Home | RDC | Elections | L'attente a été longue : TSHISEKEDI est bel et bien arrivé à Kisangani

L'attente a été longue : TSHISEKEDI est bel et bien arrivé à Kisangani

image

L’attente aura été longue hier jeudi 10 novembre 2011, pour les partisans de l’Udps et alliés, à l’aéroport de Bangboka. C’est au-delà des prévisions initiales, au-delà de vingt-heures, heures locales, qu’enfin, Etienne Tshisekedi wa Mulumba a posé les pieds sur le tarmac, à sa descente d’un Jet de sept places, un avion affrété, pour la circonstance, auprès d’une compagnie Sud-Africaine, juste pour de besoin de sa campagne électorale. 

Des accolades, salutations et éclats de rires s’en sont suivis avec quelques compagnons de lutte, cadres de l’Udps et de l’Opposition de Fatima dont Roger Lumbala, le Propriétaire de la Rltv, la chaîne de télévision aujourd’hui suspendue par le CSAC, depuis la diffusion de l’interview controversée. Puis, la presse locale s’est empressée de lui poser quelques questions, a-t-on appris, tard la nuit. Mais, rien n’a filtré de son message. Aucun détail, en tout cas, sur le message destiné à ses combattantes et combattants. Tout sera connu aujourd’hui, lors du meeting populaire, à Kisangani.

Un autre meeting serait prévu dans la même journée d’aujourd’hui, au Stade des Martyrs, à Kinshasa, la capitale. Deux rendez-vous, un premier discours attendu du candidat numéro 11, depuis le début de la campagne électorale. Il lui reste deux semaines jusqu’au 26 novembre, pour se rattraper.

Toutefois, à en croire le posting de Roger Lumbala qui remerciait ainsi tous ceux qui, de loin ou de près, ont facilité la tâche au lider maximo, depuis la République Sud-Africaine jusqu’à Kisangani, sur le fil d’actualité de facebook, Etienne Tshisekedi tient un meeting cet-avant midi devant les boyomaises et boyomais. Ce sera certainement en plein cœur de la ville-martyre, dans la commune référentielle de Makiso.

Le programme de campagne tel qu’annoncé par Jacquemain Shabani reste jusqu’ici inchangé quant à la détermination de son Président National à tenir, dans la même journée de ce vendredi 11 novembre, un deuxième grand meeting au Stade des Martyrs, à Kinshasa. Ce sera un pari mais aussi une des preuves qu’en dépit de toutes les spéculations, Tshisekedi a encore des épaules, pour supporter le poids de longs trajets, y compris celui de se livrer à l’exercice périlleux de parler à d’immenses foules dans deux villes importantes du pays, sans se fatiguer, ni y perdre son latin. Plus de quatre heures de vol, de l’Afrique du Sud à Kisangani. Plus de deux heures de vol, de Kisangani à Kinshasa, c’en serait tout de même un gage de son engagement à aller jusqu’au bout. Cette fois-ci, croit-on, c’est la bonne.

Tshisekedi entre en campagne par Kisangani. Il vient à Kinshasa. Puis, il va poursuivre son périple dans d’autres provinces. Il a encore deux semaines jusqu’au 26 novembre, soit deux jours avant les scrutins, pour battre campagne. Comme quoi, il avait raison d’en finir avec ses courses à Johannesburg ou à Pretoria, après une tournée euro-américaine ponctuée de plusieurs escales, avant de se livrer, enfin, dans la bataille à la présidentielle 2011. 

Doit-on penser qu’à l’Udps, les choses sérieuses commencent aujourd’hui ? Mais, pourquoi pas ? Un haut cadre de ce parti qui a requis l’anonymat, a affiché une nette satisfaction lorsqu’il s’est assuré que Tshisekedi était bel et bien arrivé à Kisangani. Il a dit qu’il pourrait l’être davantage, si les élections se tenaient dans des conditions d’égale protection pour tous les candidats.

Retour de Tshisekedi : une deuxième autorisation de survol à l’UDPS

Alors qu’on croirait arriver au bout du feuilleton aéronef d’Etienne Tshisekedi, le secrétaire général de l’UDPS, est revenu hier jeudi dans la matinée auprès l’administration de l’AAC pour solliciter une deuxième autorisation pour un autre type d’aéronef.

Après l’autorisation N° AAC/DG/DN/T.H./0120/2011 accordée à l’aéronef Learjet immatriculé ZS-LXH affrété par la compagnie sud-africaine Aeronautic Solutions, le secrétaire général de l’UDPS, Me Jacquemain Shabani, est revenu, hier jeudi 10 novembre dans la matinée, auprès de l’administration de l’Autorité de l’aviation civile, AAC, pour solliciter l’annulation de la première autorisation.

Dans sa demande d’autorisation manuscrite introduite hier jeudi 10 novembre auprès de l’administration de l’AAC, le secrétaire général de l’UDPS, invoque «des désagréments nous imposés par notre co-contractant». La demande d’autorisation du jeudi 10 novembre cerne donc un nouvel type d’aéronef «Grumman», de 11 places et 3 membres d’équipage, immatriculé ZS-TPG en Afrique du Sud.

Cet aéronef est affrété par la compagnie sud-africaine Allegencia Air South Africa pour une durée de 9 jours suivant ce plan de vol : Johannesburg, Kisangani, Goma, Bukavu, Kinshasa et Johannesburg.

Toutes ces précisions ont été données, hier jeudi 10 novembre au 4ème niveau de l’immeuble Sofide, par M. Fortunat-Richard Nyanguile, directeur général de l’Autorité de l’Aviation civile au cours d’un point de presse de clarification sur l’image caricaturale projetée dans les médias de son administration.

Après examen en mode d’urgence du dossier introduit par l’UDPS, contenant toutes les pièces permettant de prendre la décision, a reconnu du reste M. Nyanguile, l’AAC a accordé l’autorisation N° AAC/SA/2806/4113/11 du jeudi 10 novembre 2011. Il importe de le rappeler qu’en temps normal, l’examen d’un dossier prend 72 heures avant que l’administration de l’AAC rende sa décision.

COUP DE THEATRE

S’agissant des éléments d’appréciation d’un dossier par l’administration de l’Autorité de l’aviation civile, le directeur général Richard Nyanguile a mentionné que dans un dossier de demande, l’opérateur doit décrire le mode d’opération ; désigner le point focal en RDC ; le type d’avion ; l’immatriculation ; nombre de passagers ; membres d’équipage ; itinéraire de l’avion…

Pour le mode d’opération, la demande de l’UDPS indique que l’aéronef fera une opération unique charter, avec comme point focal en RDC Me Jacquemain Shabani pour type d’avion à réaction, de 11 places et 3 membres d’équipage et immatriculé en Afrique du Sud. Et le motif invoqué pour introduire cette demande : permettre à Etienne Tshisekedi de battre campagne pour la présidentielle 2011.

Mais ces éléments ne suffisaient pour que l’aéronef soit autorisé de survoler le territoire congolais. Au dossier devaient être versés un certificat de navigabilité, la licence radio et l’assurance de l’avion.

A défaut de ces éléments au dossier, l’aéronef d’Etienne Tshisekedi ne serait pas autorisé de décoller de l’aéroport de Bangboka (Kisanagni). Eléments qui figuraient si heureusement au dossier UDPS. Et en vertu donc de la Convention de Chicago, l’AAC a émis la deuxième autorisation pour l’aéronef de type Grumman de la compagnie Allegencia Air South Africa.

Au moment où le directeur général de l’AAC s’entretenait avec la presse, Me Jacquemain Shabani et son compagnon ont surgi dans la salle de conférence, pour que leur soit remise, séance tenante, l’autorisation (la deuxième) afin que le leader de l’Union pour la démocratie et le progrès social décolle de l’Afrique du Sud.

Dans le dialogue des sourds qui s’est installé entre les deux parties, le secrétaire général de l’UDPS a laissé entendre que le candidat Tshisekedi se trouvait déjà à l’aéroport de Johannesburg, n’attendant que cette autorisation pour joindre la ville de Kisangani en Province Orientale, où ses partisans l’attendent depuis quelques jours déjà.

[avec la pros et St. Augustin Kinienzi]