Home | RDC | Elections | RDC : Le double jeu des Etats-Unis

RDC : Le double jeu des Etats-Unis

image

La situation de la RDC n’a jamais été aussi délicate. Les mêmes qui affirment aider la RDC à avoir un avenir radieux se sont révélés être les mêmes qui tirent les ficelles pour sa déstabilisation! Tel est le cas des USA qui, après des années d’absence ou de manipulation à distance, ont décidé de descendre dans l’arène pour coacher leurs agents intérieurs afin d’assouvir leurs visées hégémoniques sur le RDC.

Alors qu’ils devaient laisser la RDC se relever après toutes les calamités qu’elle a connues, les USA, par la bouche de son envoyé spécial en RDC, Russ Feingold, viennent de montrer, pour la énième fois, qu’ils ne sont pas prêts à desserrer leur étranglement de la RDC. En donnant des injonctions et en décidant en lieu et place des Congolais, les USA, sans doute amnésiques, de mauvaise foi ou poussés par des visées mercantilistes  inavouées, ont démontré qu’ils veulent tout rafler aux Congolais. En entretenant la zizanie dans la classe politique et en faisant en sorte que l’un ou l’autre camp lui propose plus pour leur garantir leur soutien, ce que les opposants voient comme une aide américaine pour accéder au pouvoir, est, en réalité, une astuce américaine pour renforcer leur emprise sur la classe politique congolaise qui doit aider les Américains à s’assurer de l’exploitation des ressources naturelles congolaises.

Il n’existe aucune loi internationale en vertu de laquelle les Américains doivent dicter la ligne de conduite aux Congolais. Les Congolais n’ont jamais dicté des lignes de conduite aux Américains. Ceux-ci ne l’accepteraient pas. Parce qu’indécent et qu’ils appliquent la fameuse boutade de leur compatriote James Monroe qui, face aux injonctions anglaises du 18è siècle, leur avait jeté à la figure sans la moindre douceur : « L’Amérique aux Américains ». Que  ressentaient les Américains d’alors et qu’est-ce qui les avait poussés à opposer cette boutade aux Anglais ? Après cela, les USA se sont-ils engagés dans la voie de la perdition ? Sans les injonctions américaines, la RDC ne peut-elle pas bien se porter ?

Si les Américains respectaient les droits de l’homme et appliquaient vraiment la démocratie, ils ne s’efforceraient pas de décider en lieu et place des Congolais. Il est constitutionnel en RDC et démocratique sur le plan international de procéder à une révision constitutionnelle. Il n’existe pas non plus de standard ou de code démocratique universel pour que les Américains l’imposent aux Congolais. Ceux-ci sont les seuls qui doivent se prononcer souverainement sur des questions de politique interne en RDC, les amis étrangers devant se contenter de seulement  donner leur aide multiforme.

Il est incongru aux Américains de prendre position pour l’une ou l’autre famille politique en RDC. D’ailleurs en matière électorale, ce n’est pas la communauté internationale qui finance à 100 % les élections en RDC. Elle n’a du  reste pas tenu sa promesse de participer au financement selon la part promise lors des élections de 2011. Comment, dès lors, les  Américains peuvent-ils fixer des dates de la tenue des élections sans assurer les financements pour les organiser ? La CENI a fixé le calendrier en fonction des moyen dont il dispose et selon la hauteur des promesses y relatives lui faites par les partenaires.

Russ Feingold, vaillant partisan de la partition de la RDC, n’a aucune justification morale, légale ou intellectuelle pour prendre position en faveur de l’opposition congolaise connue pour ses accusations gratuites et ses impostures contre la RDC. La meilleure aide d’ailleurs de la part des Américains envers la RDC étant de cesser de tirer les ficelles de la spoliation et de la fragilisation méthodique dans les coulisses contre la RDC. Si les Américains veulent aider les Congolais, qu’ils cessent de soutenir les agents du guêpier est-congolais. Si les Américains veulent aider les Congolais, qu’ils ne bloquent pas, au niveau du Conseil de sécurité des Nations unies, le vote des sanctions ciblées contre le Rwanda et l’Ouganda, reconnus comme agresseurs et soutiens des rébellions contre la RDC depuis le 2 août 1998 et encouragés par l’impunité dont leur font jouir les Américains. Si les Américains veulent vraiment aider les Congolais, qu’ils donnent le financement pour le projet  du Grand Inga. Si les Américains en ont marre de nuire à la RDC, qu’ils cessent de manipuler ses acteurs politiques pour leurs seuls profits.

La  dernière sortie médiatique de Russ Feingold ne prouve que l’hypocrisie américaine qui veut s’innocenter face au cataclysme économico-humanitaire de la RDC. La solution aux problèmes de la RDC n’est pas de donner ce type d’injonctions au pouvoir congolais, mais de cesser tout acte occulte qui crée la confusion. Les Américains n’ont-ils pas été pour quelque chose dans l’assassinat de Lumumba, le leader nationaliste qui, s’il avait survécu, aurait aidé la RDC à connaître une histoire autre que celle qu’elle a connue ? Aux yeux de bien d’observateurs, les USA veulent tirer leur épingle du jeu en se positionnant apparemment pour les opposants afin de pousser le pouvoir à leur donner plus que ce qu’ils leur donnent maintenant. Le dindon de la farce étant le peuple congolais, et la faute aux opposants congolais qui consacrent leur enfance et inconséquence politiques éternelles, donnant, sur un plateau d’or, aux Américains le prétexte d’intervenir en RDC. Ici le double jeu américain est évident : d’un côté ils veulent montrer qu’ils aiment le peuple congolais et qu’ils sont pour la démocratie en RDC, de l’autre côté, ils font pression sur les politiques pour qu’ils gagnent  davantage à travers leur intervention sur tout ce qui se passe en RDC!

Samy BOSONGO