Home | RDC | Elections | RDC : L’armée doit soutenir NOTRE révolution

RDC : L’armée doit soutenir NOTRE révolution

image

La tragédie qui est en train de se vivre au Congo (R.D.C) ne peut laisser indifférents les fils et les filles de cette nation chère à nos ancêtres. Cette situation appelle à un soulèvement populaire. Cette Révolution est LA NÔTRE. Militaires et civiles, TOUS ensemble; Levons-nous pour faire barrage à la dictature qui est en train de s’installer et d’étendre ses tentacules et de semer la zizanie jusqu’au sein de la police et de l’armée nationale.

Nul n’est besoin de le rappeler ici ; l’heure est très grave ! Le peuple de la R.D.C s’est clairement prononcé lors des dernières élections présidentielles de novembre 2011, en faveur de son président élu, Monsieur Etienne TSHISEKEDI.  Le peuple congolais assiste, impuissant, aux limites de la lutte non-armée. Nous sommes là devant un cas d’école : toute révolution, même non-armée, doit avoir l’appui et le soutien de la police et de l’armée nationale. 

Le président élu, Monsieur TSHISEKEDI, a toujours souhaité mener une lutte non-armée pour accéder  au pouvoir. Pari réussi avec les dernières élections de novembre 2011. Ceux qui avaient parié sur la reconduction du « président sortant » sont restés dubitatifs, comme tétanisés par l’abattement d’une foudre devant leurs yeux. D’où le profond et curieux silence du monde occidental sur ces élections. Certains pays gourmands et avides de nos richesses, sont vite allés en besogne – sans tenir compte des réalités du terrain – en s’alignant du côté du candidat perdant, mais qui tient à se maintenir coute que coute au pouvoir par la force des armes. Jusque là, un seul gouvernement européen s’est affiché ouvertement pour le président sortant. Allez-y comprendre les motivations profondes et cachées de cet alignement! Ce gouvernement est d’ailleurs le seul du monde entier à avoir interdit les manifestations – pourtant pacifiques – des congolais sur une partie de son territoire. Ca frôle vraiment le ridicule ! 

Mais comme nous le savons, pour être affiné, l’or doit passer par l’épreuve de l’eau et du feu. De même, le peuple congolais est passé par toutes ces tribulations et ces dures épreuves pour atteindre sa maturité et apprendre à découvrir qui sont réellement ses véritables amis (ceux qui le soutiennent dans son combat de libération) et qui sont ses « faux-amis » (ceux qui soutiennent le ‘statu quo’ pour continuer à piller notre pays). 

Comme nous pouvons tous le constater, dans toutes les révolutions qui viennent de se passer sur le sol africain, l’armée  nationale, dite du peuple, a toujours eu un rôle capital dans le changement de cours des événements ; selon qu’elle bascule dans le camps de la population ou qu’elle reste statique pour défendre becs et ongles la dictature en place. Et, en cas de ralliement de l’armée à la lutte du peuple, les généraux sont souvent les derniers à rejoindre le peuple ; étant donné que leurs nominations ont souvent été politisées par les pouvoirs dictatoriaux, dans le but d’instrumentaliser l’armée et de pérenniser leurs règnes dictatoriaux. Ces généraux sont aussi les mieux lotis par rapport aux restes des troupes ; voilà qui explique souvent leur attitude.

Les civils congolais – comme vous-mêmes nos vaillants militaires de l’armée congolaise – avons assisté, depuis dix ans, à l’infiltration systématique des combattants étrangers dans les rangs de notre armée, et à la neutralisation des militaires nationaux. Cela est devenu beaucoup plus flagrant ces cinq dernières années. C’est pour cela que nous invitons – à la suite de notre président élu – toute la population congolaise de soutenir et d’encourager nos militaires et policiers à s’affranchir du tutorat  étranger sous lequel ils sont placés. 

Chacun de nous a un frère ou un ami dans l’armée ou dans la police. Nous savons tous que ces policiers et militaires sont privés d’informations réelles ; et trop souvent, le pouvoir dictatorial veut les opposer au peuple. Voilà pourquoi nous lançons un vibrant appel à tous les civils de faire circuler l’information auprès de leurs frères et amis militaires et policiers, sur les vrais enjeux de cette révolte populaire du 04 janvier 2012 et des jours à venir. Notre combat est aussi le leur. Notre libération sera, bien entendu, aussi la leur. C’est pour cela que nous en appelons à leur bon sens pour désobéir à tout ordre qui leur sera donné de tirer sur la population civile qui sortira dans la rue pour manifester le 04 janvier 2012.

En référence à ce qui s’est passé  en Tunisie, en Egypte, en Libye et ailleurs, nous invitons nos frères et amis militaires et policiers à faire UN avec la population civile POUR DEFENDRE LA PATRIE et l’arracher aux griffes des vautours et autres rapaces étrangers. L’heure n’est plus à la division et à l’opposition entre civils et militaires ; entre équatoriens et kasaïens ; entre mukongo et muswahili. La Nation Congolaise reste UNE et INDIVISIBLE.

Frères, amis militaires et policiers, votre engagement aux côtés du peuple congolais reste déterminant pour la victoire finale et l’instauration d’un Etat de droit pour tous ; Etat dans lequel, même les promotions et l’avancement en grades militaires se feront en fonction des mérites et plus sur base des coteries tribales et autres.

Militaires et policiers, NOTRE COMBAT EST AUSSI LE VÔTRE ! Et notre victoire sera également la vôtre. Vous êtes congolais comme nous, et ne laissez pas le pays entre les mains de ceux qui sèment la terreur et la désolation.

Symphorien NGUDIE Junior, Dit « TUTASHINDA »