Home | RDC | Politique | RDC : Attachez vos ceintures

RDC : Attachez vos ceintures

image

Le gouvernement de la RDC a pris l'option de réviser la constitution en prévision de prochaines échéances électorales et ce, en dépit d'incessantes dissuasions de la société civile congolaise, de l'opposition politique congolaise, de la diaspora congolaise et enfin de John Kerry, secrétaire d'Etat américain, des envoyés spéciaux des US, l'UE, de l'ONU, de l'UA respectivement Russ Feingold, Koen Vervaeke, Mary Robinson, Boubacar Diarra.

"Tout cela était prévisible. Un système dont le leadership adopte comme seul projet politique son maintien au pouvoir cherchera par tous les moyens à arriver à ses fins", a déclaré à l'AFP Albert Moleka, directeur de cabinet d'Etienne Tshisekedi, le président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), premier parti d'opposition du pays.

"C'est tout simplement révoltant", et "c'est d'abord un acte de haute trahison", a estimé Vital Kamerhe, président de l'Union pour la nation congolaise (UNC), interrogé par l'AFP. L'UNC est la troisième force de l'opposition par le nombre de ses représentants à l'Assemblée nationale.

MM. Moleka et Kamerhe réagissaient à l'adoption lundi par le Conseil des ministres d'un projet de révision constitutionnelle et de nouvelles lois électorales destinés à permettre l'organisation des élections à venir jusqu'à la présidentielle devant avoir lieu fin 2016. Le gouvernement n'a rien laissé filtrer du contenu précis de ces textes, se bornant à dire que la révision constitutionnelle ne toucherait que "quelques articles" de la loi fondamentale.

D'une manière générale, l'opposition estime que toute tentative de révision de la Constitution porte en elle le risque d'une modification plus importante susceptible d'aider M. Kabila à se maintenir au pouvoir au-delà de 2016, ce qui lui est actuellement interdit par la loi fondamentale.

Le gouvernement reproche aux détracteurs de M. Kabila de lui intenter des procès d'intention.

Suite à la révision constitutionnelle de 2011, une mascarade électorale a été orchestrée le 28 novembre 2011 et elle a plongé la RDC dans une crise de légitimité sans précédent. 

Aujourd'hui le pouvoir de Kinshasa foulant au pied les règles élémentaires de la démocratie, se lance dans une voie qui hypothèque la stabilité du pays, la vie et la sécurité des biens et des personnes vivant en RDC. 

La RDC va donc désormais traverser une période de très fortes turbulences. 

Attachez vos ceintures.

[avec Laurent Mutambayi]