Home | RDC | Elections | Campagne électorale en RDC : KIN-KIEY traîne KAMERHE en justice

Campagne électorale en RDC : KIN-KIEY traîne KAMERHE en justice

image

La campagne électorale va-t-elle séparer deux amis de longue date, en l’occurrence Vital Kamerhe, aujourd’hui Candidat à la Présidentielle et Tryphon Kin-Kiey Mulumba, le roi de Masi ? L’avenir immédiat nous fixera.

Ce qui est vrai jusqu’ici est que ces deux personnalités de trempe se retrouvent aux antipodes. Le premier à l’Opposition, le second dans la Majorité Présidentielle. Là, n’est pas le problème. En tournée de campagne dans le Bandundu, province chère à Kin-Kiey Mulumba, Vital Kamerhe aurait connu une mauvaise passe à Masimanimba. Sans enquête minutieuse, il a porté son doigt accusateur en direction du Président du PA, le Prof. Tryphon, soutenant haut et fort que ce dernier disposerait d’une milice qui aurait reçu mission d’assassiner les candidats présidents de la République issus de l’Opposition.

 La réaction de l’Autorité Morale du PA n’a pas tardé. ‘‘Je démens avec force disposer d’une milice privée quelconque, armée avec mission de barrer la route aux candidats Présidents de la République issus de l’Opposition’’, a déclaré le Prof. Kin- Kiey à la presse. Tout en condamnant la violence, le Président du PA a choisi de donner des suites judiciaires à cette affaire contre M. Baudouin Mayo, porte-parole de l’UNC et contre Vital Kamerhe pour l’avoir accusé sur des médias, publiquement, citant ses noms et prénom, de disposer d’une milice privée qui aurait mission de barrer la route aux présidentiables de l’Opposition.

Lisez plutôt la réaction du Prof. aux accusations de Kamerhe.

Messieurs et Mesdames de la presse,

Je vous ai fait venir à la Maison du Soft pour vous faire part de la réaction du Parti pour l’Action après les déclarations du Candidat n°5 à la Présidence de la République, M. Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi. Tout le monde connaît l’état de mes relations personnelles avec l’ancien président de l’Assemblée Nationale. Longtemps je fus présenté par lui dans tous les cénacles et par mes adversaires politiques comme son meilleur ami. Si Kamerhe le faisait pour se valoriser et mieux se vendre - il avait avec lui le grand patron de presse, rappelez-vous, il était venu dans ma chambre du Grand Hôtel Kinshasa pour m’appeler à accepter de présenter son livre «Pourquoi j’ai choisi Kabila» en 2006 à la veille des scrutins, devant les diplomates, devant toute la classe politique, devant la presse - mes adversaires politiques - hélas! j’en ai moi aussi - le faisaient pour me torpiller au sein de ma famille politique et ils n’ont eu de cesse de le faire! J’ai eu longtemps du respect pour Kamerhe: il a été un moment notre Président à l’Assemblée Nationale.

Ce que je retiens de l’homme et que nul doute l’histoire retiendra, à tout Seigneur tout honneur! - c’est sa performance biologique exceptionnelle. Il pourrait passer 24 heures assis sur son fauteuil de Chairmain à l’Assemblée Nationale sans éprouver ce moindre besoin naturel qu’éprouve tout humain à s’isoler de temps à temps. J’ai interrogé des médecins qui m’ont dit que cela était anormal! Certes, c’est Saint Augustin qui l’a dit: «L’esprit commande le corps et le corps obéit», encore faut-il appartenir à certaines loges. Je retiens aussi de lui l’homme généreux qu’il apparaissait à certains et qui fait sans doute que les gens le suivent aujourd’hui. Enfin, et c’est le politologue qui parle: je retiens de lui son type langagier polymorphe: quand il prend la parole en public, Kamerhe passe plusieurs messages à la fois, qui peuvent être contradictoires et donne l’impression de s’adresser à chacun de vous dans la foule personnellement. Allez penser ce que vous voulez: moi, je décèle - et je le dis calmement - je décèle dans cette capacité de mutation langagière continuelle une forme de dangerosité, un état d’esprit personnel du sujet.

Pourquoi le Candidat n°5 à la Présidence de la République, M. Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi accuse-t-il le Parti pour l’Action d’être à la base des violences contre sa personne dans le Bandundu au point d’alerter la terre entière? Lui qui a passé la nuit à Masimanimba dans une chambre d’une journaliste de Radio Télé Action qui la lui a cédé malgré elle et avec qui il a eu un entretien parlant de l’Hon. Tryphon Kin-kiey Mulumba lui disant que le Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba n’avait plus l’étoffe de Député mais bien celle de Président de la République - sans doute faisait-il allusion à l’immense foule qu’il avait trouvée?

Et qu’il avait dû attendre sagement, de lui-même, trois heures durant hors de la ville, sous une forte pluie pour ne pas apparaître comme un intrus alors que le Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba recevait un géant bain de foule de la part des siens quand ailleurs, dit-il à Kenge, il avait affronté avec succès un originaire! Lui qui, au lieu de faire son entrée à 16 heures, a dû repousser celle-ci à 19 heures et est passé calmement à pied, sur la Nationale n°1, devant ma Résidence, devant une foule de 10.000 personnes qu’il a saluée et qui a fêté toute la nuit chantant, dansant le lancement de la campagne dans le Bandundu du Parti pour l’Action? Lors de son meeting le lendemain, il dira même à la foule à Masimanimba qu’il est passé devant la résidence de l’Hon. Tryphon Kin-kiey Mulumba et voulait le saluer mais le portail était resté fermé, qu’il a salué la foule massée devant, avant peu après, de s’en prendre au Prof. Kin-kiey Mulumba qui n’aurait rien fait à Masimanimba…!

Possible mais est-ce le travail d’un Député de construire des ponts, de mettre l’eau et l’électricité, de construire des hôpitaux et des salles de classe? Alors que le même Kamerhe voulait faire une conférence de presse en direct sur ma radio-télé en refusant de faire face à la dépense comme si Radio Télé Action était un média public et… qu’il appréciait le Centre commercial qui est en train de voir le jour à Masimanimba! Tout comme cette perçée du P.A dans le Bandundu! Non, je démens avec force avoir violenté ou fait violenter par mon parti, le Parti pour l’Action, le Candidat n°5 à la Présidence de la République, M. Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi. Je démens avec force disposer d’une milice privée quelconque, armée avec mission de barrer la route aux candidats Présidents de la République issus de l’opposition. J’ai appris que deux petits gros bras d’un ancien camarade de Vital Kamerhe avait tenté d’ériger une barrière de fortune pour l’empêcher de tenir sa réunion à Masimanimba.

Ces deux petits gros bras qui ont dans le passé eu maille à partir avec mes jeunes et sont connus de la police ont été tabassés copieusement par des gardes du corps armés de Kamerhe et l’un de ces jeunes a été laissé entre la vie et la mort au point qu’admis à l’hôpital de Masimanimba, il a dû être évacué à l’hôpital de Mosango tout proche. Dans cette affaire que j’ai condamnée et que je condamne, en répondant à la violence par la violence dans une contrée pacifique, le Candidat n°5 à la Présidence de la République, M. Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi s’est lui-même rendu justice, ce qui n’est ni responsable politiquement, ni acceptable en démocratie. Je pense, in fine, dans cette affaire, que le Candidat n°5 à la Présidence de la République, M. Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi a simplement joué de la malchance: n’ayant aucun contact ni avec lui, ni avec son entourage, il m’était impossible moi de savoir - encore que cela ne pouvait nullement m’intéresser - que le Candidat n°5 à la Présidence de la République, M. Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi se rendrait ce jour-là mardi 8 novembre dans le Bandundu: la malchance est d’avoir fait coïncider son arrivée dans le Bandundu avec celle de Bakala ya Ngolo Ya Kala dont c’est le fief.

Pendant quatre heures, c’est vrai, la ville était bloquée, la Nationale n°1 bloquée, la police informée de longue date, avait pris toutes les dispositions d’usage, plus personne ne pouvait entrer ou sortir de la ville! Pas un véhicule! Fût-il celui du candidat n°5 à la Présidence de la République, M. Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi. Lorsqu’on connaît une mauvaise passe dans une campagne électorale impitoyable à ce qu’elle paraît, une mauvaise passe qui peut être financière ou organisationnelle - cela arrive - ou lorsqu’on a pris des mauvaises décisions et qu’on a mal apprécié les acteurs en présence, cela ne sert à rien d’alarmer inutilement la Terre entière, médias, chancelleries et capitales du monde, en tout politisant pour se faire victimiser.

C’est malheureusement du Congolais ça et ça n’élève pas! N’ayant aucun don d’ubiquité - en étant chez moi et en infiltrant en même temps les services de Kamerhe -, certes mon véhicule a croisé et dépassé celui de Kamerhe sur la Nationale n°1 - mais mon véhicule roule aussi vite que celui du Candidat Président, j’insiste: dans ces violences de Bandundu, c’est à tort qu’on cite le Parti pour l’Action et moi-même l’Hon. Tryphon Kin-kiey Mulumba et je vous informe Messieurs et Mesdames de la presse que depuis ce matin, j’ai choisi de donner des suites judiciaires à cette affaire contre M. Baudouin Mayo, porte-parole de l’UNC qui a parlé sur RTVS1 et contre le Candidat n°5 à la Présidence de la République, M. Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi pour m’avoir accusé sur des médias, publiquement, citant mes noms et prénom, de disposer d’une milice privée ayant reçu mission de barrer la route aux Candidats Présidents de la République de l’opposition dans le pays.

Je vous remercie.

Kinshasa, vendredi 11 novembre 2011.

La Pros.