Changement climatique : «Joseph KABILA» préoccupé par le développement de la RDC

Font size: Decrease font Enlarge font
image Joseph KABILA - President de la RDC

La RDC  devient de plus en plus un pays structuré qui avance vers le progrès, qui considère qu’il a un rôle majeur à jouer en Afrique et dans le monde, et qui veut aussi assurer à travers des mécanismes novateurs le développement de l’agriculture.

Le forum «de Haut niveau sur la forêt et le changement climatique», placé sous le haut patronage du chef de l’Etat Joseph Kabila,   s’est ouvert hier à  Kinshasa. Pendant deux jours, les experts congolais et internationaux spécialisés dans le développement durable et l’environnement réfléchissent sur les  stratégies à mettre en place pour mieux gérer les ressources naturelles en RD Congo et lutter contre les méfaits du changement climatique.

Le président de la République Joseph Kabila a pris l’initiative de convoquer le Forum de haut niveau sur la forêt et le changement climatique pour le développement durable en RDC. C’est dans le but de faire un pas de plus avec les partenaires extérieurs du gouvernement congolais afin de cheminer ensemble dans la voie du développement du Congo. C’est notamment le contenu son message lu, hier lundi 10 octobre au Salon Congo du Grand Hôtel Kinshasa, par son représentant personnel, le vice-Premier ministre en charge des Postes et Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Louis-Alphonse Koyagialo, à l’ouverture de ces assises dont la clôture est prévue aujourd’hui.

Conscient du péril qui menace sérieusement l’avenir de l’Humanité et de l’apport de la RDC, entre autres, dans la stabilité du climat, le président Kabila a fait valoir que la forêt congolaise doit être préservée et ses multiples services valorisés. Cela non seulement au profit du peuple congolais mais aussi de la communauté internationale. Au Sommet de Durban sur le mécanisme REDD+ (Réduction des émissions de gaz à effet de serre liées à la déforestation et la dégradation des forêts dans les pays en voie de développement et le rôle de la conservation, de la gestion durable des forêts et l’amélioration du stock de carbone), a laissé entendre le chef de l’Etat, la RDC réaffirmera sa volonté de participer à l’effort international pour préserver l’environnement en vue de lutter contre le changement climatique.

Le Président Joseph Kabila Kabange a appelé à un véritable partenariat pour la croissance verte de la RDC, alliant préservation de la forêt, lutte contre le changement climatique et développement économique et humain « solide, rapide et durable ».Le Chef de l’Etat relève que « la RDC, avec 145 millions ha de forêt et la moitié des réserves d’eau de l’Afrique, est un pilier environnemental couvrant 60% du bassin du Congo et le 2ème plus grand massif forestier tropical du monde et le mieux préservé ».

Ce capital environnemental, qui constitue une promesse significative pour le développement de la RDC et du continent, est une chance  unique pour la lutte mondiale contre l’insécurité alimentaire, pour la production agricole et énergétique, ainsi que pour la recherche et la biotechnologie, estime le chef de l’Etat congolais qui a souligné la nécessité de préserver la forêt du Congo et de mieux revaloriser ses multiples services au profit non seulement du peuple congolais, mais aussi des populations africaines et du monde. Il a réaffirmé la volonté de la RDC de participer à l’effort mondial de lutte contre le changement climatique. Cependant, a fait remarquer le Président Joseph Kabila, en dépit de l’important potentiel du pays et de sa volonté de préserver l’environnement, l’on  ne peut oublier que la priorité pour la RDC est le développement humain, économique et social d’une population meurtrie par les conflits et vulnérable. Il a aussi évoqué les besoins importants de son pays en matière d’infrastructures et de services et qui ont commencé à trouver une réponse à travers le programme des cinq chantiers.

La RDC, comme la plupart des pays du continent doit faire face à des phénomènes désastreux liés au changement climatique, pendant que des milliers d’hectares seront abattus pour répondre aux exigences d’une population vivant de ses forêts. La voie de la RDC dans le développement économique et humain suppose des moyens conséquents, a ajouté le Chef de l’Etat, soulignant que les promesses de Copenhague sont restées lettre morte et les fonds appelés tardent d’être mobilisés.

« Les efforts doivent être réciproques », a-t-il fait savoir, avant de noter que le soutien technique et financier est une condition indispensable à l’esprit du partenariat et à la réussite commune dans la lutte mondiale contre le réchauffement climatique.

La RDC  devient de plus en plus un pays structuré qui avance vers le progrès, qui considère qu’il a un rôle majeur à jouer en Afrique et dans le monde, et qui veut aussi assurer à travers des mécanismes novateurs le développement de l’agriculture. Cela, grâce à son président, porteur de la vision.

Gilbert LUMBEMBELE


Cet article a été lu 5900 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (2 posted):

Lobeso330 on 12/10/2011 05:53:27
avatar
Bokosa kaka ba Yuma!! Soni nde ekomi ko komisa bino bilobela oyo. Le peuple congolais n'est pas Dupe. Mawa Trop
Thumbs Up Thumbs Down
0
Nestor on 12/10/2011 00:26:07
avatar
A un mois des élections ???? Il me semble que c'est tard !
Thumbs Up Thumbs Down
1
total: 2 | displaying: 1 - 2

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0