Home» MONDE» Europe»

Affaire Serge KUBLA : Adolphe MUZITO impliqué dans une affaire de corruption en Belgique

Font size: Decrease font Enlarge font
image Adolphe MUZITO

Serge Kubla a été inculpé et placé sous mandat d'arrêt mardi pour "corruption concernant une personne qui exerce une fonction publique dans un État étranger". Les faits litigieux concernent les activités en République démocratique du Congo du groupe industriel Duferco, ce dernier étant suspecté d’avoir, au travers de la corruption d’agents publics congolais, «  favorisé l’évolution d’investissements importants dans le secteur du jeu et des loteries  ». Serge Kubla aurait remis 20 000 euros à Chantal Ngalula, l'épouse de l'ancien Premier ministre congolais, en exercice entre 2008 et 2012, Adolphe Muzito, à l'hôtel Président de Bruxelles à titre d'acompte sur une somme évaluée à 500 000 euros.

Le bourgmestre de Waterloo Serge Kubla (MR) a été inculpé et placé sous mandat d'arrêt mardi pour "corruption concernant une personne qui exerce une fonction publique dans un État étranger" comme auteur ou coauteur par le juge d'instruction de Bruxelles Michel Claise, a indiqué le parquet fédéral dans un communiqué. Serge Kubla nie toute accusation de corruption.

Les faits litigieux concernent les activités en République démocratique du Congo du groupe industriel Duferco, ce dernier étant suspecté d'avoir, au travers de la corruption d'agents publics congolais, "favorisé l'évolution d'investissements importants dans le secteur du jeu et des loteries", selon le communiqué.

Ces fonds auraient été transmis au moins pour partie par l'intermédiaire Serge Kubla, ancien ministre wallon de l’Économie. Celui-ci aurait remis 20 000 euros à Chantal Ngalula, l'épouse de l'ancien Premier ministre congolais, en exercice entre 2008 et 2012, Adolphe Muzito, à l'hôtel Président de Bruxelles à titre d'acompte sur une somme évaluée à 500 000 euros.

Âgé aujourd'hui de 67 ans, Serge Kubla a été placé sous mandat d'arrêt "compte tenu des risques de collusion avec d'autres intervenants à ce stade de la procédure", précise le communiqué du parquet fédéral. Le bourgmestre de Waterloo a en conséquence été incarcéré à la prison de Saint-Gilles. Son inculpation et son arrestation ont été précédées de plusieurs perquisitions menées mardi matin par la police fédérale à la demande du magistrat instructeur.

Qui est Adolphe Muzito ?

Adolphe Muzito a été Premier ministre de la République Démocratique du Congo du 10 octobre 2008 au 6 mars 2012. Membre du Parti lumumbiste unifié (PALU), il avait été, à la démission de son prédécesseur, Antoine Gizenga, préféré à son rival, Vital Kamerhe, un proche du président Joseph Kabila, passé aujourd’hui dans les rangs d’une farouche opposition.

C’est lui qui avait conduit la délégation du PALU au dialogue intercongolais, à Pretoria, en Afrique du sud, avant de siéger dans l’Assemblée nationale de transition. Il y a été réélu, comme député de Kikwit, en 2011.

Inspecteur des finances pendant de nombreuses années, il était entré dans le gouvernement d’Antoine Gizenga, le 6 février 2007: il y avait hérité du portefeuille du Budget.

En février 2012, peu avant qu’il passe la main au Premier ministre actuel, M. Matata Ponyo, Adolphe Muzito avait été accusé d’enrichissement personnel, par le député Gérard Mulumba. Et le 11 mai, quelques semaines après sa sortie de fonction, l’inspecteur général de la police des parquets, Christophe Dongo, annonçait le prochain dépôt d’un rapport relatif à des allégations de détournement de fonds publics et d’acquisition illicite de nombreux immeubles par le Premier ministre sortant.

Adolphe Muzito «a été inspecteur des Finances pendant de nombreuses années avant de se lancer en politique. Il a été député pendant trois ans, ministre du Budget pendant près de deux ans et Premier ministre pendant près de quatre ans. Dans ces conditions, il est donc normal qu’il puisse avoir des revenus personnels pouvant lui permettre de conclure un partenariat économique pour réaliser un projet immobilier comme c’est le cas pour bien d’autres Congolais dans la ville de Kinshasa», avait réagi son avocat, Me Tshibangu Kalala.

Mais le PALU, lui, avait pris ses distances, estimant que puisque la mise en cause était personnelle, il lui revenait de se défendre lui-même…

Juste "un intermédiaire"

Interrogé par la RTBF Roland Forestini, l’avocat de Serge Kubla, précise que ce dernier "nie toute accusation de corruption. Il était simplement intermédiaire pour un groupe industriel important (Duferco) qui essayait de réaliser des affaires, notamment en matière de sidérurgie, au Congo". Quant à la somme de 20 000 euros qu’il reconnaît avoir remise à l’épouse de l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito, elle l’a été "en partie en règlement d’une facture". De plus cette affaire "n’a aucun lien avec son activité politique, ni comme bourgmestre de Waterloo, ni comme ministre de la Région wallonne" précise l'avocat.

Sur RTL-TVI, Roland Forestini ajoute qu'il est "impossible de faire des affaires au Congo d'une autre manière" et que Serge Kubla est incarcéré pour des "raisons techniques".

Il est à noter que Roland Forestini, avocat fiscaliste connu, a lui-même maille à partir avec la justice et devrait être prochainement jugé pour fraude fiscale. Il est soupçonné d'avoir mis en place en 2006 un carrousel TVA autour de l'achat de voitures de luxe, une fraude fiscale est estimée à un peu plus de 600 000 euros.

Réactions au sein du MR

Le président du MR Olivier Chastel a réagi sur son compte Facebook : "J'ai appris par la presse l'inculpation et l'incarcération de Serge Kubla. Je suis abasourdi. Rien ne laissait présager une telle situation. Je souhaite que la justice fasse rapidement et complètement la lumière sur ce dossier. Je demande à Serge Kubla de remettre son mandat de bourgmestre à la disposition du MR. Ce qui par ailleurs lui permettra d'assurer sereinement sa défense".

Le collège communal waterlootois tente de s'organiser dans l'urgence. A ce stade, les échevins essaient de nouer un contact avec l'avocat de Serge Kubla pour que le bourgmestre fasse connaître le nom de celui qu'il désignera le cas échéant pour le remplacer.

Ce n'est pas forcément le premier échevin qui doit remplir cette fonction, précise-t-on à Waterloo. La première échevine waterlootoise, Florence Reuter, est échevine empêchée puisqu'elle siège en tant que députée wallonne et de la Fédération. Le deuxième échevin, Yves Vander Cruysen, confirme que des contacts sont pris pour obtenir de la part du bourgmestre le nom de celui qui pourrait le remplacer. "Ce n'est pas automatiquement le premier échevin: comme toujours lorsqu'il s'absente, c'est le bourgmestre qui doit désigner celui qui le remplace au sein du collège. Voilà la procédure et lorsque nous serons en possession de cette information, nous organiserons une réunion", indique Yves Vander Cruysen.

La députée régionale Florence Reuter se dit "complètement sous le choc" après avoir appris par la presse l'inculpation du bourgmestre Serge Kubla. Elle estime qu'il faut attendre la suite des événements avant de prendre position ou de faire une déclaration sur le sujet.

"Je suis choquée après avoir appris la nouvelle par la presse, comme tout le monde. Il est prématuré de faire un commentaire à ce stade: j'attends des informations, je n'en ai pas et pour l'instant, on digère tous la nouvelle. En ce qui concerne une éventuelle démission, c'est d'abord à Serge Kubla de prendre cette décision. On attend de voir ce qui va se passer", indique Florence Reuter.

Si elle devait succéder à Serge Kubla en tant que première échevine, Florence Reuter devrait d'abord renoncer à son siège de députée régionale. Une possibilité sur laquelle elle ne désire faire aucun commentaire, estimant la question complètement prématurée.

Le président de la fédération MR du Brabant wallon s'est dit "abasourdi" par la nouvelle. Jean-Paul Wahl, député bourgmestre de Jodoigne et sénateur, est un proche de Serge Kubla. Il a appris la nouvelle par la presse et indique ne posséder aucune information à ce stade.

"Je suis abasourdi. Je ne peux rien dire pour l'instant: je ne dispose d'aucune information. Il faut évidemment que la justice fasse son travail et on verra ce qui va se passer dans les heures qui viennent. Je suis ahuri. C'est vrai que je suis très proche de Serge Kubla et nous n'avons jamais parlé de quoi que ce soit", indique le président du MR Brabant wallon.

[avec RTBF et Belga]


Cet article a été lu 6374 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
1.00