Chasse aux nègres : L'assassinat des noirs par les policiers blancs semble s’accélérer aux Etats-Unis

Font size: Decrease font Enlarge font
image Police - Le policier américain, Michael Slager, a tiré plusieurs fois sur un homme noir non armé.

Que se passe-t-il aux Etats-Unis ? Que se passe-t-il dans la tête des Américains ? Certes, il y a toujours eu dans l’histoire américaine des noirs tués par les policiers blancs, mis, à quelques exceptions près, sur le compte des bavures policières. Cependant, depuis ces dernières années, le mouvement semble s’accélérer, le nombre des victimes accroit de manière exponentielle au point qu’il y a eu tout récemment dans plusieurs villes des Etats-Unis des émeutes qui souvent n’ont pas mis en scène que des noirs. De bonnes consciences américaines commencèrent à s’émouvoir.

Souvent le scénario est le même. Un policier blanc interpelle un noir, en infraction ou simplement suspect d’on ne sait quoi. Au moindre mouvement de ce dernier, le flic dégaine et à ce moment-là une injure ou un geste de trop, l’arme est vidée de plusieurs balles sur individu. Au procès, la ligne de défense du policier, généralement soutenu par sa corporation, est invariablement la même : légitime défense puisque la victime était supposée être armée. Verdict attendu : acquittement.

Il n’en sera peut-être pas le cas du dernier meurtre, disons assassinat, commis cette semaine à Charlestone dans la Caroline du Nord. Walter Scott, un noir, lors d’un banal contrôle de la route, a pris la fuite. Le policier, blanc bien sûr, l’a poursuivi, puis s’est arrêté et mis en joue le fuyard. Il a tiré sur lui de dos huit balles, l’a rattrapé évidemment, et, pince sans rire, lui a passé les menottes  les bras derrière le dos alors que la victime expirait. Comme d’habitude, la scène n’est pas passée, malheureusement pour l’agent de l’ordre, inaperçue puisque elle a été filmée en live par une caméra d’amateur. Il n’échappera sans doute pas à la justice, car il a été mis aux arrêts et révoqué de la police. Les choses évoluent vite. Malgré la résistance de certains Etats, il se mijote de plus en plus de munir chaque policier d’une camera pour filmer ses propres actes.

Ces actes d’un autre âge se multiplient, disons-nous, ces dernières années, particulièrement depuis le début du second mandat de Barack Obama. Y aurait-il un lien entre les assassinats répétés des noirs par les policiers blancs et la présence d’un noir à la Maison Blanche ? L’association pourrait être établie allégrement.

Les Etats-Unis d’Amérique ont été formés sur fond de violences : guerres d’occupation  des terres contre les indiens, guerre d’indépendance, luttes fratricides pour le Far West, guerre de sécession … une société de violence au sein de laquelle chaque membre est autorisé à acquérir une arme (des armes) pour pouvoir se défendre. Une société de violence qui a vu deux ou trois de ses Présidents en exercice tomber sous les balles des concitoyens.

Puis, une société qui a réduit des hommes, les noirs seulement, en esclavage, puis les a relégués en marge de la justice, des droits et des libertés. Cette société là doit avoir produit des êtres à part, des malades mentaux sans  doute indécelables à l’œil nu en dépit des progrès de la médecine psychiatrique. Des psychopathes raciaux, il doit en avoir au sein de la communauté américaine. Une infime minorité sans doute, mais ils existent. Et certains policiers blancs peuvent compter parmi cette catégorie-là.

Ceux-là n’ont probablement pas tout à fait accepté l’élection, puis la réélection du noir Obama. Pourtant, on sait que ce dernier a eu la préférence des américains blancs à plus de quarante pourcents à chaque scrutin présidentiel. Rappelons-nous les craintes qu’avait publiquement émises Hilary Clinton lors des primaires démocrates de 2008 sur la vie de Barack Obama. Je parie que les responsables de la sécurité présidentielle américaine passent des nuits d’insomnie pour la protection de cet homme qui n’est pas à l’abri d’un coup d’un de ces psychopathes qui ne rêvent qu’à se faire un nom sur la disparition d’un des plus célèbres noirs vivants du 21ème siècle.

[Thomas Makamu]


Cet article a été lu 2336 fois



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Subscribe to comments feed Comments (0 posted):

total: | displaying:

Post your comment comment

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Please enter the code you see in the image:

  • email Email to a friend
  • print Print version
  • Plain text Plain text
Newsletter
Email:
Rate this article
0