Home | SANTÉ | Sexe : Les Hôtels se transforment en vrais abattoirs pendant la saison sèche en RDC

Sexe : Les Hôtels se transforment en vrais abattoirs pendant la saison sèche en RDC

image

Les parents doivent mettre en garde toutes leurs filles face au comportement sexuel incontrôlé pendant cette saison. Des célibataires et certains hommes mariés, qui ont plusieurs lits, prennent pour des petites amies des jeunes filles, dont les plus vulnérables sont des élèves en vacances et étudiantes aussi. Et puisque le plus grand nombre de ces célibataires n’ont pas des domiciles propres à eux, ils remplissent les Hôtels, qui se transforment en vrais abattoirs. Dans un hôtel au quartier Mombele, le gérant de l’établissement a affirmé que pendant la saison sèche, c’est à partir de 15 heures que des chambres toutes occupées. « Pour des couples qui passent leurs nuits ici, ils préfèrent aller jusqu’à 10 heures, le temps que le soleil apparaisse et que la fraicheur cesse », a indiqué ce gérant, qui a requis l’anonymat.

C’est depuis mi-mai que Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, est plongée dans le rythme de la saison sèche. Au début de ce changement climatique, plusieurs choses s’annoncent, notamment des maladies, dont la plus célèbre : la « grippe », la cuire chevelure chez les femmes et bien d’autres.

En dehors de tout ce qui est cité ci-haut, un autre grand facteur à craindre pour les jeunes filles, dont la plupart sont des écolières qui sont en période des vacances, est celui des comportements sexuels incontrôlés qui entraînent comme conséquences des grossesses indésirables, des maladies sexuellement transmissibles et plusieurs autres méfaits sanitaires, qui s’en suivent.

Ces jeunes filles, dont la plupart ne savent pas maîtriser leurs instincts sexuels, se laissent facilement faire par des flatteurs.

A côté de ce comportement que l’on déplore, ce sont des bars ou encore des terrasses qui se vident pendant des heures de pointes, à cause du climat qui n’est pas favorable. La fraicheur qui se dégage en ce temps précis, souvent le soir, n’occasionne pas une afflue de ces consommateurs des boissons alcoolisées. Les données changent, malheureusement pour les tenanciers de ces terrasses, qui connaissent de fort manque à gagner.

Les bars sont complètement vides car certaines personnes se méfient de prendre la bière fraiche. Dans des boîtes des nuits, les clients consomment des whiskys et vodkas qui ne sont pas gardés aux frais.

Après le job, certains buveurs qui évitent à consommer de la bière fraiche, bien congelée préfèrent mieux être collés à leurs femmes. Pour eux, c’est une autre façon de se détendre et d’être à l’abri de la fraicheur, qui est loin de pardonner en cette période précise.

Là où le comportement sexuel devient incontrôlé

Des célibataires et certains hommes mariés, qui ont plusieurs lits, prennent pour des petites amies des jeunes filles, dont les plus vulnérables sont des élèves en vacances et étudiantes aussi. Et puisque le plus grand nombre de ces célibataires n’ont pas des domiciles propres à eux, ils remplissent les Hôtels, qui se transforment en vrais abattoirs.

Dans un hôtel au quartier Mombele, le gérant de l’établissement a affirmé que pendant la saison sèche, c’est à partir de 15 heures que des chambres toutes occupées. « Pour des couples qui passent leurs nuits ici, ils préfèrent aller jusqu’à 10 heures, le temps que le soleil apparaisse et que la fraicheur cesse », a indiqué ce gérant, qui a requis l’anonymat.

Les finalistes ne sont pas épargnés

A cet effet, renseigne une partie de l’enquête, les finalistes qui vont aux maquis, en raison de la préparation collective de la session ordinaire des examens d’Etat, plusieurs flatteurs profitent de cette période avec des fuites d’examens d’Etat, qu’ils ramassent n’importent où, pour manipuler les jeunes finalistes femmes. C’est pour cela qu’après les examens d’Etat, certains maquisards filles qui se sont méconduites pendant toute la période passée au maquis, se présentent à la fin soit avec un diplôme, la réussite, soit l’échec.

Celles qui échouent transforment le maquis en un lieu de libertinage, alors que le maquis doit garder son vrai sens de lieu de concentration et de préparation des épreuves à venir. Dommage que plupart en abusent.

Et c’est justement pour cette raison que les écoles sérieuses internent ses élèves dans ses propres installations pour éviter certains dérapages de la part de certaines élèves filles.

Cependant, pour éviter tout dérapage à l’école tout comme à la maison en cette période, les parents doivent à leur tour bien encadrer les filles, surtout celles qui sont en vacances au risque de ne pas être humiliés. Ceci vaut également pour les filles, candidates aux épreuves d’Etat. Elles devront être de plus en plus conscientes de leurs responsabilités. Et pour ça, les parents, qui sont les pivots dans cette démarche, devront tenir à ce que les élèves soient internés dans des écoles sous la surveillance scolaire que tout laisser à leur dépendant.

Et pour les écoles qui n’ont pas d’endroit où héberger les élèves, elles devront quand même veiller à l’encadrement, assurer le suivi de ses élèves, évidemment moyennant quelques choses. Car, ceci va de l’image et de la crédibilité de cet établissement scolaire, dont les élèves finalistes sont en train de préparer leur examen. Il est important que les écoles s’investissent.

Cet appel si capital oblige l’Etat de s’impliquer dans l’encadrement de la jeunesse et particulièrement de la fille, dont l’avenir n’est pas toujours favorisé par des coutumes et autres comportements au niveau de famille. D’où, l’appel aux autorités est vivement souhaité pour réglementer certaines choses, parce qu’on ne peut pas comprendre qu’hier, il était interdit aux moins de 18 ans de se balader au-delà de 20heures, de se retrouver dans des buvettes, et qu’aujourd’hui cela passe sous silence comme on se trouvait sous d’autres cieux alors qu’on est toujours en Rdc. Il y a de ces réformes que le pays devra capitaliser. Car, l’absence de l’Etat, la non application de la loi dans la plupart des cas, fait sombrer le pays et détruit l’avenir des actuelles générations. Ce qui ne garantit un bon avenir au pays.

[Altesse Bernetel Makambo]