Home | RDC | Politique | Kampala : La classe politique en RDC flouée

Kampala : La classe politique en RDC flouée

image

La République Démocratique du Congo est sommée de reprendre des pourparlers avec le M23 dans 3 jours ! Mais cette décision «suprême» ne s’arrête pas là, elle impose au gouvernement de la RDC un calendrier très serré : une conclusion devra être trouvée dans une période de 14 jours !  Et selon les indiscrétions, ces conclusions ont déjà été imposées par le Rwanda et l’Ouganda, et elles sont en plus appuyées par Madame Mary Robinson, émissaire des Nations Unies qui affiche ouvertement son penchant pour les agresseurs patentés de la RDC que sont le Rwanda et l’Ouganda. Les Conclusions de ces « négociations » déjà élaborées prévoient, comme on devait s’y attendre, trois grandes décisions : - Primo : l’amnistie de tous les responsables politiques et militaires du M23 ; - Secundo : l’intégration des responsables politiques et militaires rwandais du M23 au sein de l’armée, de l’administration et des institutions politiques de la RDC - Tertio : la cessation des activités militaires par le M23 (déjà gratifié de toutes ses revendications)! Le reste, c’est de la poudre aux yeux des congolais pour les endormir et les embrouiller. Comment peut-on à la fois prétendre « transférer les 700 éléments du M23 à la CPI » pour crimes de guerre , comme s’en vante déjà quelques médias kabilistes, tout en imposant au gouvernement de la RDC de poursuivre des pourparlers avec eux en vue d’aboutir à une conclusion dans 14 jours ? De qui se moque-t-on ?

«KABILA» a encore floué toute la classe politique congolaise à Kampala ! En signant la reprise des pourparlers avec le M23, «Joseph Kabila» a définitivement vidé les «concertations nationales» de leur substance.

Dès le premier jour d’ouverture du sommet des Chefs d’Etat de la CIRGL à Kampala, les masques sont tombés. Ce que redoutait  le peuple congolais du Kivu et de Goma en particulier est arrivé. Le piège qu’a révélé Monsieur Honoré Ngbanda autour de la mise en scène des «concertations nationales» maintes fois reportées vient de se refermer sur la naïve classe politique congolaise qui attend bêtement à Kinshasa le retour du «raïs» de Kampala pour démarrer les travaux et surtout, toucher les per diem!  

Dès ce jeudi 5 septembre à Kampala, sans débat apparent, selon les témoins présents aux assises, une décision des Chefs d’Etats des pays des Grands Lacs est tombée comme un couperet : La République Démocratique du Congo est sommée de reprendre des pourparlers avec le M23 dans 3 jours! Mais cette décision «suprême» ne s’arrête pas là, elle impose au gouvernement de la RDC un calendrier très serré : une conclusion devra être trouvée dans une période de 14 jours !  Et selon les indiscrétions, ces conclusions ont déjà été imposées par le Rwanda et l’Ouganda, et elles sont en plus appuyées par Madame Mary Robinson, émissaire des Nations Unies qui affiche ouvertement son penchant pour les agresseurs patentés de la RDC que sont le Rwanda et l’Ouganda. Les Conclusions de ces « négociations » déjà élaborées prévoient, comme on devait s’y attendre, trois grandes décisions :

· Primo : l’amnistie de tous les responsables politiques et militaires du M23 ;

· Secundo : l’intégration des responsables politiques et militaires rwandais du M23 au sein de l’armée, de l’administration et des institutions politiques de la RDC ;

· Tertio : la cessation des activités militaires par le M23 (déjà gratifié de toutes ses revendications)! Le reste, c’est de la poudre aux yeux des congolais pour les endormir et les embrouiller. Comment peut-on à la fois prétendre « transférer les 700 éléments du M23 à la CPI » pour crimes de guerre , comme s’en vante déjà quelques médias kabilistes, tout en imposant au gouvernement de la RDC de poursuivre des pourparlers avec eux en vue d’aboutir à une conclusion dans 14 jours ? De qui se moque-t-on ?

Et comme par hasard, dès l’annonce de cette décision, Bertrand Bisimwa, le chef politique du M23 qui était dans les coulisses de cette rencontre des Chefs d’Etat, est sorti de son trou pour annoncer avec arrogance : « La délégation du M23 est déjà sur place à Kampala. Elle est prête à négocier avec Kinshasa immédiatement» !

Les «concertations nationales» vidées de sa raison d’être par l’imposteur «Kabila»

Maintenant que Hyppolite Kanambe vient de flouer toute cette naïve classe politique congolaise en lui coupant l’herbe sous les pieds, le peuple congolais a les yeux tournés vers l’attitude qu’adoptera demain ceux qui clament haut et fort, la main sur le cœur,  qu’ils veulent aller aux «concertations nationales» pour garantir la paix et l’unité de la RDC. La puissante campagne entreprise par la résistance congolaise de la diaspora dénonçant les manœuvres sordides visant à tripatouiller la constitution en faveur de l’imposteur a payé. Cette campagne qui a été fortement relayée par quelques patriotes congolais à l’intérieur du pays a forcé Hyppolite Kanambe à lâcher prise et à abandonner le morceau. Du moins provisoirement. Du coup, les «concertations nationales » tant vantées ont perdu de l’intérêt pour lui. C’est à Kengo seul que risque de revenir les dividendes de cette messe des dupes, ont conclu les nègres congolais de l’imposteur rwandais qui pensent, parlent et écrivent pour lui. Quant à lui, il a simplement choisi de recourir à ses frères et mentors pour prendre de vitesse toute la classe politique congolaise en déplaçant le centre de décision à Kampala, vidant ainsi les fameuses «concertations nationales» de toute sa substance politique. Que feront maintenant les politiciens congolais?

Le leader de l’APARECO, Honoré Ngbanda, avait posé une question fondamentale à la quelle personne à Kinshasa n’a répondu jusqu’ici: « qui parmi les participants aux concertations nationales a le pouvoir d’ordonner l’arrêt des hostilités à l’Est de la RDC? ». Après un long silence, c’est  aujourd’hui que le peuple congolais a enfin la réponse à cette question : Ceux qui décident de la guerre et de la paix en RDC se trouvent en ce moment à Kampala autour de leur complice, «Joseph Kabila»!

Tous les politiciens congolais qui gesticulent et vocifèrent dans les médias de Kinshasa ne sont que des plaisantins ! Des pantins et des simples figurants dans l’échiquier des occupants de la RDC! Le peuple congolais a déjà perdu le contrôle de son pays à cause de leur cupidité et de leurs turpitudes. Il est donc temps pour que la jeunesse patriotique congolaise se dresse contre ces traitres à la nation qui ont consciemment bradé la souveraineté de tout un peuple et de plusieurs générations pour leurs appétits insatiables et égoïstes.

L’APARECO ainsi que toute la résistance congolaise suivent de très près les retombées de cette rencontre de Kampala et appellent tout le peuple congolais à redoubler de vigilance. L’ONU a rabâché les oreilles des Congolais en lui faisant croire que sa Brigade spéciale d’intervention rapide était là pour neutraliser par la force toutes les forces dites négatives qui pillent nos richesses et massacrent impunément nos frères et sœurs à l’Est. Et voilà qu’au moment où les soldats patriotes congolais, s’étant affranchis des ordres complices de «Joseph Kabila», ont courageusement repoussé les envahisseurs rwandais à la frontière, la même ONU, par la voix de sa représentante Mary Robinson, vient de briser cet élan en ordonnant, cachée derrière le sommet des Chefs d’Etat des Grands Lacs, l’arrêt des hostilités, tout en imposant une voie de sortie royale en faveur des rwandais du M23 qui seront intégrés demain par « Joseph Kabila » au sein de notre armée et de nos institutions politiques.    

Le temps de se plaindre est passé ! Le temps des débats creux et puérils est révolu ! La vérité est là sous nos yeux. Il nous appartient désormais de nous assumer pleinement. Commençons d’abord par nous-mêmes, c’est-à-dire par nos propres traitres au sein de notre classe politique et au sein de la résistance congolaise!

A suivre.

Paris, le 06 Septembre 2013

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE