Home | RDC | Elections | RDC : Le calendrier électoral de MALUMALU constitue un « plan machiavélique » contre le peuple congolais

RDC : Le calendrier électoral de MALUMALU constitue un « plan machiavélique » contre le peuple congolais

image

Une fois de plus, quelques partis politiques de l’opposition congolaise représentés à l’Assemblée nationale continuent d’exiger la tenue d’un «vrai dialogue» entre acteurs politiques et forces de la société civile impliqués dans l’organisation des élections.

Les députés de ces partis ont affirmé, lundi 9 juin, que cette rencontre permettra de trouver un consensus sur le calendrier électoral publié le 26 mai par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), un document qu’ils qualifient de « partiel et partial ».

Pour ces députés issus notamment de CDER, MPCR, UDPS, Set et Reco ainsi que le RCD/KML, ce calendrier constitue un «plan machiavélique» contre le peuple congolais.

Certains d’entre eux estiment que ce calendrier divise la classe politique et qu’il faut agir en urgence.

«Nous exigeons l’acceptation du calendrier électoral par consensus, lequel calendrier doit prendre absolument en compte toutes les échéances jusqu’en 2016, conformément à l’article 9 de la loi organique de la Ceni», a déclaré Samy Badibanga.

Cet avis est également partagé par Jean-Lucien Busa, qui appelle à un compromis entre les acteurs impliqués dans ce processus:

«Le calendrier électoral doit être discuté et accepté après un consensus entre les partenaires du processus électoral, qui sont les partis politiques de la majorité et de l’opposition ainsi que la société civile.»

Bref, les représentants de l’opposition à la Chambre basse plaident pour «un vrai dialogue », afin d’harmoniser  les vues autour du  calendrier électoral en RDC.

Ces propos ont été émis au Palais du Peuple deux jours après la mise au point du président de la Ceni, l’abbé Apollinaire Malumalu qui avait affirmé que l’établissement du calendrier relevait de  «prérogatives de la seue Ceni. Et il en est ainsi partout au monde.»

Cette déclaration est intervenue après moult réactions contre la publication, le 26 mai dernier, du calendrier des élections urbaines, municipales et locales. Certains partis de l’opposition avaient qualifié cette publication d’«une provocation » pour maintenir Joseph Kabila au pouvoir au-delà de 2016.

De leur côté, les envoyés spéciaux de la communauté internationale dans les Grands Lacs ont appelé la Ceni à publier un calendrier global des élections dans les délais constitutionnels. Ils l’ont fait savoir lors de leur séjour à Kinshasa du 2 au 3 juin.