Home | RDC | Politique | RDC : «Joseph Kabila», un SDF à Kinshasa !

RDC : «Joseph Kabila», un SDF à Kinshasa !

image

Un chef d’Etat «sans domicile fixe» (SDF) ? Il faut aller en RDC pour voir ça ! Il n’y a que dans ce pays où l’on peut voir et vivre des scènes les plus cocasses au monde. C’est la République bananière dans toute sa plénitude ! Depuis plusieurs jours donc, celui qui se dit président de la RDC et se fait appeler «Joseph Kabila», passe ses nuits à la belle étoile, tantôt sur la route de Bandundu, tantôt sur celle de Matadi, dans sa voiture blindée 4x4, prêt à redémarrer en toute vitesse au moindre bruit insolite! Le «raïs» se dit traqué et n’a plus confiance en personne. Ses réseaux russes, nous dit-on, l’auraient prévenu qu’un commando de Rangers américains noirs est à ses trousses pour l’abattre. Du coup, l’imposteur a déserté, sur conseil des experts semble-t-il, toutes ses résidences connues pour entamer une cavalcade nocturne qui va durer Dieu sait combien de temps.

« Voici le méchant, (…) il ouvre une fosse, il la creuse, mais il tombe dans la fosse qu’il a faite» ! (Psaumes 7 : 15-16)

Cette prophétie biblique devrait faire en ce moment l’objet de méditation pour le général Kanyama, alias « Esprit de mort», qui avait décidé d’en finir avec la jeunesse estudiantine kinoise en particulier, parce qu’elle a osé lui tenir tête durant toute cette période des manifestations. Mais ce Méphistophélès n’a pas prévu qu’en voulant décimer une jeunesse patriotique qui se bat pour la souveraineté de son peuple et l’intégrité du territoire que Dieu lui a donné, il était en train de creuser lui-même sa propre tombe. En effet, il y a à peine une semaine, «Esprit de mort» et ses sbires ont fait la chasse au niveau du rond-point Ngaba à un groupe de jeunes qu’ils ont pris pour les étudiants du campus universitaires. Après les avoir capturés, ils les ont amenés nuitamment dans l’un de leur mouroir habituel où ils furent tous exécutés. Mais malheureusement pour le maître-bourreau, cette nuit-là, les jeunes gens capturés n’étaient pas tous des étudiants. Et comble de malheur pour lui, l’une des victimes était un membre de la famille du tout puissant tutsi rwandais Déo Rugwiza, PDG de l’OFIDA qui alerta son gendre Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila , de la disparition d’un enfant dans sa famille. Kanyama fut aussitôt convoqué par son «raïs» pour explication. Mais personne ne sait plus retrouver les traces du disparu. Peut-être ont-ils oublié que les enfants congolais qu’ils ont pris l’habitude d’exécuter massivement la nuit ne bénéficient même pas de sépulcre.

Devant l’impasse, Kanyama est officieusement suspendu et mis en résidence surveillé chez lui en attendant la décision finale du staff rwandais sur son sort. Les membres du lobby tutsi rwandais à Kinshasas ne décolèrent pas. Ils estiment que Kanyama a fait exprès d’éliminer un membre de la famille Rugwiza. Il mérite donc … la mort ! Ça n’arrive qu’aux autres, pensent-ils quand ils éliminent comme des mouches les enfants des Congolais. Cette expérience leur fera peut être réfléchir sur les douleurs que ressentent les parents des enfants qu’ils assassinent chaque nuit comme des simples bêtes de somme. Cette «erreur», si erreur il y a, est un signe des temps :la fosse qu’ils ont creusé pour enterrer la RDC et le peuple congolais deviendra leur propre sépulcre !  

«Joseph Kabila», un SDF à Kinshasa !

Un chef d’Etat «sans domicile fixe» (SDF) ? Il faut aller en RDC pour voir ça ! Il n’y a que dans ce pays où l’on peut voir et vivre des scènes les plus cocasses au monde. C’est la République bananière dans toute sa plénitude ! Depuis plusieurs jours donc, celui qui se dit président de la RDC et se fait appeler «Joseph Kabila», passe ses nuits à la belle étoile, tantôt sur la route de Bandundu, tantôt sur celle de Matadi, dans sa voiture blindée 4x4, prêt à redémarrer en toute vitesse au moindre bruit insolite! Le «raïs» se dit traqué et n’a plus confiance en personne. Ses réseaux russes, nous dit-on, l’auraient prévenu qu’un commando de Rangers américains noirs est à ses trousses pour l’abattre. Du coup, l’imposteur a déserté, sur conseil des experts semble-t-il, toutes ses résidences connues pour entamer une cavalcade nocturne qui va durer Dieu sait combien de temps.

Selon son proche entourage, « Joseph Kabila » verse chaque jour dans la paranoïa totale et les tracts de l’APARECO déversés il y a quelques jours dans la ville de Kinshasa au nez et à la barbe des services dits de « sécurité » n’ont fait qu’accentuer son sentiment de panique. Tous les collabos sont sous pression. Les agents des services sont soupçonnés d’avoir eux-mêmes couverts la distribution de ces tracts portant à la fois , le message des résistants et l’effigie du Président de l’APARECO. Cette action est vécue comme un véritable pied-de-nez puisqu’elle est intervenue au moment où Kanambe et les siens étaient censés avoir verrouillés tous les moyens de communications permettant de véhiculer des messages jugés subversifs par le régime en place (internet, sms,..).

D’autres larbins au service du rais en ont également pris pour leur grade. Les collabos Boshab, Mende, Lumanu et Kimbuta notamment sont accusés par Kanambe de l’avoir piégé et  ont été menacés .De même  les généraux Etumba, Kanyama et d’autres sont accusés de n’avoir pas maîtrisé la situation comme il l’aurait fallu. Kimbuta a  particulièrement reçu sa part de savon lui qui avait fait des fausses promesses en prétendant sa « totale maîtrise des kinois derrière le raïs».

Par ailleurs, les accords conclus discrètement  par « Joseph Kabila » avec Moïse Katumbi sous le parrainage de Paul Kagame sont catégoriquement rejetés par Janet et Zoé « Kabila » qui n’ont pas accepté le marché de céder le pouvoir à Katumbi sous garantis de Kigali et de Washington. Le staff rwandais de Kinshasa approuve en grande majorité la position jusqu’au-boutiste des Kanambe. Ils préfèrent la solution qui consiste à mettre la RDC à feu et à sang pour y installer un état d’urgence qui fournira toutes les raisons objectives de reculer sine die l’organisation du recensement et des élections. Kanambe aurait donc choisi la stratégie de ne pas signer l’ordonnance mais, comme à son habitude, il prendra son temps, comme il l’a fait pour la formation du fameux gouvernement que les Congolais ont attendu pendant un an.

Certains lobbies politiques à Washington qui connaissent l’existence de toutes ces alternatives et suivent de près ces tractations et ces tergiversations au sein de la kabilie, auraient même interpelé en coulisse, à ce sujet, certains leaders congolais de la prétendue « opposition politique », leur demandant de prendre leur responsabilité. Il est aujourd’hui évident que même les capitales occidentales hier complices du pouvoir d’occupation en RDC, ne croient plus du tout à une solution électorale, donc démocratique, de la crise dans notre pays. Seuls certains politiciens dits de l’opposition continuent de naviguer contre le courant de l’histoire, en bernant ceux des Congolais encore naïfs, avec des promesses de l’Occident qui garantira pour 2016 des scrutins réellement démocratiques ! Comme des autruches, ces politiciens préfèrent enfouir leur tête dans le sable de leurs illusions, et ignorer la réalité de l’occupation du pays.

Il n’y a pas pire aveugle que celui qui refuse de voir!

Paris , le 09 Février 2015

Candide OKEKE

L’OEIL DU PATRIOTE