Home | RDC | Elections | RDC : La candidature unique ne réduirait pas les fraudes électorales

RDC : La candidature unique ne réduirait pas les fraudes électorales

image

S’il faut s’en tenir aux résultats réels des élections de 2011, et ici je m’adresse particulièrement aux partisans de la « voie électorale », j’affirmerais comme des institutions internationales qui ont eu à parrainer lesdites élections, et même si par après elles avaliseront l’arnaque, que le peuple congolais avait massivement voté et placé un candidat bien déterminé comme vainqueur et à la tête de la liste, ce malgré la multitude des candidatures qui furent présentées. C’est pour démontrer que ce peuple auquel certains font encore appel, et aujourd’hui, est loin d’être ignorant ou bête. C’est aussi pour dire que l’argument du « candidature unique de l’opposition » est tout simplement l’expression d’une ignorance de la volonté populaire croyant qu’elle ne saurait se déterminer seule alors que ce peuple sait, si du moins il arrivait à arracher sa liberté, ce qu’il désire. 

C’est également pour déclarer que si le camp adverse a l’intention de tricher, et je ne vois pas comment il s’y prendrait autrement, aucune barrière ne l’arrêterait même si il se trouvait face à une seule candidature. Il pourrait bien s’arranger et octroyer une victoire avec un écart assez léger de différence à son candidat. 50, 1% contre 49, 9 % par exemple….La candidature unique ne réduirait pas ses manœuvres de fraude. 

Et puis, l’argument du candidat unique contredit la raison de fraude massive et tricherie que la même « Opposition » a présentée hier en face de la victoire contestée de « Joseph Kabila ». Car exiger une candidature unique de l’opposition pour 2016 équivaut à admettre finalement la défaite de 2011 au motif, non de fraude mais de la désunion de l’opposition et de l’absence d’un candidat de l’unité. Alors comment dire une chose et avancer son contraire à la fois ? Et avec tout cela, on voudrait être pris au sérieux quand on renonce à ses déclamations antérieures. 

La question n’a jamais été celui du candidat unique de l’opposition sauf si on veut dire que la candidature de Tshisekedi dérange et que personne dans ce milieu-là n’en veut. On aura vite compris le sens de « j’ai présenté le Dr Mukwege aux Américains » et son autre formule de candidature unique de l’opposition. Personne n’apporte ici un soutien quelconque et à qui que ce soit. Et surtout pas nous qui, de notoriété, il est bien connu par les chantres des uns et des autres que la logique électorale nous engage à peine. Mais il faut aider ce peuple à se faire une idée et à comprendre comment il s’est fait rouler dans la farine.

La question n’est pas non plus liée à l’organisation de la CENI ou de son dirigeant, qu’il soit l’Abbé Malu Malu ou pas, mais par contre tout repose sur la volonté discrétionnaire de l’Occident qui choisit d’avance qui doit être désigné et proclamé comme vainqueur de ses élections à elles et pour lesquelles des Congolais conduits comme des moutons à l’abattoir par son élite ne seraient que des simples exécutants. Bon tout cela n’intéresse réellement personne quand des accords et des messes noires sont déjà dits et qu’une partie de l’élite congolaise a vendu son âme. Et personne ne parle non plus de moralité en la matière, mais que l’on cesse du moins de prendre tout le monde pour des cons. Chacun se distingue et se définit par ses idolâtries. Dans tous les cas, moi, je n’en ai aucune.

Et candidat unique ou pas, si « Joseph Kabila » se représentait ce qu’il aurait reçu le quitus de le faire sinon je vois mal comment l’individu tel qu’il apparait et tel qu’il a accédé au pouvoir puisse en faire autrement et ce de lui-même. Et même si ce ne serait pas lui….Après tout de quoi je me mêle.

Je constate une fois de plus que l’on se trompe perpétuellement de combat. Et bien sûr que nous autres en prenons toujours bonne note. N’est-ce pas que chacun de nous se bat à sa manière. « Le courage et les vertus conservent les États ; la lâcheté, [transformée par les uns en « réalisme » et juste pour avoir une conscience tranquille], et les vices les ruinent », a dit un penseur d’ailleurs. 

Nous avons non seulement le courage d’affronter des monstres, mais également nous sommes prêts pour en payer son véritable prix. 

Likambo ya mabele Likambo ya makila

Mufoncol Tshiyoyo