Home | RDC | Elections | Vital KAMERHE : Le bilan présenté par « Joseph KABILA » est négatif

Vital KAMERHE : Le bilan présenté par « Joseph KABILA » est négatif

image

« Le bilan présenté par le président de la République est négatif : le problème de desserte en eau potable et électricité se pose avec acuité plus aujourd’hui qu’il y a cinq ans ; le système éducatif, le transport en commun laissent à désirer ; les droits de l’Homme sont bafoués ; quel est le sort des prisonniers politiques ? Le procès de Chebeya est clos sans que l’on en connaisse les vrais commanditaires», a, en substance, argumenté Vital Kamerhe.

Le président de l’Union nationale congolaise (UNC), Vital Kamerhe, a salué le courage politique dont a fait montre le leader de RCD-KML, Mbusa Nyamwisi, celui de quitter la Majorité présidentielle (MP). Vital Kamerhe a apprécié la bravoure de l’ancien ministre de Décentralisation au cours d’un point de presse qu’il a animé, hier vendredi 16 septembre, en sa résidence de Gombe.

Selon lui, l’Opposition ferait œuvre utile d’accueillir en son sein le président de RCD-KML. Il a, par la même occasion, souhaité voir celui-ci convaincre l’Opposition par des actes prouvant à suffisance qu’il a bel et bien rompu avec la MP.

A la question de savoir si jusqu’à quand va-t-il tendre sa main au leader de l’UDPS, Etienne Tshisekedi, le président de l’UNC répond : « Nous restons toujours positif dans nos démarches ».

Saisissant cette opportunité, il a rappelé que c’est sa famille politique qui a décidé de sa candidature à la présidentielle 2011. « Cette décision n’émane pas de moi-même, c’est de mon parti politique, et si je tends ma main, cela ne va pas dire que je suis dans une position de faiblesse », s’est-il expliqué.

Par ailleurs, le président de l’UNC s’est penché sur « les divergences » de l’Opposition, aile Sulatni et aile Fatima. « Nous devons être facilitateurs de nous-mêmes », a-t-il indiqué. Avant de déclarer : « Nous menons tous une même lutte, celle d’apporter le changement en RDC ».

Optimiste, Vital Kamerhe a rassuré : « Nous avançons petit à petit vers le rassemblement de l’Opposition, nous nous efforcerons pour déboucher sur une candidature commune de l’Opposition à la présidentielle ».

Auparavant, l’ancien président de l’Assemblée nationale avait réagi au récent discours du chef de l’Etat Joseph Kabila, sur le bilan de son programme depuis son accession à la magistrature suprême.

« Le bilan présenté par le président de la République est négatif : le problème de desserte en eau potable et électricité se pose avec acuité plus aujourd’hui qu’il y a cinq ans ; le système éducatif, le transport en commun laissent à désirer ; les droits de l’Homme sont bafoués ; quel est le sort des prisonniers politiques ? Le procès de Chebeya est clos sans que l’on en connaisse les vrais commanditaires», a, en substance, argumenté Kamerhe. Aussi s’est-il empressé d’enchérir : « Je refuse de croire que ce discours ait été destiné à notre population ».

« Vu le cadre choisi pour ce discours et les différentes personnes constituant l’auditoire de la ferme de Kingakati, je pense que le chef de l’Etat s’est adressé aux membres de la Majorité présidentielle», a-t-il précisé.

Et d’ajouter : « Le président de la République devait en principe dresser le bilan de son mandat devant le Congrès au Palais du peuple mais pas dans sa ferme de Kingakati en présence des membres de la MP».

En agissant de la sorte, « le chef de l’Etat s’est éloigné des institutions respectives et a tenu le discours en tant qu’autorité morale de la MP, mais pas en sa qualité de président de la République », a martelé Vital Kamerhe. Qui déduit que « le discours du président Joseph Kabila démontre qu’il s’est déjà lancé dans la campagne électorale ». D’ailleurs, « les banderoles, les pancartes, les affiches du chef de l’Etat placées sur les grandes artères de la capitale et à l’intérieur du pays prouvent à suffisance que la MP est déjà de plain-pied dans la campagne électorale », a-t-il déploré.

Le président de l’UNC a, par la même occasion, demandé à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et au Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) de rappeler la MP à l’ordre.

[Le Potentiel]