La RDC parmi le top 10 des pays africains les plus vulnérables au changement climatiques

Font size: Decrease font Enlarge font
image Relief Nord-Kivu

Quels sont les pays les plus vulnérables au changement climatique ? C’est la question que s’est posée le cabinet britannique d’analyse des risques Maplecroft, qui a publié, mercredi, un rapport sur les conséquences des bouleversements en cours mais également sur la capacité des États et des sociétés à s’y adapter. Or l’Afrique, et notamment le Golfe de Guinée a, selon l'étude, de quoi s’inquiéter. 

Tempêtes, inondations, sécheresses, hausse du niveau de la mer… le tableau est inquiétant. Et l’Afrique ne sera pas épargnée. C’est la conclusion du rapport annuel qu’établit depuis 2008 le cabinet britannique Maplecroft sur la vulnérabilité des pays et des villes au réchauffement climatique*. 

Or, si le Bangladesh est le pays le plus vulnérable au monde, six pays africains figurent dans les dix premiers du classement, notamment à l’Ouest du continent avec la Guinée-Bissau, la Sierra Leone et le Nigeria. "Une grande partie des pays les plus vulnérables aux impacts potentiels du changement climatique et des phénomènes extrêmes liés, sont concentrés en Afrique", analyse le rapport. "La vulnérabilité du continent est dû en partie à sa géographie", ajoute-t-il, évoquant "de grands systèmes fluviaux exposées à des phénomènes de graves inondations" ou encore des risques élevés de tempêtes locales, notamment en Afrique centrale, et de sécheresses dans une grande partie de l’Afrique subsaharienne. 

En juin dernier déjà, c'est la Banque mondiale qui avait tiré la sonnette d'alarme à propos des risques concernant le continent. "Avec le développement des villes côtières, les plus pauvres de leurs résidents sont pour la plupart rejetés aux confins des zones habitables, là où les conséquences du changement climatique entraînent les plus grands dangers", expliquait-t-elle, avant de conclure : "Accrochées dans des baraques de fortune sur les berges des cours d’eau ou entassées dans des zones situées à peine plus haut que le niveau de la mer, mal drainées et mal desservies par les services publics, ces populations sont totalement exposées aux assauts des tempêtes, à la montée des eaux et aux crues." 

Adaptation 

Cependant, ajoute le cabinet Maplecroft, c’est "l'extrême sensibilité de la population et la faible capacité d'adaptation à travers le continent, en raison, par exemple, de la faiblesse des économies, et des insuffisances en termes d'éducation, de santé, et de qualité des infrastructures qui rend de nombreux pays particulièrement vulnérables". Un sombre constat qui semble avant tout sanctionner une potentielle incapacité des systèmes politiques à s’adapter. 

L’enjeu est pourtant de taille. Selon l’étude, un tiers de la production économique mondiale, soit plus de 40 000 milliards de dollars, proviendra dans dix ans de pays considérés comme durement impactés par le changement climatique. 

Top 10 des pays africains les plus vulnérables au changement climatiques 

Top 10 des pays africains les plus vulnérables au changement climatiques

*Celui-ci tient compte de "l'ampleur et du rythme des changements climatiques auxquels un système est exposé, et également de sa sensibilité et de sa capacité d'adaptation", explique le rapport. 


Cet article a été lu 9921 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0