Home» MONDE» Europe»

Pédophilie en Belgique : Le Premier ministre ELIO DI RUPO mis à nu !

Font size: Decrease font Enlarge font
image Elio DI RUPO - Premier ministre et Grand Pédophile en Belgique

Le député fédéral Laurent Louis dénonce la vie privée du premier ministre belge et ses relations intimes. Pour le député fédéral, il n’est pas acceptable qu’un homme de 60 ans, politique et à la tête de l’Etat, s’affiche en boîte de nuit avec de jeunes hommes à peine âgées de 18 ans, voire moins. Di Rupo aurait, entre autre, été surpris avec des mineurs de 13 et 14 ans avec lesquels il aurait eu des relations sexuelles. Plusieurs faits du même ordre sont révélés, étayés de témoignages et soulignés par des PV d’audition.  Ainsi, au mois d’août 1989, Di Rupo aurait été interpellé par deux policiers à Bergen en compagnie de deux jeunes garçons âgés de 12 et 13 ans à bord de son véhicule, leurs pantalons baissés. Mais, en conclusion d’un rapport daté du 3 décembre 1996, on peut lire : « Compte tenu de la réputation de M. Di Rupo, nous ne pourrons pas poursuivre ».

Di Rupo : Laurent Louis réveille un vieux dossier sexuel oublié

Il y a quelques jours à peine, le député fédéral Laurent Louis (MLD) dénonçait sur Facebook et Twitter la vie privée de notre Premier Ministre Elio Di Rupo, se demandant s’il était parfaitement éthique qu’un homme de 60 ans, politique de surcroît, s’affiche dans une boîte de nuit bruxelloise avec de jeunes hommes n’ayant pas plus de 16 à 18 ans au compteur de leurs artères. Accusé de diffamation dans la plupart des médias, Laurent Louis se donne le droit aujourd’hui de la riposte dans une lettre ouverte envoyée à l’ensemble de la presse. 

Dans une lettre ouverte intitulée « Ma vie au parlement : entre dégoût et désillusion », le député Laurent Louis donne le change aux médias ce vendredi matin, en justifiant ses allégations à force de preuves, pièces et témoignages qui seraient en sa possession.

Dans cette même lettre, le député entend partir en guerre contre « les corrompus, les pourris, les parvenus et les fils à papa, » et entend « mettre un terme à l’Etat PS et à ses dérives » afin de « rendre le pouvoir démocratique à (s)es concitoyens, en mettant en oeuvre dans ce pays une gouvernance irréprochable ». La guerre semble donc ouvertement déclarée contre l’homme le plus puissant du pays : le Premier ministre Elio Di Rupo.

De notre intervention controversée en Lybie, aux récentes élections douteuses en RD du Congo, en passant par les tueries du Brabant Wallon et la pédophilie au sein de l’Eglise, Laurent Louis passe tout au crible sans langue de bois et n’épargne personne au passage, tant au sein du pouvoir politique que du pouvoir judiciaire belge. 

L’affaire Marc Dutroux

La dramatique affaire Dutroux nous est également rappelée à notre bon souvenir dans ses lignes. Selon le député, la théorie de l’abuseur isolée que le pouvoir en place a bien voulu véhiculer durant toutes ces années dans l’opinion publique masque en fait la thèse « plus réaliste » des réseaux pédophiles.

Selon Laurent Louis, l’enquête aurait été volontairement « orientée », des pièces auraient été « égarées », des vidéos auraient « disparu » et pire encore, toutes les investigations nécessaires n’auraient pas été faites à l’époque. Et le député d’évoquer notamment des cheveux et des poils n’appartenant pas à Julie et Mélissa qui auraient été retrouvés dans la cache à Marcinelle et qui n’auraient pas été soumis à des tests ADN.

Pire, les petites filles ne seraient pas mortes de faim conformément à la version officielle mais seraient décédés des suites d’abus sexuels violents et répétés.

« Craignant qu’il ne lui arrive quelque chose », Laurent Louis précise que tous les éléments et pièces dont il dispose ont été « mis à l’abri » et soulève une question d’importance : à qui profite ce silence coupable ? » et « pourquoi aucun parlementaire n’a jamais eu le courage de parler? Y a-t-il des intérêts supérieurs, voire des personnes hautement placées à protéger? Des hommes politiques? Des religieux? ».

Elio Di Rupo

La lettre de Laurent Louis se poursuit ensuite sur Elio Di Rupo, rappelant à notre mémoire un certain nombre de plaintes ayant été déposées à l’encontre du Premier Ministre il y a quelques années. Le député relaye ces informations d’un site internet dénonçant les faits de pédophilie.

Di Rupo aurait, entre autre, été surpris avec des mineurs de 13 et 14 ans avec lesquels il aurait eu des relations sexuelles. Plusieurs faits du même ordre sont révélés, étayés de témoignages et soulignés par des PV d’audition.  Ainsi, au mois d’août 1989, Di Rupo aurait été interpellé par deux policiers à Bergen en compagnie de deux jeunes garçons âgés de 12 et 13 ans à bord de son véhicule, leurs pantalons baissés. Mais, en conclusion d’un rapport daté du 3 décembre 1996, on peut lire : « Compte tenu de la réputation de M. Di Rupo, nous ne pourrons pas poursuivre ».

Dans quelle mesure les affirmations de Louis Laurent sont-elles correctes, il appartiendra à qui de droit de s’en justifier. Une chose est sûre, Elio Di Rupo va devoir se battre sur plusieurs fronts : car si du côté néerlandophone, c’est la N-VA qui n’a de cesse de lui asséner des coups, côté francophone il semble à présent que le MLD ait pris le relais.

Pour l’instant, le porte-parole d’Elio Di Rupo s’est abstenu de tout commentaire sur les déclarations fracassantes de Laurent louis.

[clint.be] 

Lettre ouverte aux citoyens de mon pays : “Ma vie au Parlement: entre dégoût et désillusion!”

Mes chers compatriotes,

Vous êtes peu nombreux, il est vrai, à me connaître réellement et peu d’entre vous connaissent mes idées politiques et mes propositions, mais avec un siège à la Chambre, je suis pourtant l’un de vos représentants au Parlement.

Rétroactes

En 2010, après avoir milité des années au MR, j’ai été élu député fédéral dans ma circonscription du Brabant wallon. Je suis aujourd’hui Président fondateur du MLD, le Mouvement pour la Liberté et la Démocratie, parti démocratique et populaire que je représente à la Chambre. 

Du point de vue de mon parcours personnel, je tiens à préciser que je ne suis nullement issu du monde politique. Citoyens comme les autres, mes parents n’ont jamais eux-mêmes fait de la politique et je n’avais aucune “entrée” particulière dans ce monde.

Si j’ai donc décidé d’embrasser cette carrière, n’étant ni “fils de”, ni “ami de”, ce n’est certainement pas pour briguer une quelconque forme de pouvoir ou pour user de mon influence. Je me suis engagé en politique avec la volonté franche et transparente de travailler au service de mes concitoyens afin d’augmenter leur bien-être et leur qualité de vie.

Si je ressens le besoin de prendre la plume aujourd’hui dans cette lettre ouverte que je vous adresse c’est parce qu’il me faut vous avouer qu’il est extrêmement difficile, voire impossible, dans ce pays de travailler avec idéalisme et droiture.

Tout est politisé

En Belgique, tout est politisé. On vous prétend le contraire mais c’est faux! Et je citerai en première ligne la presse. Cette même presse qui bien souvent me fustige, manque cruellement d’objectivité car la plupart des rédactions sont soumises aux pressions des partis politiques traditionnels. L’information est partant manipulée à la source et le lecteur ne reçoit qu’une infime partie d’une information qui lui  est prédigérée pour qu’elle soit mieux ingurgitée.

Le monde politique occupe également une place prépondérante au niveau des entreprises publiques ou semi-publiques, dans les intercommunales et les CPAS. Pire, la Justice elle-même est manipulée par les dictats d’un pouvoir en place qui en tire les ficelles : des affaires lourdes sont étouffées, des PV sont égarés, des vidéos sont détruites alors que certaines plaintes des plus farfelues suivent leur cours et aboutissent comme par enchantement…

Tout est corrompu

Après plus d’un an dans ce Parlement, je peux vous dire que certaines personnes qui nous dirigent ne sont pas des  hommes et des femmes irréprochables. Non contents de vous mentir ou de vous tromper, ces personnes qui semblent être engagées “ad vitam aeternam” au sein de ce même Parlement y défendent leurs intérêts personnels et se laissent corrompre, allant même jusqu’à, et je pèse mes mots, couvrir de lourds secrets d’Etat.

Vous imaginez donc à quel point il est difficile pour un simple citoyen d’entrer dans ce monde par le biais des élections, surtout si ce “citoyen politique” souhaite rester intègre en refusant de se laisser séduire par les fastes du Parlement et qu’il prône une politique qui attaque de front ses collègues et leur mauvaise gestion.

Un député qui dérange le pouvoir en place

Je ne suis pas le bienvenu dans l’hémicycle parlementaire parce que je dérange. Et je dérange parce que je représente un danger pour le pouvoir en place.  Toute les choses ne semblent pas bonnes à dire alors on tente toute une série de choses à mon égard : on me traite de raciste alors même que je défends la cause congolaise, on me taxe d’extrême-droite alors qu’aucune de mes 35 propositions de loi à la Chambre ne va dans ce sens, on me ridiculise dans la presse, on me buzze sur les réseaux sociaux, voire même on me censure. Vive la démocratie belge!

Cependant, je suis politiquement libre et sans attache et cette indépendance, je la revendique. Je suis libre car je ne défends aucun intérêt particulier et je suis indépendant car je n’obéis à aucune accointance et à aucune obédience particulière. Etre un homme politique libre est ma plus grande fierté!

Cette liberté ne me donne aujourd’hui qu’un seul pouvoir véritable mais je le prends à pleines mains: celui de pouvoir dire tout haut et sans réserve ce que beaucoup pensent tout bas.

Une prise de risque politique

Je sais pertinemment que par cette lettre que je vous adresse, je prends un risque très important, le risque d’être poursuivi juridiquement, le risque d’être sali dans la presse pour déplacer le débat démocratique que je tente d’ouvrir, voire même le risque d’être volontairement  ridiculisé pour noyer la teneur de mes propos. Je prends aussi le risque de me suicider politiquement. Mais que feriez-vous à ma place?

Vous contenteriez-vous de toucher vos indemnités parlementaires en continuant de taire certaines vérités qu’il vous est donné de connaître de par vos fonctions? Décideriez-vous de vous adapter aux “règles” du pouvoir en place? Personnellement, j’ai décidé de partir en guerre contre ce système hypocrite qui nous dirige.

Refuser l’hypocrisie ambiante

C’est parce que je refuse toute forme d’hypocrisie que j’ai par exemple dénoncé la participation coûteuse de la Belgique aux opérations militaires en Libye qui ont conduit à l’assassinat du Colonel Kadhafi. 

L’exemple de l’hypocrisie dans toute sa splendeur quand on sait que Kadhafi était encore reçu il y a peu au Parlement fédéral et qu’il apparaît toujours sur les vidéos de présentation du Parlement qui sont proposées aux visiteurs de ce lieu. Bien sûr, officiellement, on vous dira que l’objectif de la Belgique était de venir en aide aux populations civiles menacées par ce tyran.  Allons, ouvrons les yeux mes chers compatriotes! L’objectif non avoué de mettre à genou celui à qui la Belgique déballait encore il y a peu le tapis rouge car il achetait notre production d’armes était non seulement de redorer l’image de notre pays sur la scène européenne alors que nous étions enlisés dans une crise politique sans précédent, mais aussi et surtout de faire main basse sur les richesses libyennes et son pétrole.

Dans le même ordre d’idée, regardez ce qui se passe aujourd’hui en République Démocratique du Congo. 

Les dernières élections ont été lamentablement truquées à l’avantage de Kabila. On pourrait donc penser que, dans un souci de respect de la démocratie, la communauté internationale et la Belgique se bousculeraient logiquement pour dénoncer cette situation et refuser de reconnaître Kabila comme président légitime du Congo. Mais non! Non seulement notre pays ne bronche pas mais pire, monsieur Di Rupo félicite officiellement monsieur Kabila en l’assurant de sa plus haute considération.

Je ne peux cautionner cette politique de l’autruche à des fins purement économiques qui cadenasse pour cinq nouvelles années électorales le sort qui est réservé aux Congolais dans leur pays lorsque l’on sait, en outre, que monsieur Kabila s’entoure de seigneurs de guerre sur qui pèsent des mandats d’arrêts internationaux.

Le Congo est un pays riche et les Congolais meurent de faim lorsqu’ils ne sont pas massacrés alors que la communauté internationale verse régulièrement, depuis de nombreuses années, des aides au développement qui ne servent qu’à honteusement enrichir une poignée de dirigeants.

Autre exemple frappant: j’imagine que vous avez encore toutes et tous en mémoire la sordide affaire Dutroux qui a marqué à jamais notre pays de son empreinte pédophile et où notre Justice a, contre toute attente, conclu à la thèse du prédateur isolé, cette même thèse politiquement correcte qui fait de Marc Dutroux l’unique abuseur des fillettes malheureusement décédées. Or, de nombreux éléments de l’enquête prouvent le contraire et appuient la thèse du réseau pédophile. Réseau dans lequel on retrouverait des personnes liées au pouvoir, à la police et à la justice. Cette thèse a même été reconnue, dans un ouvrage, par le Cardinal Danneels en 1996, avant qu’il ne se rétracte… Pourquoi? L’Eglise y était-elle mêlée également? En tout cas, on peut se demander pourquoi certains éléments du dossier ont disparus? 

Pourquoi certaines vidéos révélatrices de scènes de sexe impliquant  plusieurs personnes se sont-elles égarées? Pourquoi n’a-t-on pas pris la peine d’analyser les nombreuses traces ADN (cheveux, poils) n’appartenant pas aux fillettes et que l’on a pourtant retrouvées dans leur cache dans la maison de Marcinelle? Explication officielle des autorités judiciaires (et derrière elle du monde politique) : ces analyses coûteraient trop cher! La belle excuse. La vie de ces enfants torturées ou assassinées ne valaitelle pas cet investissement? Oser poser ces véritables questions, c’est y percevoir les réponses en filigrane.

Libye, Congo, affaire Dutroux, face à toutes ces fausses vérités politiques qui nous sont présentées, que faisons-nous? Tels des moutons merveilleusement conditionnés, nous acceptons ces mensonges! Tout comme nous acceptons de savoir que l’avocat qui a représenté les familles Russo et Lejeune était luimême un pédophile sans nous poser la moindre question.

Seconde vérité politiquement correcte: Julie et Mélissa seraient mortes de faim dans leur cache pendant le dernier séjour de Marc Dutroux en prison. La mauvaise Michelle Martin ne les auraient pas nourries. Ben voyons. Explication pratique ! Selon les rapports des médecins légistes et sur base des photos d’autopsie en ma possession, Julie et Mélissa sont mortes d’abus sexuels répétés que la décence m’empêche de décrire. Je vous assure cependant que les photos parlent d’elles-mêmes! Ces éléments sont bien entendu placés en lieux sûrs au cas où il devrait m’arriver quelque chose.

A côté de ces dossiers, je m’en voudrais de ne pas citer l’horreur des tueries du Brabant, des braquages et assassinats sanglants qui ont également défrayé notre chronique dans les années 80 et où les auteurs ont très vite été identifiés de qui de droit à l’époque. Mais là aussi, notre système et l’ambition de quelques juges ont toujours empêché l’éclosion de la Vérité. Pour certains magistrats, leur promotion offerte en échange de leur silence valait apparemment plus que la vie des 28 victimes et de leurs familles qui attendaient que Justice soit faite. Résultat : les auteurs n’ont jamais été identifiés par le pouvoir judiciaire qui a conclu à des “bandes organisées”.

Et on repart pour un tour d’hypocrisie dans le dossier de la pédophilie dans l’Eglise, le plus bel exemple sans doute de “contre charité chrétienne” : durant des années, les dignitaires religieux ont couvert leurs pairs au détriment des victimes. Ayant participé aux travaux de la commission spéciale abus sexuel, une véritable mascarade médiatique, j’ai pu constater, sur base de documents en ma possession et des auditions des plus hauts responsables  ecclésiastiques, que ces derniers mentaient en prétendant n’avoir jamais été informés des faits reprochés à des membres de leur institution. Non seulement, ils savaient mais ils les ont même protégés ! Mais, le pire c’est que, parfois sous le couvert de la prescription, aucun prêtre n’est aujourd’hui en prison, alors même que des faits de pédophilie ont été établis et avoués, notamment par Roger Vangheluwe. Justice, vous avez dit Justice?

Mais j’aimerais aller plus loin car je ne suis pas le seul homme politique à savoir: pourquoi aucun parlementaire n’a jamais eu le courage de parler?  Y a-t-il des intérêts supérieurs, voire des personnes hautement placées à protéger? Des hommes politiques? Des religieux? Comment pourrions-nous expliquer autrement ce silence coupable? Le monde politique serait-il ainsi pieds et poings liés par les égarements de ses pairs? Des égarements qui, s’ils étaient révélés au grand jour, remettraient très certainement en cause les fondements mêmes de l’Etat. Alors, on fait le choix lâche de se taire, on musèle la Justice et on achète la presse!

L’affaire Di Rupo

Enfin, dernièrement, j’ai dénoncé le comportement indigne de notre Premier Ministre Elio Di Rupo et j’ai, avec franchise, posé la question de savoir s’il était acceptable que le chef de notre gouvernement, qui représente également le peuple belge à l’étranger, puisse s’exhiber dans une boîte de nuit bruxelloise dont la moyenne d’âge de fréquentation se situe autour des 16 à 18 ans, et puisse faire des avances à un mineur alors qu’il a plus de 60 ans. Est-ce cela l’éthique et la probité attendues d’un Premier Ministre? Je vous pose la question. Si votre réponse est “oui”, je crois alors que mon combat politique est vain.

Et pourtant, je ne semble pas être le seul à remettre en question la moralité de monsieur Di Rupo. Je vous invite ainsi à découvrir ce lien en lecture qui m’a été envoyé par un concitoyen: http://www.pedopolis.com/pages/les-affreux/elio-di-rupo/elio-di-rupo-politique-belge-fortementsoupconnable.html

En effet, si je n’ai jamais accusé le Premier Ministre Di Rupo de pédophilie, me contentant de remettre en question son éthique personnelle, d’autres ne se gênent pas pour le faire à force d’enquêtes et de témoignages. Jugez-en par vous-même grâce à cet extrait éloquent:

« Il y a effectivement d'innombrables témoignages et plaintes contre Elio Di Rupo sur lesquels pèse un lourd silence et qu'on n'est pas spécialement pressé d'éclaircir. Voyons-en le détail par l'intermédiaire  des pièces importantes retrouvées dans le dossier pénal initial de M. Elio Di Rupo auquel nous avons eu accès. Un procès verbal de la police de Namur, portant le numéro 12852/98, dans lequel est auditionné Jean-Marie Rulens, client – callboy de la boîte "La Brique" à Liège. Ce dernier déclare que Di Rupo s'y amusait toujours avec des jeunes de plus ou moins quatorze ans, qu'il les payait 15 000.- pour les gâteries et que Di Rupo aurait pratiqué de la fellation et de la sodomie avec des mineurs. Nous avons rencontré Rulens et il nous a confirmé ses dires lors des auditions concernées, avec moult détails à l'appui. Une note du Parquet portant le numéro 3766117528/96, qui se réfère aux déclarations du même Rulens et qui indique l'identité de deux mineurs de 13 et 14 ans, S.P. et C.V., ayant eu des contacts sexuels avec Di Rupo et Grafé pour des "honoraires" variant entre 3000 et 5000 francs. On retrouve une phrase significative dans ce rapport, phrase chère à Di Rupo: "il n'y a jamais eu de violences envers les  mineurs qui étaient consentants." Nous avons retrouvé ces deux garçons: ils confirment avoir couché, l'un alors qu'il était âgé de moins de 14 ans, avec celui qu'on appelait alors "Elvis" dans les boîtes à la mode.

Un procès verbal de la BSR de Wavre daté du 29 octobre 1996. Une certaine Monique Delneste y confie aux enquêteurs des allées et venues de jeunes gens en compagnie d'Elio Di Rupo dans un immeuble voisin. Nous avons interrogé Mme Delneste et visité cet immeuble pour y effectuer l'enquête de voisinage que les forces de police se sont bien gardées de réaliser. D'autres témoignages vont exactement dans le même sens que celui de Mme Delneste.

Un rapport de la brigade nationale de gendarmerie du 9 octobre 1996 qui insiste également sur les rapports spéciaux entre Di Rupo et de jeunes garçons. On y parle également d'un certain E.M., protégé du vice-premier ministre, retrouvé mort. Un rapport de la BSR de Bruxelles, daté du 3 décembre 1996 et portant le numéro de référence 3766118068/96. On y relate des relations sexuelles entre Di Rupo et de jeunes garçons âgés de 16 à 18 ans. Et on y retrouve une phrase aussi significative qu'étonnante: "Vu la notoriété de M. Di Rupo, nous ne poursuivons pas".

Un procès verbal de la police judiciaire de Bruxelles, portant le numéro 46663 et dans lequel s'exprime M. Robyns, le chauffeur de Jean-Pierre Grafé (NDLR: ancien ministre), le 5 novembre 1996. Le chauffeur y évoque des "partouzes" en signalant que son rôle se limitait simplement à y "servir des boissons".

Une note confidentielle émanant de MM. Demanet, procureur général de Mons et Marchandise, procureur du roi à Charleroi, datée du 28 novembre 1996, où l'on parle entre autres d'un certain Jean-Luc Finet, inculpé de détention de cassettes pédophiles et dans l'agenda duquel figurait le nom et les coordonnées de Di Rupo. Un autre procès verbal où le mineur L.H. affirme avoir couché avec le fameux Trusgnach, le jeune homme clé du blanchiment de Di Rupo, dans l'appartement et le lit de Grafé.

D'innombrables lettres anonymes qui ne nous intéresseraient même pas s'il n'y en avait plusieurs qui indiquent que Di Rupo avait été pris en flagrant délit avenue du grand large à Mons avec un mineur de moins de 14 ans dans une Saab blanche. Cette voiture revient assez souvent dans les lettres anonymes. Ce témoignage sera d'ailleurs confirmé par 2 policiers. Des témoignages et des lettres anonymes relatant un accident de voitures de Di Rupo en compagnie d'un jeune garçon à … Sars la Buissière, non loin de la maison de Marc Dutroux.

Des  témoignages qui prouveraient que Trusgnach, Di Rupo, Grafé et une grosse légume de la Banque Nationale dont nous détenons l'identité, étaient vu fréquemment ensemble dans les bars "Le garage" et "Le Tunnel", tous les deux des rendez-vous d'homosexuels.

Beaucoup d'autres pistes et informations variées souvent anonymes et donc peu crédibles. Mais ce qui étonne, c'est qu'on ne retrouve aucune trace dans ce dossier d'enquêtes suite à ces lettres anonymes par les enquêteurs. Des lettres qui indiquent des adresses précises, des noms de personnages existants qu'on pourrait finalement interroger et des faits qui pourraient être contrôlés quant à leur possible ou leur impossible véracité. »

Mais ce n’est pas tout :

« La preuve la plus évidente a été fournie par 2 policiers communaux à Mons qui, en août 1989, en soirée et à deux reprises, ont surpris Elio Di Rupo en bordure du lac du grand large de Mons avec un gamin de 12 ans et un gamin de 13 ans dans sa voiture, lors de rondes de contrôle qu'ils effectuèrent à cet endroit particulièrement propice aux jeux sexuels cachés et aux rencontres amoureuses illégitimes, voire illégales et perverses »

« Les gamins avaient le bas du corps dénudé », nous raconte l'un des policiers. Les policiers ont évidemment relevé l'identité de l'Italo-belge et également des enfants qui, adultes aujourd'hui, se souviennent encore de ce qui leur arriva jadis. Les deux représentants des forces de l'ordre n'avaient, à l'époque, pas rédigé de procèsverbal, leur hiérarchie communale le leur ayant  déconseillé. Or, ils changeront d'avis après que nous les ayons retrouvés et se décideront finalement, il y a 3 ans, à déposer entre les mains des services de l'officier de police judiciaire Michel Steylemans. Ce dernier prendra leurs dépositions et les transmettra finalement, voici deux ans, ensemble dans un dossier complet résumant ses investigations très poussées et très convaincantes, au conseiller Fischer de la Cour de Cassation. Avec le résultat que nous connaissons: affaire classée … »

Vous avouerez  que ces faits sont particulièrement troublants… Existe-t-il un seul pays au monde où un homme suspecté d’autant de faits troubles puisse devenir l’homme le plus puissant du pays aujourd’hui? Monsieur Di Rupo n’est malheureusement pas le seul homme politique à traîner de fameuses casseroles derrière lui. Ceci explique peut-être cela…

Oser parler quitte à se faire haïr

Dans ma situation, d’autres élus auraient certainement préféré se taire, jouer le jeu du politiquement correct et de la place chaude à garder en politique, profil bas certes mais le cul dans le beurre. Je me regarde, tous les matins, sans aucun problème dans mon miroir et je tiens à ce que cela continue. J’ai donc décidé de parler et peu importe les risques personnels que j’encours ou les conséquences éventuelles pour ma carrière politique. Je me dois avant tout d’être honnête à l’égard du peuple que je représente et que j’ai juré de servir.

Je promets d’aller jusqu’au bout de ce combat, de mettre un terme à l’Etat PS et à ses dérives, de lutter contre les corrompus, les pourris, les parvenus et les fils à papa, afin de rendre le pouvoir démocratique à mes concitoyens, en mettant en oeuvre dans ce pays une gouvernance irréprochable.

Le combat ne sera certes pas facile et je sais que de nombreux responsables politiques m’empêcheront de vous conduire à la Vérité en tentant de me faire passer pour un illuminé voire un incompétent. Alors je vous propose ceci : agissons de concert! J’ai le pouvoir de vous ouvrir les yeux, pièces à l’appui. Vous avez le pouvoir de refermer ces yeux ou de les garder bien ouverts. Usez de votre capacité de discernement et refusez toute lobotomisation de votre cerveau. Nous pourrons alors construire ensemble la Belgique éthique de demain.

Laurent LOUIS (MLD)

“Le monde est dangereux à vivre, non à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire!” A. Einstein

Di Rupo et vie privée : Laurent Louis dénonce

Laurent Louis a dénoncé cet après-midi dans un échange sur Twitter la vie privée de notre premier ministre et la nature ses relations intimes. Pour le député fédéral, il n’est pas acceptable qu’un homme de 60 ans, politique et à la tête de l’Etat, s’affiche en boîte de nuit avec de jeunes hommes à peine âgées de 18 ans, voire moins.

Une conversation virtuelle qui a démarré entre Laurent Louis et un internaute a rapidement dévié en ligne sur la vie privée de l’homme au papillon. Partant des félicitations officielles faites au Président Kabila par Elio Di Rupo dans le cadre des récentes élections controversées en République Démocratique du Congo, le député a non seulement condamné ces félicitations transmises par la Belgique mais a, en outre pointé du doigt la vie du tout nouveau chef du gouvernement : « allez, allez, tout le monde connaît les goûts de notre Premier Ministre ». Et de poursuivre : « un ami mineur en a encore fait l'expérience au You récemment (..) En dessous de 18 ans, ce n'est plus de l'homosexualité (..) « le comportement de Di Rupo est indigne pour un Premier ministre ». Avant de conclure : « Tous les Belges savent parfaitement de quoi je parle ! »

Des propos confirmés un peu plus tard dans la journée sur Facebook : « Je dérape? Non, je ne crois pas, je ne fais que dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas! Les médias, les acteurs politiques, la justice, tout le monde sait mais personne ne dit rien. Le MLD exige une Belgique irréprochable et des dirigeants respectables. Nous ne les avons pas pour le moment. Trouvez-vous normal qu'un Premier Ministre âgé de plus de 60 ans fasse des avances à un mineur en pleine boîte de nuit ? Mais enfin, il faut se réveiller, c'est intolérable! Berlusconi a dû faire un pas de côté en Italie pour ses frasques, et nous que faisons-nous? Nous voyons Di Rupo comme un dieu, un sauveur. Et bien, il est beau notre sauveur! Le MLD rappelle son souhait de mettre un terme à l'Etat PS, à ses dérives tout en combattant les parvenus, les corrompus et les fils à papa! »

Et le député d’enfoncer le clou : « Son homosexualité ne me gêne pas du tout! Que du contraire mais le reste, bien (..) si ce n'était que cela, ce ne serait pas dérangeant mais en dessous de 18 ans, ce n'est plus de l'homosexualité! ». 

Des propos affirmés qui pourraient causer de réels ennuis à Laurent Louis. Et bien évidemment, les réactions tant virtuelles que dans le monde politique ne ce sont pas faites attendre.

Sur les réseaux sociaux

« C'est le genre de propos qui mérite directement une suspension de son statut, et surtout sans indemnités. Cela démontre à quel point ce bonhomme fait tout pour faire parler de lui « ;

« Et si on parlait de politique, de l'avenir du pays, de sa gestion. Les attirances d'Elio Di Rupo pour les hommes n'intéressent que lui et son,ou ses partenaires. Un mineur d'âge ? Que faisait-il dans cette boîte ? Il faut continuer l'enquête, prendre son identité, et sanctionner le patron de la boîte de nuit. Quelle est la vie sexuelle et affective de Mr Laurent Louis » ;

« On ne peut pas en rester là!! il en a trop dit ou pas assez! Dans tous les cas, un des deux doit finir au tribunal!! »

André Flahaut, Président de la Chambre des Représentants

Interrogé en sortie d’une réunion, André Flahaut a stigmatisé en première réaction « un dépassement sur le plan humain de la frontière du respect que les gens se doivent les uns aux autres ».

Pour le surplus, le président a précisé qu’il devait vérifier si Laurent Louis est soumis dans ce cas d’espèce au règlement de la Chambre. Si oui, « je devrais encore prendre mes dispositions », a-t-il précisé. Mais il assure déjà : « Je ne vais pas en rester là (…) Je compte, de toute façon, adresser un courrier à Laurent Louis (…) Je considère que ce genre de propos est complètement déplacé, ce n'est pas admissible, de la part d'un parlementaire, à l'égard d'un Premier ministre en fonction ».

Les services du premier ministre

Les services du Premier ministre n'ont pas souhaité réagir à ces propos. La députée Karine Lalieux a qualifié Laurent Louis de « fidèle à lui-même avec ces rumeurs nauséabondes », tout en précisant qu’ « il fait une fois de plus honte au monde politique ».

D’un point de vue constitutionnel

Pour Francis Delpérée, constitutionnaliste, le président de la Chambre n'a pas de réelle possibilité pour sanctionner Laurent Louis, mais il n'exclut pas une action juridique. « Il faut bien noter que Laurent Louis ne s'est pas exprimé dans le cadre de sa fonction parlementaire, auquel cas, il aurait été couvert, c'est ce qu'on appelle l'irresponsabilité parlementaire ». En dehors de cette hypothèse, Laurent Louis peut être poursuivi par la Justice, en cas de plainte de la personne concernée.

Rétroactes

Rappelons qu’en 1996, Elio Di Rupo a été victime d'une affaire de diffamation de la part d'un jeune homosexuel, qui l'avait accusé à l’époque d'avoir abusé de lui alors qu'il était mineur, un dossier pour lequel l'actuel Premier ministre a été totalement blanchi depuis par la justice.

[clint.be]

A lire aussi


Cet article a été lu 34086 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (1 posted):

johan goossens on 04/05/2015 00:35:17
avatar
Sans oublier le meurtre de l'inspecteur Simon Poncelet
Thumbs Up Thumbs Down
2
total: 1 | displaying: 1 - 1

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
4.25