Home | RDC | Politique | « Janet KABILA » : Partout où mourra mon frère, vous mourrez avec lui !

« Janet KABILA » : Partout où mourra mon frère, vous mourrez avec lui !

image

Le 4 juillet dernier, «Joseph Kabila» a convoqué 4 de ses meilleurs «stratèges» et «spécialistes» de la fameuse voie du «glissement» ou du «contournement» de la constitution pour lui assurer la pérennité à la tête du pouvoir d’occupation en RDC. L’omniprésente sœur de Kanambe, Janet «Kabila» a assisté à la réunion, et c’est elle qui a même pris la parole la première, à la place de son frère, taciturne, pour invectiver les 4 collabos congolais pour avoir reçu beaucoup d’argent et fait beaucoup de fausses promesses sans suite. S’adressant à Boshab, elle lui a rappelé son échec cuisant à modifier la constitution ; à Kimbuta elle lui a reproché sa fausse popularité et sa promesse de maîtriser les kinois et de les gagner à la cause de son frère. Les événements du 19, 20 et 21 janvier ont démontré juste le contraire; à Kalev elle lui a reproché sa fausse promesse à gagner les hommes politiques congolais à la thèse du dialogue. L’air très fâché et son revolver en main, « Joseph Kabila » appuie sa sœur et confirme que ces propos sont à prendre très au sérieux et insiste qu’ils doivent rembourser l’argent reçu s’ils ne remplissent pas leur part du marché. Janet Kabila a enchaîné en guise de conclusion  en disant : « C’est à prendre ou à laisser, mais vous n’avez pas de choix. Car, sachez que si rien n’est fait, partout où mourra mon frère, vous mourrez avec lui. Vous n’y échapperez pas. Vous n’avez pas de choix!» La réunion prit fin sous cette ambiance de menace et de terreur.

Le carillonde la résistance populaire continue de sonner le glas du régime d’occupation en place en RD-Congo depuis Mai 1997. Et l’imposteur rwandais à la tête du tutsi-power à Kinshasa est le premier à s’en rendre compte et à se débattre comme un diable dans le bénitier pour tenter vainement de conjurer le sort. Il enchaîne réunion sur réunion, changeant autant de partenaires que de stratégies…

Le 4 juillet dernier, «Joseph Kabila» a convoqué 4 de ses meilleurs «stratèges» et «spécialistes» de la fameuse voie du «glissement» ou du «contournement» de la constitution pour lui assurer la pérennité à la tête du pouvoir d’occupation en RD-Congo. Il s’agit de Kalev Mutond, AG/A.N.R., Evariste Boshab, Vice-premier ministre et ministre de l’intérieur, André Kimbuta, gouverneur de la ville-province de Kinshasa et Muyej, ancien ministre de l’intérieur, prédécesseur de Boshab. L’omniprésente sœur de Kanambe, Janet «Kabila» a assisté à la réunion, et c’est elle qui a même pris la parole la première, à la place de son frère, taciturne, pour invectiver les 4 collabos congolais pour avoir reçu beaucoup d’argent et fait beaucoup de fausses promesses sans suite.

S’adressant à Boshab, elle lui a rappelé son échec cuisant à modifier la constitution ; à Kimbuta elle lui a reproché sa fausse popularité et sa promesse de maîtriser les kinois et de les gagner à la cause de son frère. Les événements du 19, 20 et 21 janvier ont démontré juste le contraire; à Kalev elle lui a reproché sa fausse promesse à gagner les hommes politiques congolais à la thèse du dialogue, et elle lui a rappelé sa promesse de «maîtriser Ngbanda et l’APARECO qui continuent toujours de nous humilier et monter les Congolais contre nous». Evariste Boshab voulut prendre la parole pour donner des explications mais il fut brutalement interrompu par une Janet «Kabila» très arrogante et menaçante : «Nous ne vous avons pas appelés pour discuter. Nous en avons assez de vos mensonges ! Je vous ai fait venir pour vous demander de restituer l’argent du président que vous avez reçu » (sic) !

L’air très fâché et son revolver en main, « Joseph Kabila » appuie sa sœur et confirme que ces propos sont à prendre très au sérieux et insiste qu’ils doivent rembourser l’argent reçu s’ils ne remplissent pas leur part du marché. Janet Kabila a enchaîné en guise de conclusion  en disant : « C’est à prendre ou à laisser, mais vous n’avez pas de choix. Car, sachez que si rien n’est fait, partout où mourra mon frère, vous mourrez avec lui. Vous n’y échapperez pas. Vous n’avez pas de choix!» La réunion prit fin sous cette ambiance de menace et de terreur.

Le 8 juillet 2015 à Kingakati, ce fut le tour du lobby tutsi de se retrouver autour de l’imposteur rwandais, Hyppolite Kanambe, pour examiner les voies et moyens de sortir de l’impasse juridico-politique qui menace leur pouvoir et leurs intérêts en RD-Congo. Etaient présents à cette rencontre, Janet «Kabila», Zoé «Kabila», Bizima Karaha et Moïse Nyarugabo. «Joseph Kabila» leur fit comprendre que la situation devenait de plus en plus grave et intenable et que toutes les stratégies pour s’en sortir s’effilochaient les unes après les autres. Il leur a demandé s’il ne fallait pas carrément envisager de désigner un membre du Tutsi-power ou de son obédience totale pour le remplacer momentanément en vue de « sauver nos vies et nos intérêts». Moïse Nyarugabo prit immédiatement la parole pour appuyer cette alternative et proposa Azarias Ruberwa comme pion de substitution. La réaction de Janet « Kabila » fusa sans attendre pour rejeter cette candidature : « les Congolais nous rejettent parce qu’ils nous traitent tous de Rwandais », dit-elle, « la tête de Ruberwa n’arrangera rien au problème ! » En guise de conclusion, elle s’adressa à son frère et lui proposa plutôt la candidature de sa propre femme congolaise, Olive Lembe, parce qu’elle a la chance d’être acceptée par les Congomen. A peine avait-elle fini de parler que « Jospeh Kabila » rejeta violemment cette proposition. Cette réunion se termina, elle aussi, en queue de poisson.

Le lendemain 9 juillet, «Joseph Kabila» convoqua tous les Directeurs de l’A.N.R. ainsi que des «Chargés de mission», à l’exception des originaires de la Province de l’Equateur. L’ombre d’Honoré Ngbanda devait sans doute encore planer sur eux... En effet, le but de la réunion pour «Kabila» était de s’assurer de la loyauté de ces hauts cadres de l’A.N.R. Un remake de l’opération qu’il venait de faire au sein de l’Armée et de la Police en distribuant des grades pour acheter leur loyauté et soutenir tous ses plans diaboliques en cours d’élaboration. L’un de ses plans consiste toujours à créer le chaos et des troubles graves à travers certains coins du pays pour ensuite procéder à la nomination des gouverneurs militaires parmi les officiers supérieurs qu’il vient de promouvoir, dans le but de verrouiller le système politique et bâillonner les populations congolaises. Pour cela, il aura besoin des cadres congolais de l’A.N.R. et de la DEMIAP pour soutenir ce projet d’installer un état d’urgence pour 2 à 3 ans. A ce sujet, une mise en place des nouveaux responsables des renseignements et des services spéciaux était prévu entre le 10 et le 15 juillet 2015.

L’APARECO lance un appel patriotique à tous les fils du Grand Congo au sein de l’Armée, de la Police et des Services spéciaux et leur demandent de réaliser qu’ils constituent aujourd’hui le dernier rempart qui devra résister à l’offensive de la corruption des ennemis du peuple congolais qui sont déterminés à mettre à mort la nation congolaise. Nous les invitons à réagir comme Samson qui, après avoir réalisé qu’il avait trahi sa mission divine de libérer son peuple, s’est repenti et dans un ultime élan patriotique, a mis à mort tous les philistins ennemis de son peuple avec leurs rois et généraux. Quand bien même ce geste final lui a coûté la vie !

Paris, le 17 Juillet 2015

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE