Home» MONDE» Europe»

Philippe De Moerloose : Un voleur protégé par «Joseph KABILA»

Font size: Decrease font Enlarge font
image Philippe De Moerloose -

Philippe De Moerloose, le milliardaire belge serait protégé par le Chef de l’Etat, Jaynet Kabila, Zoé Kabila et Théodore Mugalu. On nous informe aussi que c’est lui qui s’occuperait de placer l’argent que le clan Kabila détourne, notamment dans des holdings au Luxembourg, et dans des paradis fiscaux partout au monde. Mais Philippe De Moerloose collabore surtout dans plusieurs opérations occultes au Katanga et à Kinshasa au-travers des nombreuses sociétés en sa possession.

Philippe De Moerloose et le contrat de la construction de l’ambassade du royaume de Belgique

Selon nos sources, le contrat de la construction de la nouvelle Ambassade belge à Kinshasa a coûté 14 millions de dollars. Il a fait l’objet pour ce contrat d’un joint-venture avec sa société DEMATCO et une entreprise belge de construction appelée WILLEMEN.

Pour garantir la réussite de cette opération, il a été pistonné par la ville de Kinshasa en occurrence par les hautes instances de la capitale, mais aussi par le Gouverneur de la ville de la capitale de la RDC, monsieur André Kimbuta pour l’octroi de ce contrat. Echange de bons procédés…

L’Etat belge a construit cette ambassade sur un terrain qui appartenait à la compagnie aérienne belge SABENA qui est en faillite depuis 2000. Allez comprendre pourquoi 14 ans après, ce terrain qui fait partie des actifs de la compagnie aérienne depuis 14 ans était soudain mis en vente…

Pourquoi il n’a pas été vendu avant pour payer les dettes de la compagnie aérienne Sabena ?

Plus étonnant encore, l’acquisition facile du terrain par le milliardaire à 1500 $ le mètre carré et la revente à plus de 15 000 $ le mètre carré…

Pour info, l’ambassade belge est construite sur 5 hectares, cela fait d’elle la plus grosse ambassade de la République Démocratique du Congo. Le profit de cette revente est donc énorme !

Ce contrat, une fois de plus, n’a pas fait l’objet d’une enquête approfondie.

Et comment le milliardaire a-t-il encore réussi à gagner ce contrat ?

Un véritable scandale non dénoncé ! Il faut également que le pauvre contribuable belge soit informé…

Philippe de Moerloose et le dossier du grand hôtel de Kinshasa

Détenu à part égale par l’État et le holding luxembourgeois African Hospitality, propriété du Belge Philippe de Moerloose benéficie de 50 %, et l’Etat congolais des autres 50 %.

Pour la petite histoire et sur base des informations que nous détenons, au mois de novembre de l’année 2014, une plainte a été déposée par courrier écrit et signé de la main du Président Joseph Kabila pour demander une enquête sur la gestion calamiteuse du Grand Hôtel de Kinshasa.

Immédiatement suite à cette lettre, Philippe de Moerloose a pris les choses en mains et à viré sur le champs Paul Makamu (directeur financier depuis 27 ans de la société des Grands Hôtels du Congo) mais aussi Romain Felber, (DG du Grand Hôtel depuis 2010) et Administrateur de la société des Grands Hôtels du Congo (côté Belge, Philippe de Moerloose).

Une audit a été savamment orchestrée par Philippe de Moerloose pour démontrer en effet que la gestion ne répondait pas ou plus aux attentes de l’actionnaire congolais …

En effet, le Groupe belge a contracté une audit interne à ses frais auprès d’un bureau internationale connu pour démontrer de la transparence dans la gestion du milliardaire. Il va sans dire que le Groupe belge travaille depuis longtemps avec le bureau d’audit et a fait en sorte que cette audit corresponde au mieux aux attentes de l’Etat mais aussi du repreneur Accor. Ce qui a été le cas comme par pur hasard.

Curieuse coïncidence, nous retrouvons à nouveau dans l’entourage direct du milliardaire belge le fameux Martin Tchamlesso (intendant du Président et actif dans le comité d’Administration du Grand Hôtel de Kinshasa, côté Présidence).

Ce qui permet au milliardaire de faire ce qui lui plaît parce que Martin Tchamlesso travaille avec Philippe de Moerloose dans d’autres business comme FLY CAA.

La couverture est donc totale pour le milliardaire belge et garantie par ses bonnes relations au sein de la Présidence…

Le responsable de l’audit interne menée par le Groupe belge est devenu aussi comme par hasard 1 mois après le nouveau Directeur Financier de la société des Grands Hôtels du Congo. Ceci probablement afin de pouvoir s’emparer des pièces justificatives délicates et compromettantes de l’ancienne gestion, des achats et des travaux en cours mais surtout pour garantir et démontrer la volonté nouvelle de transparence de Philippe De Moerloose.

Nous sommes toujours dans l’échange des bons procédés….

Une belle enveloppe aurait été donnée pour que ce retrait des employés s’effectue sans grabuge… Ce qui a été le cas!

L’Etat congolais à payé 36 millions de dollars pour l’aide à la rénovation, et le belge Philippe de Moerloose, 26 millions de dollars.

A ce tarif, on aurait eu droit au même traitement que le RITZ de Paris hôtel en fin de rénovation, et ouvert dans 2 mois (pour info le RITZ, coût des travaux = 34 millions Euros !!!!!!!!)

Plus étonnant encore, suite à cette plainte, quelques cadres clés en place depuis 5 ans, voir plus pour certains, mais aussi en place pendant la période de la rénovation des travaux de l’hôtel ont également été viré directement avec un préavis payé rubis sur ongle! Et ce, malgré les importantes dettes en cours, à croire que ces licenciements étaient devenus la priorité du milliardaire belge Philippe De Moerloose.

Voici les noms et postes de quelques personnes licenciées :

  • Driss Chaffik (Revenu Management pendant 5 ans)
  • Alain Losembe (Directeur des achats depuis 5 ans)
  • Cheila kchouk (Directrice gouvernante depuis 7 ans)
  • Paul Makamu Lema (Directeur Financier depuis 27 ans)
  • Frederic Brognera (Directeur des techniques depuis 6 ans) etc….

Il n’y a plus aucune trace possible de ces employés directement après la plainte du Président.

Les nouveaux gestionnaires de la société des grands Hôtels du Congo pour le volet actionnariat belge Philippe de Moerloose sont Dirk Cramers (ancien directeur Hewa Bora et actuel administrateur de la société de Jet Privé de Philipe de Moerloose Executive Jet Service en compagnie de Vano Kiboko, et deux autres administrateurs), Paul Tshibanda (Directeur de DEM, société de BTP Minier qui appartient aussi à Philippe de Moerloose)…

Tout se regroupe et rien ne se perd chez l’actionnaire belge …

D’ou l’insistance de Philippe de Moerloose auprès du Président Joseph Kabila pour faire libérer Vano Kiboko, un proche collaborateur du milliardaire.

De Moerloose a surfacturé les travaux de l’hôtel de Kinshasa et a laissé les employés du Grand Hôtel avec 3 mois de retard de paiement pendant une année et pendant qu’il engrangeait des fortunes tous les mois avec les travaux et l’argent de l’Etat !!!!

La société des Grands Hôtels du Congo était en perte de plus de 2,7 millions de dollars et ne payait aucune facture à temps aux  fournisseurs à la société nationale d’éléctricité, impôts, employés etc…

Quelle société au monde peut rester debout si longtemps avec de telles dettes et se pavaner comme si de rien n’était ?

Cela n’existe pas, sauf en République Démocratique du Congo en général et principalement avec le milliardaire belge et l’Etat Congolais.

Plusieurs questions se posent :

- Ou est passé Luzolo Bambi avec sa plainte contre les fraudeurs de la République ?

Voilà quelqu’un que Luzolo Bambi et le PG Flory Kabange devaient attaquer en premier lieu…

- Pourquoi la justice Congolaise ou même le Président ne réagissent pas ????

Luzolo Bambi et Flory Kabange connaissent bien le milliardaire belge et ses travers mais également toute la RDC, c’est sans compter le fait qu’il avait mis une statue à son effigie en plein milieu de la ville de Kinshasa !!!

Et je me demande aussi ce que les banques belges BNP Fortis, ING, banque Degroof, mais aussi les fournisseurs BTP Volvo, Hitachi, etc… Vont penser de leur milliardaire Congolais quand ils sauront que leur client est un vampire qui suce le sang des pauvres congolais…

D’autres banques avaient déjà réagi et avaient déjà expulsé le milliardaire belge comme le Crédit Suisse, UBS, Citibank etc…

- Comment se fait-il que cet homme d’affaires belge n’a jamais fait même un simple don d’un dollars même à un simple congolais mendiant malgré tous les millions que ce pays lui a presque donné gratuitement pendant des années ?

Par contre il préfère partir en Ile Maurice pour faire un don important en centaine de milliers de dollars pour aider les pauvres mauriciens avec l’argent volé en République Démocratique du Congo.

Le milliardaire sans scrupules a affiché librement sur son compte Twitter et Facebook ce don financier au nez et à la barbe des centaines de congolais spoliés par ses magouilles. Mais, plus grave encore, au nez et à la barbe de ses amis et protecteurs congolais sans qu’ils ne rechignent sur ses procédés!!!

Son attachement à l’Ile Maurice serait, selon une source bien informée, le fait que Philippe De Moerloose ait peur que le régime de Joseph Kabila serait entrain de tendre à sa fin. Cette même source m’informe qu’il aurait utilisé cette ile comme son plan B, en commençant par des dons, bien qu’il y ait déjà des entreprises.

Je demande aux congolais d’ouvrir les yeux car ceci est pire qu’une insulte à son égard.

Nous attendons la réaction de la justice belge et de la justice congolaise à ce sujet.

L’enquête et les révélations continuent…

[Jean-Luc Kienge]

== // ==

A lire aussi


Cet article a été lu 9314 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0