Réchauffement climatique, nous sommes fatigués des discours

Font size: Decrease font Enlarge font
image Changement climatique

Certes, ce n’est pas pour la première fois que le réchauffement climatique se fait inviter au débat. C’est déjà une habitude consacrée depuis plusieurs années comme il en a été le cas tout récemment à Rio de Janeiro, au Brésil.

Mais cette fois-ci, on n’a pas voulu que ce rendez-vous mondial sur le climat, précédé d’une grande « Marche », le dimanche 21 septembre à New York, soit encore un échec. Peut-être a-t-on mis les petits plats dans les grands… pour que le pari, bien qu’osé, ne ressemble plus à quelque chose comme poursuite du vent.

Un message qui fera date

Un important événement s’est donc déroulé, à New York, aux Etats-Unis d’Amérique, à la veille de l’ouverture du Sommet extraordinaire sur le climat, organisé sous les auspices du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon.

A l’occasion, les organisateurs de la Marche ont mobilisé, selon les estimations, 300.000 personnes dans une sorte de « croisade » contre le réchauffement climatique. Chacun et tous ont eu droit à une ferveur à nul autre pareil.

Jamais, auparavant, New York  n’a battu le rappel des troupes comme cela a eu lieu le dimanche 21 septembre. Pas de flonflons, mais une marche pas comme les autres. Et New York a fait ville pleine. Le challenge, l’unique d’ailleurs qui vaille la peine, c’est le combat contre le réchauffement climatique.

En face, tenez-vous bien, pas moins de 300.000 personnes. Une marée humaine, regroupant toutes les strates de la population à s’être donné rendez-vous en cette journée de dimanche qui passe pour être historique, surtout que l’enjeu s’y prêtait bien. 

« Les solutions sont là »

« Messieurs les chefs d’Etat, agissez », c’est l’unique message à avoir résonné ce jour-là dans ce qui aura été le plus grand rassemblement contre le changement climatique. Et il était destiné à nos différentes autorités.

« Les solutions sont là, les impacts du réchauffement se multiplient et les gouvernements ne font pas assez », a dénoncé Winnie Byanyima, directrice d’Oxfam internationale.

Et pourtant, le monde, dans son ensemble, est capable d’inverser la mauvaise tendance qui nous poursuit et donner aux uns et aux autres une planète habitable. « Oui, nous pouvons. Mais nous ne faisons pas », regrette-t-on.

« Nous ne voulons pas de fausses solutions. Ne fracturez pas nos vies. Nous ne devons pas attendre. La population doit faire pression. Il a dit aux chefs d’Etat : « Il n’y a plus de temps. Il n’y a pas de planète B ».

Présent à la Marche de dimanche comme bien d’autres personnalités et des anonymes, le secrétaire général de l’Onu y avait pris part lui aussi. Y a-t-il une leçon à tirer ? Il faudra que soient menées à bon port les négociations internationales jusqu’à la Conférence de Paris, en décembre 2015, où les 195 pays de la Convention sur le climat s’est donné rendez-vous pour signer le premier accord mondial juridiquement contraignant. 

Une farce ?

« Il faut que les Etats aient peur de revenir chez eux les mains vides. Un message simple », a indiqué M. Bill Kibben,  un des partisans de la lutte contre le changement climatique. « Nous sommes  fatigués des discours, de nos dirigeants et nous voulons des actions concrètes », a-t-il résumé.

La grande dernière conférence sur le climat à Copenhague en 2009 était une farce. Les Etats s’y sont engagés à agir pour contenir le réchauffement de la planète en deçà de 2 °C d’ici à la fin de ce siècle. Et depuis que voyons-nous ? La fonte de l’Arctique et de l’Antarctique est sérieusement engagée, les catastrophes naturelles liées au dérèglement climatique se multiplient. Et ceux qui dirigent le monde continuent de tergiverser sur l’adoption de mesurettes alors que des changements majeurs sont nécessaires.


Cet article a été lu 4588 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0