Home» MONDE» Europe»

La 3ème guerre mondiale serait-elle en préparation ?

Font size: Decrease font Enlarge font
image Second guerre mondiale

Les terroristes maliens me font penser aux armes de destructions massives de Saddam Hussein, on en a beaucoup parlé mais on ne les a jamais vues ! En attendant, Hollande, dont la cote de popularité était au plus bas ces derniers mois, a été accueilli en sauveur et en héros à Bamako... Du coup, l’opinion publique française ne verra plus Hollande comme un Président mou, sans envergure, un Président incapable de prendre des décisions tranchées et courageuses. La télévision et la presse s’évertuent déjà à transformer Hollande en héros national au point de le comparer à De Gaulle. Le pauvre doit se retourner dans sa tombe… Réagirons-nous avant d’assister à une guerre contre l’Iran ? Rien n’est moins sûr mais assurément seul le chaos sortirait vainqueur d’une telle situation. La 3ème guerre mondiale serait-elle en préparation ?

Créer des attentats terroristes, le chemin le plus court vers le pouvoir ?

En 1962, l'armée américaine préparait un plan pour attaquer Cuba. Le projet ? Commettre des attentats contre sa propre population et accuser Cuba d'en être l'auteur ! En 2001, l'idée refit surface et New-York en fut la victime...

En se penchant sur le passé, il arrive souvent qu’on parvienne à mieux appréhender le présent. Ainsi, en 1962, l'état-major de l'armée américaine avait planifié de faux attentats terroristes contre SA propre population afin de pouvoir légitimer une action militaire contre Cuba et Fidel Castro. Les plans étaient simples: tuer un maximum de citoyens américains qu’ils soient civils ou militaires. Le but de ce projet était de manipuler l'opinion publique américaine et de l’effrayer.  Comme on le sait, la peur n’est jamais bonne conseillère. Le Président Kennedy empêcha in extrémis la réalisation de ce projet nommé "Northwoods". En 1963, Kennedy sera assassiné...

Je crains que ce soit exactement ce qui se soit passé le 11 septembre 2001 à New-York. Les attentats du 11 septembre ont coûté la vie à près de 3000 personnes. Quelques jours plus tard, Bush débutait sa guerre contre "l'axe du mal". Après avoir mis la main sur les richesses de l'Irak et de la Libye (toujours utile dans la lutte aux ressources naturelles que mènent les USA et la Chine), nous connaissons les mêmes mécanismes en Syrie et au Mali. La prochaine cible toute trouvée est l'Iran. Les mécanismes sont les mêmes: la diabolisation et la manipulation à outrance ! La seule différence c'est que les ennemis identifiés ne sont plus les communistes mais les "islamistes".

Nous ne pouvons plus accepter ce monde du mensonge organisé où nos dirigeants sans foi ni loi créent des attentats comme ceux de New-York, de Londres, de Madrid, construisent un ennemi public n°1 en la personne de Ben Laden, diabolisent Saddam Hussein ou Kadhafi et j'en passe des vertes et des pas mûres pour manipuler l’opinion publique et servir les intérêts personnels ou financiers qu’ils défendent... N'oublions pas non plus l'épisode épique de la prétendue traque de Ben Laden, de son meurtre et de la jetée de son corps dans la mer... C'est tellement gros que je me demande QUI peut encore croire cette version des faits ? Il n'y a aucune image de la dépouille de Ben Laden mais cet évènement a permis de considérer Obama comme un sauveur de la nation alors qu'il se préparait à partir en campagne pour son second mandat… La mort de Ben Laden, c’était du pain béni pour Obama… Comme le 11 septembre le fut pour Bush. Sa lutte contre le prétendu terrorisme islamiste lui aura offert sur un plateau son second mandat. Et finalement, si l’axe du mal c’était les USA et leurs alliés ? J’en suis persuadé. Je n’oublie pas que la prétendue plus grande démocratie du monde n’a pas hésité à utiliser la bombe atomique contre des populations civiles. Aucun autre pays n’a jamais commis un tel crime ! Osaka et Nagasaki s’en souviennent encore…

Sur base de ces éléments, il est facile de faire un parallèle avec ce qui se passe au Mali actuellement. François Hollande prétend lutter contre les terroristes islamistes mais jamais nous n'avons vu la moindre trace de ces individus, jamais nous n'avons vu la moindre image des combats et nous devrions croire que l'armée française reprend tous les jours des villes maliennes des mains de ces terroristes, sans la moindre opposition alors qu'on nous avait présenté ces individus comme étant bien organisés et lourdement armés. Une vaste blaque, une supercherie indigne du 21ème siècle !

Les terroristes maliens me font penser aux armes de destructions massives de Saddam Hussein, on en a beaucoup parlé mais on ne les a jamais vues ! En attendant, Hollande, dont la cote de popularité était au plus bas ces derniers mois, a été accueilli en sauveur et en héros à Bamako... Du coup, l’opinion publique française ne verra plus Hollande comme un Président mou, sans envergure, un Président incapable de prendre des décisions tranchées et courageuses. La télévision et la presse s’évertuent déjà à transformer Hollande en héros national au point de le comparer à De Gaulle. Le pauvre doit se retourner dans sa tombe…

Un Président français qui se moque totalement des Maliens, qui ment à son peuple, qui défend les intérêts américains via une guerre sous fausse bannière (false flag) et qui ne s'intéresse qu'aux richesses du Mali et aux intérêts de ses amis d'Areva... Est-ce cela le héros des temps modernes ?

En tout cas, le mensonge et la manipulation de l’opinion publique garantissent le succès électoral de ceux qui en usent… L’égémonie du mal sur le bien a-t-elle encore de beaux jours devant elle ? C’est aux peuples de le décider mais il est de notre devoir de les éveiller et de leur ouvrir les yeux.

Notre monde est en danger, nos démocraties sont dénaturées, nos représentants ne nous représentent plus, il est temps de réagir si nous voulons éviter le chaos.

Réagirons-nous avant d’assister à une guerre contre l’Iran ? Rien n’est moins sûr mais assurément seul le chaos sortirait vainqueur d’une telle situation. La 3ème guerre mondiale serait-elle en préparation ? L’avenir nous le dira à moins que l’éveil de la population permette de renverser la logique actuelle. La seule alternative est de permettre au peuple de reprendre le pouvoir.

C’est ce que j’espère de tout mon coeur.

Laurent LOUIS

Député fédéral.

Pour votre éveil, je vous conseille l'article suivant si vous voulez en savoir plus sur le projet Northwoods

Sur le 11 septembre, regardez les vidéos troublantes de Jean-Marie Bigard

---------------------

Al-Qaïda sert d’écran de fumée à la recolonisation de l’Afrique du nord par l’OTAN

De plus en plus de pays occidentaux s’impliquent directement ou indirectement dans le conflit au Mali, et les interrogations sont de plus en plus nombreuses sur leurs motivations. Le journaliste Neil Clark explique ici à RT, que l’intervention a « uniquement des raisons économiques ».

Plusieurs pays occidentaux ont déjà proposé leur aide à la France, laquelle va renforcer sa force militaire jusqu’à 2500 soldats la semaine prochaine. 

Le Royaume-Uni fournit une assistance logistique aérienne, tandis que les États-Unis fournissent des systèmes de surveillance et une aide dans le renseignement. 

Washington a également annoncé qu’il allait fournir des avions de transport pour les troupes françaises et qu’il était envisagé d’envoyer des avions ravitailleurs pour les avions de combat français. 

Le Canada soutient également l’intervention militaire en cours en envoyant un avion de transport. Le pays fournit également une contribution indirecte par des formations au contre-terrorisme dans le Niger voisin. 

L’Italie est prête à fournir un soutien logistique pour les opérations aériennes, mais elle ne rejoindra pas les troupes françaises sur le terrain. Le ministre italien de la défense, Giampaolo Di Paola, a déclaré au Sénat ce mercredi que l’offre de l’Italie était uniquement limitée à des opérations aériennes. 

Le journaliste du Guardian, Neil Clark a déclaré à RT qu’il était persuadé que des raisons économiques étaient derrière chaque aventure militaire occidentale de ces 30 dernières années – et le Mali n’était pas une exception. 

RT : Le Royaume-Uni soutient cette campagne militaire française au Mali avec des fournitures en armement et plusieurs otages britanniques ont été tués en Algérie. Jusqu’à quel point pensez-vous que le public britannique et les politiciens sont prêt à s’engager ? 

Neil Clark : Je pense que le public est très préoccupé, parce que ce qui s’est passé ici, c’est que David Cameron, qui a passé la majeure partie de l’année dernière à encourager les rebelles islamistes en Syrie, a maintenant adopté la ligne selon laquelle les rebelles islamistes au Mali sont le plus grand danger pour le reste du monde et que nous devons intervenir, malgré les conséquences prévisibles pour la Grande-Bretagne. Et je pense que c’est une politique tout à fait erronée. Malheureusement, l’élite politique en Grande-Bretagne semblent être toute entière derrière la politique de Cameron, ce qui est très inquiétant. Mais je pense que le public est très préoccupé par ce qui se passe. 

RT : Qu’en est-il pour le Royaume-Uni ? Qu’est-ce qui pousse Londres à soutenir la France ? 

NC : C’est très intéressant, parce que si on repense à 2011, c’était des gens comme David Cameron et William Hague qui étaient ceux qui criaient le plus fort et qui étaient les plus agressifs pour déposer le colonel Kadhafi. Et maintenant, les mêmes personnes, Cameron et Hague, disent que nous devons nous impliquer au Mali pour y réprimer les groupes d’al-Qaïda. Et il y a donc une contradiction réelle ici, une véritable hypocrisie. Pourquoi la lutte contre Al-Qaïda en Afrique serait la tâche la plus urgente ? Pourquoi devons-nous jouer un rôle actif dans la chute de dirigeants ? Et qu’est-ce qu’il y a derrière tout cela pour la Grande-Bretagne ? Je pense que ce qui se passe, c’est que cette menace d’al-Qaïda est utilisée comme un écran de fumée pour la recolonisation de l’Afrique du Nord par les forces de l’OTAN, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis. 

RT : Pensez-vous que c’est pour cela qu’ils ne tiennent pas compte de la montée en puissance d’Al-Qaïda en Syrie ? 

NC : Tout à fait ! Parce que, bien sûr, l’un des plus grands mythes dans les relations internationales, c’est que les puissances occidentales étaient comme un seul homme contre al-Qaïda toutes ces 20-30 dernières années. Ce n’est pas vrai. Elles utilisent la menace d’al-Qaïda, dans certaines circonstances pour envahir certains pays comme l’Afghanistan. Mais ailleurs, elles peuvent effectivement soutenir al-Qaïda pour renverser des régimes laïques, comme en Syrie et en Libye. Ça prend des allures de monstre de Frankenstein, et bien sûr, tout remonte à l’Afghanistan dans les années 1980, quand al-Qaïda et des groupes islamistes radicaux ont été utilisés par l’Occident pour aider à chasser l’Armée rouge. Et cela fait partie de la politique. 

RT : Jusqu’où l’implication britannique en Afrique du Nord pourrait-elle aller – et quelle réaction pourrait-il y avoir ? 

NC : Je pense que nous allons nous enfoncer de plus en plus, parce que la semaine dernière, David Cameron nous a dit que nous ne pouvions pas laisser les islamistes prendre le pouvoir au Mali. Bien qu’il ait contredit ces commentaires quelques jours plus tard, en disant que ça n’avait pas vraiment d’importance si les islamistes prenaient le pouvoir au Mali… Donc, j’ai vraiment peur. Je veux dire que les néo-conservateurs n’ont pas obtenu leur guerre contre la Syrie, mais que maintenant il semble que nous avons tous à appuyer cette intervention contre le Mali. 

RT : L’Afrique a beaucoup de ressources naturelles inexploitées. Quels pays semblent plus intéressés à gagner et peut-être à élargir leurs intérêts là-bas ? Et comment ces intérêts peuvent-ils se percuter ? 

NC : Très probablement, car je pense bien évidemment que selon le point de vue de M. Hollande – l’économie est en très mauvais état en France – il espère qu’une intervention réussie au Mali augmenterait sa popularité à l’intérieur. C’est aussi la question de l’uranium et de la façon dont la France a besoin d’uranium. Et le Mali est un grand producteur d’uranium. Il y a des ressources là-bas. Donc, je pense que la France – c’est très clair – a des raisons économiques. Et je pense que des raisons économiques sont derrière chaque intervention occidentale de ces 30 dernières années. 

Si nous regardons en arrière – les attaques contre la Yougoslavie, contre la Syrie, la guerre en Libye – tout cela était habillé comme des interventions humanitaires. Mais il n’en était rien. Ce sont des interventions économiques. Et l’Occident veut les ressources, l’Occident veut prendre le contrôle des ressources dans cette région. Et je pense que l’OTAN va s’installer en Afrique du Nord. Je pense que c’est clairement de cela dont il est question La menace d’al-Qaïda est instrumentalisée de telle sorte que l’OTAN, après son départ d’Afghanistan, ira se déployer en Afrique du Nord.

[Russia Today/alterinfo.net]


Cet article a été lu 8927 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0