Home» MONDE» Europe»

«Re-soviétisée» par POUTINE : Russie, retour en force du culte de la personnalité

Font size: Decrease font Enlarge font
image Vladimir POUTINE

Dès son arrivée au pouvoir, Poutine a commencé à remilitariser la société en rétablissant l’éducation militaire dans les écoles, en rappelant les réservistes, en doublant le budget de la défense - le budget militaire russe est en hausse de 58 % en 2012 par rapport à 2011, alors que celui-ci avait déjà connu une hausse substantielle par rapport à 2010 -, en restructurant le ministère de l’Intérieur et le FSB (ex-KGB), qui a des pouvoirs sans cesse accrus et qui est le chouchou du régime depuis 1999-2000. Mais surtout, il a fait adopter au Conseil de sécurité russe une nouvelle doctrine militaire qui vise à "protéger les droits des Russes à l’étranger par des moyens politiques, économiques et autres". Sous-entendu : des moyens y compris militaires. C’est très important : cela signifie que la Russie peut intervenir en dehors de ses frontières si elle juge que certains de ses citoyens sont menacés. 

Lorsque Vladimir Poutine parle de moderniser l’armée comme au temps de Joseph Staline, doit-il être pris au pied de la lettre ? Oui, répond Hélène Blanc, spécialiste de la Russie, qui appelle à ne pas sous-estimer les ambitions militaires de Moscou.

Voilà de quoi alimenter la rhétorique du candidat républicain à la présidentielle américaine, Mitt Romney, qui a déclaré, au début de sa campagne électorale, que la Russie est l’ennemie géopolitique numéro un des États-Unis. Vladimir Poutine a en effet annoncé, vendredi, son intention de réarmer la Russie en investissant 23 000 milliards de roubles (environ 563 milliards d'euros) dans la modernisation du secteur de la défense ces huit prochaines années. Un "bon en avant puissant et tous azimuts", comparable à celui effectué dans les années 1930, est nécessaire, a insisté le président russe devant son Conseil de sécurité. Les mots "Joseph Staline" et "Armée rouge" n’ont pas été prononcés, mais la référence à l’avant Seconde Guerre mondiale suffit à rappeler le souvenir d'une des armées les plus puissantes du monde.

Certains observateurs voient dans le discours de Poutine un effet d’annonce qui ne sert qu’à impressionner ses interlocuteurs étrangers et à contenter son état-major militaire. Selon eux, il sera suivi de peu d’effets, compte tenu de l’état de népotisme, d’obsolescence et de déliquescence de l’armée (lire les reportages ici et là). D’autres en revanche, comme Hélène Blanc, politologue et criminologue spécialiste de la Russie et auteur de "Russia Blues" (avec Renata Lesnik, chez Ginkgo éditeur), estiment que les ambitions militaires de Moscou ne doivent pas être sous-estimées.

FRANCE 24 : Vladimir Poutine répète depuis le début de l'année (lire son discours de février 2012) qu’il va renforcer les moyens de l’armée. À qui s’adresse-t-il en priorité lorsqu’il martèle cela : à ses électeurs, à l’état-major de l’armée ou aux puissances étrangères ?

Hélène Blanc : Effectivement, Poutine répète cette ambition depuis qu’il est redevenu président [en mai 2012, NDLR]. Malgré les accords russo-américains sur les arsenaux nucléaires, les Russes réarment sans cesse. Dès son arrivée au pouvoir, Poutine a commencé à remilitariser la société en rétablissant l’éducation militaire dans les écoles, en rappelant les réservistes, en doublant le budget de la défense - le budget militaire russe est en hausse de 58 % en 2012 par rapport à 2011, alors que celui-ci avait déjà connu une hausse substantielle par rapport à 2010 -, en restructurant le ministère de l’Intérieur et le FSB (ex-KGB), qui a des pouvoirs sans cesse accrus et qui est le chouchou du régime depuis 1999-2000.

Mais surtout, il a fait adopter au Conseil de sécurité russe une nouvelle doctrine militaire qui vise à "protéger les droits des Russes à l’étranger par des moyens politiques, économiques et autres". Sous-entendu : des moyens y compris militaires. C’est très important : cela signifie que la Russie peut intervenir en dehors de ses frontières si elle juge que certains de ses citoyens sont menacés. Par exemple dans les pays Baltes, où il y a des problèmes entre russophones et non-russophones.

Autre rappel : le 17 novembre 2004, dans un discours réaffirmant le statut de grande puissance du pays, Poutine a promis qu’il allait doter la Russie de systèmes d’armement "qui n’existent pas et n’existeront pas avant des années chez les autres puissances nucléaires". On pensait, à l’époque, que ces propos étaient surtout dirigés contre le terrorisme et concernait la guerre en Tchétchénie, qui a longtemps servi d'alibi au régime. On sait depuis qu’il s’agit des nouveaux missiles Topol-M [premier missile sol-sol développé par la Russie depuis la chute de l'URSS, NDLR], qui ont 10 000 km de portée et sont capables de demeurer opérationnels pendant une décennie.

Si la Russie se réarme, qui vise-t-elle ?

Hélène Blanc : À présent, Moscou ne cherche plus à intervenir militairement en Tchétchénie ou dans le Caucase, même si cette région reste une poudrière qui peut s’embraser à tout moment. Depuis, il y a eu la guerre en Géorgie - d’ailleurs, les Géorgiens sont très inquiets de ce réarmement sans précédent et craignent une nouvelle attaque militaire -, il y a eu les tensions avec l’Ukraine autour du gaz, ainsi que le projet de bouclier antimissile américain en Europe qui fait ressurgir de vieux antagonismes. Les discussions traînent depuis des années. À tel point qu’il y a quelques mois, un haut gradé militaire russe a menacé : "Si les discussions s’enlisent encore, la Russie n’exclut pas des frappes préventives".

Ce discours est prononcé sur fond de "paix froide" - si la Guerre froide est derrière nous, nous ne somme pas pour autant en période de paix - et, à la première occasion, les vieux antagonismes reviennent très vite. Au moment de la guerre en Géorgie, les mots prononcés par Poutine et Medvedev étaient ceux utilisés durant la Guerre froide.

Les chancelleries occidentales ne mesurent pas le danger que représente Vladimir Poutine. En entretenant des relations étroites avec l’Iran et la Syrie, en étant encore très influent en Chine, Moscou reconstitue une zone d’influence et d’intérêts, comme au temps de la Guerre froide. Le réarmement sans précédent de la Russie vise à faire comprendre à l'Occident qu’il faut compter avec elle. Vladimir Poutine boit du petit lait en voyant les puissances européennes et américaine venir le voir au sujet de la Syrie pour tenter d’infléchir sa position.

Poutine fait explicitement référence aux années 1930. A-t-il la nostalgie de l’Armée rouge ?

Hélène Blanc : Le discours supranationaliste de Poutine est d'abord destiné à faire plaisir à la direction du FSB, son enfant chéri, et aux militaires de haut rang - c’est pour eux qu’a été déclenchée la seconde guerre de Tchétchénie.

La Russie a effectivement été "re-soviétisée" par Poutine : retour en force du culte de la personnalité, reprise de l’ancien hymne soviétique avec de nouvelles paroles, création d’un mouvement "Nachi", une jeunesse poutinienne formatée et endoctrinée qui ressemble furieusement aux jeunesses communistes soviétiques. Poutine a ramené l’opposition à sa plus simple expression, à tel point que les opposants actuels peuvent être considérés comme des "néo-dissidents", comme au temps soviétique.

La modernisation de l’armée n'est pas un effet d’annonce : il y a un réarmement effectif. Réactualiser les nouvelles technologies coûte énormément d’argent. Or, la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté. Cela me rappelle furieusement l’époque soviétique pendant laquelle les habitants se serraient la ceinture au profit de la conquête spatiale et de la course aux armements.

[Priscille LAFITTE/France24]

Discours de Vladimir POUTINE

Dans un monde riche en bouleversements, la tentation de résoudre ses problèmes aux dépens des autres est toujours présente, que cela soit par les pressions ou par la force. Il n’est pas surprenant que certains appellent à ce que des ressources d’importance globale soient soustraites à la souveraineté d’une unique nation. Il ne peut en être ainsi en ce qui concerne la Russie: nous n'envisageons pas cette hypothèse.

En d’autres termes, nous ne devons pas tenter qui que ce soit en nous laissant aller à être faibles. Nous ne renoncerons pas, quelles que soient les circonstances, à nos capacités stratégiques de dissuasion. Nous allons même les renforcer.

Nous ne serons pas capables de renforcer notre position internationale, de développer notre économie ou nos institutions démocratiques si nous ne sommes pas en mesure de protéger la Russie.

Nous voyons éclater de nouvelles guerres régionales et locales. Nous observons de nouvelles zones d’instabilité et un chaos délibérément nourri. Il existe même des tentatives de provoquer de tels conflits à proximité des frontières de la Russie et de ses alliés. Les principes de base du droit international sont méprisés et mis à mal, en particulier dans le domaine de la sécurité internationale.

Dans ce contexte, la Russie ne peut pas compter sur les seules méthodes diplomatiques et économiques pour résoudre les conflits. Notre pays fait face au défi de développer suffisamment son potentiel militaire dans le cadre d’une stratégie de dissuasion. C’est une condition indispensable au sentiment de sécurité de la Russie et à l’écoute des arguments de notre pays par nos partenaires.

Nous avons adopté et nous mettons en place des programmes sans précédent pour développer nos forces armées et moderniser l’industrie de défense russe. Nous allons allouer au cours de la décennie à venir environ 23.000 milliards de roubles [plus de 580 milliards d'euros] pour atteindre ces objectifs. Il ne s’agit pas néanmoins d’une militarisation du budget russe.

Notre objectif est de construire une armée totalement professionnelle. Les militaires doivent avoir pouvoir tirer un ensemble d’avantages sociaux correspondant à leur immense responsabilité vis-à-vis de la société.

Il est très clair qu’il y a eu beaucoup de discussions en ce qui concerne le montant et le calendrier de mise en place de ce financement d’importante ampleur. L’objectif de créer des forces armées modernes et de renforcer tous les aspects de nos possibilités de défense ne peut être reporté à plus tard.

En réalité, nos centres de défense et nos entreprises ont souffert de l’absence de cycles de modernisation successifs au cours des trente dernière années. Nous avons cependant réalisé de grandes avancées dans la réforme de l’armée. Des forces de réaction rapide constituées par des soldats professionnels ont été mises en place dans tous les domaines stratégiques. Des unités autonomes ont été créées. Une unité de ce genre a ainsi mené les opération de maintien de la paix en Géorgie en 2008 et défendu les peuples d’Ossétie du sud et d’Abkhazie.

Notre marine a maintenu sa présence dans les zones stratégiques des océans du globe, notamment en Méditerranée.

Que nous réserve donc le futur? La probabilité d’une guerre mondiale entre les puissances nucléaires est réduite, car cela signifierait la fin de la civilisation. Personne n’osera entreprendre une agression à grande échelle contre nous.

Les armes conventionnelles de haute précision et de longue portée vont devenir de plus en plus communes. Nous sommes conduits à agir en raison des politiques de défense antimissile des États-Unis et de l’Otan. Un équilibre global des forces peut être garanti soit en construisant notre propre bouclier de défense antimissile, une entreprise coûteuse et à ce jour largement inefficace, soit en développant notre capacité à triompher de n’importe quel système de défense antimissile et à ainsi protéger le potentiel de rétorsion de la Russie, ce qui est bien plus efficace. La réponse technique et militaire de la Russie au système américain de défense antimissile globale et à sa partie européenne sera efficace et asymétrique.

De la même façon, les activités menées par les principales puissances militaires mondiales autour de l’Arctique forcent aujourd’hui la Russie à assurer à la sécurité de ses intérêts dans cette région.

Des gens soutiennent que la reconstruction de notre complexe militaro-industriel accablera notre économie d’un poids important, le même qui avait mené l’Union soviétique à la banqueroute. Je peux assurer que c’est profondément illusoire.

L’URSS s’est effondrée en raison de la suppression des forces naturelles du marché dans l’économie et en raison d’une longue négligence des intérêts du peuple. Nous ne pouvons pas répéter les erreurs du passé.

Les ressources gigantesques investies dans la modernisation de notre complexe militaro-industriel et le rééquipement de notre armée doit servir de carburant pour nourrir les moteurs de la modernisation de notre économie, en créant une réelle croissance et une situation où les fonds publics financent de nouveaux emplois, soutiennent la demande et facilitent la recherche scientifique.

Nous serons résolus à éliminer la corruption de l’industrie de défense et des forces armées, en nous assurant que la punition pour ceux qui auront contourné la loi sera inévitable. Dans le secteur de la sécurité nationale, la corruption équivaut à la trahison.

Nous devons compter sur les derniers développements de l’art de la guerre. Être à la traîne signifie être vulnérable. Cela signifie mettre en danger notre pays et les vies de nos soldats et de nos officiers.

L’objectif est de renforcer et non d’affaiblir notre économie et de créer une armée et une industrie militaire qui garantiront la souveraineté de la Russie, le respect de la part de nos partenaires et une paix durable.

Vladimir Poutine


Cet article a été lu 6408 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0