Home | RDC | Elections | RDC : L’église catholique est au bord de la dislocation ?

RDC : L’église catholique est au bord de la dislocation ?

image

Pour les observateurs membres de la Commission des laïcs catholiques (CALCC), la démarche du cardinal MONSENGWO se veut une confrontation Eglise-Etat pourtant Dieu, le propriétaire de l’église ne peut pas se rabaisser aux disputes du pouvoir mondain (...) l’église catholique risque de tomber dans les mains des politiciens qui se dissimulent en hommes d’église.

Quand l’église, ou plutôt ses représentants, radicalise l’investissement dans la politique, des observateurs bien avérés peuvent se lever pour la redresser. L’église catholique est au bord de la dislocation si l’on n’y prend pas garde. La politique dispersera les brebis du Seigneur et sa colère ne manquera pas de cible. C’est le cas de le dire sur l’église catholique romaine.

En effet, après des déclarations très controversées du Cardinal Laurent Monsengwo après la publication des résultats de la présidentielle du 28 novembre dernier, suivie de cette assemblée plénière extraordinaire  qu’il a convoquée à Kinshasa, le brouillard ne devient que très opaque sur l’avenir de l’église. Des contractions, des dissensions, des critiques tombent vaille que vaille pour qualifier la démarche entreprise par l’archevêque de Kinshasa.

La dernière sortie de l'Eglise Catholique, la semaine dernière à Kinshasa, suivie de la réunion de la CENCO sur le processus électoral, débutée ce lundi et qui devrait livrer ses conclusions tant attendues ce mercredi, ne cesse de faire couler encre et salive!

Ainsi, différentes prises de positions publiques ont vu le jour, pour ou contre, cette obstination mystérieuse de l'Eglise catholique à accentuer la tension sociopolitique alors que les institutions nationales désignées par la constitution, loi commune suprême congolaise, ont donné leurs verdicts sur les élections du 28 novembre dernier.

En réaction contre les intentions visiblement affichées par Kinshasa pour démoraliser quiétude tant souhaitée par les Congolais, la Commission des laïcs catholiques (CALCC) du Katanga a tenu a précisé ce que les fidèles de l’église attendent de la réunion des évêques de la Cenco.

Cette structure émet le vœu de voir l’église être au milieu du village à la manière de Jésus. « L’église n’a pas mission d’être juge dans les matières qui ne relèvent pas de son domaine propre », rappelle-t-elle avant de préciser que les catholiques avaient déployé plusieurs observateurs électoraux mais qui ne pouvaient en aucun cas se vêtir de la qualité de témoin.

Ce qui revient à dire que l’église n’a le droit ni de donner les chiffres des résultats, ni de proclamer le gagnant ou le perdant de l’élection. Sinon elle se substituerait aux institutions politiques habilitées.

Pour les observateurs membres de la CALCC, la démarche du cardinal Monsengwo se veut une confrontation Eglise-Etat pourtant Dieu, le propriétaire de l’église ne peut pas se rabaisser aux disputes du pouvoir mondain. En tout, ces laïcs invitent les évêques conférenciers à inscrire leurs déclarations et résolutions dans la logique de la paix. Sans celle-ci, l’église catholique tomberait dans les mains des politiciens qui se dissimulent en hommes d’église.

Jérémie KADO