionnaire Bisengimana Charles ;

- Le chef d’Etat-major de la Force aérienne, le Lieutenant-Général Massamba Mussungu Rigobert ;

- Le chef d’Etat-major de la Force Navale, le Vice-Amiral Kyabu Kaniki Emmanuel ;

- Le chef d’Etat-major particulier du Président de la République, le Général-Major Mbala Célestin.

Les invités

● Le Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Minaku Aubin ;

● Le Président du Sénat, l’Honorable Kengo wa Dondo Léon ;

● Le Directeur de cabinet du Président de la République, son Excellence Monsieur Beya Siku Gustave ;

● Le Premier Président de la Cour Suprême de Justice, Monsieur Kitoko Kimpeme Jérôme ;

● Le Procureur Général de la République, Monsieur Kabange Numbi Floribert ;

● Le Gouverneur de la province du Katanga, son excellence Katumbi Moïse ;

● Monsieur le Premier Président de la Haute Cour Militaire, le Général-Major Nyembo ya Buzilu ;

● L’Auditeur Général des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, le    Général-Major Ponde Isambwa Joseph ;

● Le Commandant de la 6ème Région militaire, le Général-Major Mbuayama Nsiona   Rombaut.

La situation générale du pays a été jugée globalement calme sur toute l’étendue du territoire national.

 Le Conseil a pris acte du très bon comportement des FARDC qui ont mis fin à l’occupation, depuis plusieurs mois, d’une partie de notre pays, particulièrement le territoire de Rutshuru, où nos populations ont subi d’importants sévices. Le président du conseil a présenté des félicitations méritées aux membres des Forces armées pour leur prestation sans précédent.

Le Conseil a réaffirmé, comme lors du sommet commun SADC/CIRGL tenu à Pretoria le lundi 04 novembre 2013, la détermination de la République Démocratique du Congo à poursuivre l’application de l’accord cadre d’Addis-Abeba.

Le Conseil a suivi avec intérêt l’exposé du plan des opérations, sa conception, son exécution et le bilan ayant marqué la fin des combats.

Un stock important d’armes et de munitions de types non utilisés par les FARDC, et visiblement fournies aux rebelles par des pays étrangers, a été découvert à CHANZU. Pour son édification, la presse tant nationale qu’internationale a été invitée à visiter ce sanctuaire des rebelles.

Le Conseil lance un appel pressant à tous les autres groupes armés nationaux et étrangers encore actifs sur le territoire national pour qu’ils saisissent l’opportunité leur offerte de déposer les armes et suivre le processus DDR, sinon ils y seront contraints par la force.

Par ailleurs, des instructions ont été données pour que la Police Nationale Congolaise occupe les localités libérées afin de sécuriser la population, notamment les déplacés, et permettre ainsi la reprise des activités économiques pour le développement.

Le Conseil a noté avec satisfaction le soutien de la population toute entière en faveur des FARDC sur l’ensemble du territoire national et à l’étranger, et en appelle à sa vigilance afin qu’elle continue à soutenir ses forces de sécurité..

Le Conseil  a de nouveau interpellé le gouvernement afin qu’il poursuive sans relâche les efforts pour appuyer la réforme des Forces Armées et de la Police dans tous ses aspects.

Le Conseil a approuvé le plan d’exécution relatif à l’éradication de l’insécurité urbaine, pour qu’il entre en application.

Concernant les événements survenus au Katanga dans la dernière semaine du mois d’octobre 2013, particulièrement à Lubumbashi, des instructions claires et fermes ont été données aux Forces armées, à la Police, aux services de sécurité, à la justice et à l’administration pour une solution appropriée.

Enfin, le Conseil a reçu le rapport partiel de la commission d’enquête sur les allégations des Nations Unies contre le Général-Major Amissi Kumba Gabriel, et a recommandé un complément d’informations en vue de se prononcer.

Fait à Lubumbashi, le 06 novembre 2013

 Pour le Conseil Supérieur de la Défense

 LUBA NTAMBO Alexandre

 Vice-Premier ministre, ministre de la Défense nationale et des Anciens Combattants

Roland Ngoie KILOKA Président Comite de Soutien

Président Joseph Kabila KABANGE


Cet article a été lu 18164 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0