Home | REVUE DE PRESSE | RDC : Revue de presse du Lundi 14 Novembre 2011

RDC : Revue de presse du Lundi 14 Novembre 2011

image

Les élections du 28 novembre 2011, dominent le sujet d’actualité exploité par les journaux parus ce lundi 14 Novembre 2011 en République Démocratique du Congo.

« L’Opposition en ordre dispersé ». C’est le titre qu’affiche LE POTENTIEL dans sa livraison de ce lundi. Le quotidien de l’avenue Bas-Congo note que les calculs se compliquent pour l’Opposition. Sauf sursaut d’orgueil de dernières minutes, il ne faut pas s’attendre à un compromis en ce qui concerne une « candidature commune ou consensuelle » au sein de l’opposition pour la présidentielle 2011.

Les tentatives secrètes de l’Afrique du Sud n’ont pas réussi à dégager ce compromis tant attendu. Chacun a pris acte de cet échec et ira de son élan. Le reste, on verra bien après la date du 28 novembre.

Pour le confrère, on assistera incontestablement à l’éparpillement des voix avec comme conséquence l’affaiblissement de l’Opposition. Le grand bénéficiaire de cette décontenance politique est sans conteste le candidat de la mouvance présidentielle : Joseph Kabila. Devant ce tableau lézardé que présente l’opposition, Kabila part favori.

Toutefois, souligne LE POTENTIEL, il ne s’agit là que des supputations, car rien ne dit que si l’opposition va en ordre dispersé, elle échouerait.

L’Observateur rapporte que la majorité et l’opposition saluent l’appel lancé à la CPI par le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), le pasteur Daniel Ngoy Mulunda. Au cours d’une conférence de presse tenue le week-end dernier à Kinshasa, il a demandé au procureur de la Cour pénale internationale (CPI) de surveiller les violences préélectorales observées dans plusieurs provinces de la RDC.

Le Potentiel indique que Luis Moreno, procureur de la CPI, a déclaré suivre avec « une extrême vigilance » le déroulement du processus électoral en RDC, où la CPI mène des enquêtes depuis juin 2003.

Après JP Bemba, qui de Kyungu ou de Tshisekedi pourrait se retrouver dans les geôles de la CPI ? L’AVENIR fait remarquer que la Cour pénale international a été invitée en RDC pour accompagner le processus électoral et éventuellement prendre d’autres gros poissons dans son filet. Demande acceptée par cette institution.

Le président du Bureau de la CENI, Daniel Ngoy Mulunda, note ce journal, devait quoi qu’il coûte, trouver un parapluie solide pour recadrer la bataille et sauver ses efforts qui sont entrés dans la dernière ligne droite.

A cette allure, constate L’AVENIR, après JP. Bemba, au moins un autre politicien connu pourrait devenir locataire de la Cour pénale internationale à la Haye.

DU PEUPLE rapporte que suite à ses appels répétés à la violence contre les forces de l’ordre et à la désobéissance civile, l’opposant éternel et historique risque de terminer sa carrière à la Cour pénale internationale.

Malgré les tentatives de ses proches de réparer l’irréparable escalade verbale, les faits enregistrés depuis le retour de Tshisekedi en RDC et ses dernières déclarations laissent entrevoir que s’il ne change pas le fusil d’épaule, il pourrait rejoindre à la Haye Germain Katanga, Ngodjolu, Lubanga et autres.

LE PHARE rapporte qu’à l’entame du dernier virage pour les scrutins du 28 novembre, le bureau de la CENI avec à sa tête Daniel Ngoy Mulunda a animé personnellement, vendredi 11 novembre dernier à l’Hôtel Sultani de la Gombe, le point de presse hebdomadaire de cette institution.

C’était pour faire le point sur l’avancement du processus que tous les Congolais souhaitent apaisé pour élire les dirigeants qui vont gouverner le pays pour les cinq prochaines années. Ce en présence des ambassadeurs accrédités à Kinshasa et des opérateurs politiques de toutes tendances confondues.

S’agissant du chapitre de la violence électorale qui fait craindre le chaos tant sur le plan verbal que physique avec des morts et des voies de fait, Daniel Ngoy Mulunda a regretté la tendance actuelle qui tend à hypothéquer l’avenir de la nation alors que les élections doivent être une fête pour que le peuple fasse librement son choix de ses dirigeants.

Il a mis en garde que les voies de faits, les menaces et intimidations ne resteront pas impunies. Il a invité l’officier du ministère public à s’autosaisir de tous les cas afin de réprimer. Quant à la CPI, la CENI a lancé officiellement une invitation au bureau du procureur pour l’envoi des observateurs pour enquêter sur tous les cas de violences commis pendant la période électorale afin de s’en saisir.

LA PROSPERITE signale que Kin-Kiey Mulumba porte plainte contre Kamerhe. En effet, en tournée de campagne dans la province de Bandudnu, M. Kamerhe aurait connu une mauvaise passe à Masimanimba.

Sans enquête minutieuse, il a accusé Kin- Kiey Mulumba, président du Parti pour l’Action (PA), de disposer d’une milice qui aurait mission d’assassiner les candidats présidents de la République issus de l’Opposition.

Accusation démentie aussitôt par Kin-Kiey qui a soutenu qu’il porterait plainte contre Kamerhe.

L’ACP (Agence Congolaise de Presse) rapporte que le Président sud-africain et président de l’organe de la SADC en matière de politique, de défense et de sécurité, Jacob Zuma, a lancé un appel aux acteurs politiques congolais à contribuer, chacun à son niveau, à l’organisation des élections apaisées en RDC.

L’appel du Président Zuma est contenu dans le communiqué final qui a sanctionné sa visite officielle en RDC samedi, à Lubumbashi, sur invitation de son homologue congolais Joseph Kabila.

Concernant la campagne électorale, Le Potentiel constate qu’il ne reste plus que douze jours pour que les rideaux tombent sur ce «carnaval électoral» afin que l’essentiel soit fait. Douze jours d’intenses activités, de dur labeur pour convaincre, mais aussi douze jours sous haute tension.

La Prospérité rapporte que le Candidat N°4, « Kakese Malela veut restaurer l’unité de la famille« . C’était au cours de son meeting de campagne dans la partie Est de Kinshasa, rapporte la consœur.

L’Avenir, pour sa part s’intéresse au candidat N°3, Joseph Kabila qui est arrivé à Kalemie, dimanche 13 novembre. Le confrère constate que Joseph Kabila qui a sollicité le vote à 100% des électeurs du district du Tanganyika a reconnu n’avoir pas encore satisfait à toutes les attentes des populations de cette contrée du pays, priorité ayant été donnée à Kinshasa la capitale.