Home | RDC | Politique | RDC : Le nettoyage des écuries s’impose au sein des institutions de la République

RDC : Le nettoyage des écuries s’impose au sein des institutions de la République

image

De grossières erreurs enregistrées jusque-là dans la gestion de la guerre dans l’Est du pays ne devront pas rester impunies. Les auteurs d’une stratégie contre-productive pour la République n’ont plus de raison de continuer à conduire les affaires de l’Etat. Les traîtrises, les compromissions et les détournements des soldes de militaires, tout comme les ventes d’armes aux groupes armés ont bénéficié de multiples complicités. Le chef de l’Etat doit s’armer de beaucoup de courage pour user de la « guillotine ».

Le nettoyage des écuries s’impose au sein des institutions de la République. Le chef de l’Etat, qui a expérimenté le degré d’engagement de certains de ses collaborateurs, se trouve confronter à la contrainte de se débarrasser des collaborateurs affairistes et véreux. Des cas comme celui du général Gabriel Amisi dit  Tango Four sont légion. Au sein des institutions, nombreux sont ceux qui flirtent avec les agresseurs et des forces négatives pour des raisons multiples.
 
Au-delà du simple flirt, des louches relations d’affaires sont nouées au point de rabattre l’intérêt supérieur de la nation en seconde position. Dans ces conditions, rendre les écuries propres devient une urgence nationale. D’autres « Tango Four » sont tapis à l’ombre dans les institutions et pourraient causer des torts plus importants à la nation.
 
Lorsque le pays est en danger, il ne sert à rien d’y aller de main morte, soutient un analyste congolais. Des mesures drastiques doivent se prendre en vue de sauver ce qui peut l’être encore. D’abord, stopper l’avancée du M23 qui induit la consolidation les lignes encore sous contrôle du gouvernement de la République. Une réorganisation dans les rangs passe par un passage au tamis de tous ceux qui détiennent une parcelle de responsabilité dans la gestion de la guerre. Ceux qui ont failli ne devraient plus se prélasser au sein des institutions, narguant tout un peuple humilié dans son amour-propre.
 
A l’unisson
 
De la même manière qu’il faut prendre le taureau par les cornes, à travers des sanctions à l’encontre des dirigeants défaillants. De la même manière qu’il revient au chef de l’Etat de construire un bloc intérieur avec l’ensemble des forces significatives du pays. A défaut d’une table rase constructive, la réconciliation reste la voie qui peut conduire à la requalification de la stratégie de lutte contre l’agression.

La classe politique, Majorité et Opposition, la Société civile et toutes les forces vives du pays peuvent se retrouver autour du président de la République pour des cogitations sur la question. Cela induit-il une refonte des institutions et une redistribution des cartes ? Serait-ce le prix qu’il faille payer pour que le pays retrouve son intégrité territoriale sans trop de casse et de frais ? La réponse est dans ce dicton populaire : « On ne fait pas d’omelettes sans casser les œufs ». Mise  ensemble, la nation, à travers ses représentants à divers niveaux, peut trouver des réponses.

« Aux grands maux, de grands remèdes», dit le sage. Rien ne sert à recourir aux demi-mesures qui, au final, n’apportent pas de solution durable. C’est le cas, notamment de cette hypothèse d’une négociation voire de simples contacts avec le M23, tout en se refusant de prendre langue avec la classe politique dans son ensemble.
 
Le pays gagnerait beaucoup à noyer les revendications du M23 dans une flopée de frustrations enregistrées de part et d’autre. La crise électorale du 28 novembre 2011, la composition du gouvernement Matata 1 et tant d’autres malaises méritent une attention particulière de la part du chef de l’Etat, le garant du bon fonctionnement des institutions de la République. Face à la menace de la partition du pays, une main de fer est nécessaire pour la reprise de la situation en infléchissant la tendance à la dérive totale pouvant conduire à une disparition intégrale des acquis importants. Tous les regards sont tournés vers le président de la République qui est rentré au pays dimanche en fin de journée, en provenance de Kampala où son agenda prévoyait de prendre contact avec le M23.

On tourne en rond
 
Kinshasa continue toujours à croire à l’option diplomatique, en œuvre au sein de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), pour la sortie de crise dans l’Est. Pour la cinquième fois consécutive, la RDC a répondu présente à Kampala, capitale de l’Ouganda, au 5ème Sommet de la CIRGL organisé sous l’égide du président Yoweri Museveni.

A la différence du précédent, le 5ème Sommet de la CIRGL traitant de la situation sécuritaire dans le Kivu s’est tenu dans un contexte tout à fait particulier, marqué notamment par la chute le mardi 20 novembre 2012 de la ville stratégique de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

La prise de Goma a été un coup dur dans la stratégie déployée par Kinshasa pour contenir la pression de la guerre dans l’Est du territoire national. Ce qui n’a pas été le cas pour le M23 qui, fort de ce succès militaire, est plus que jamais déterminé à faire plier Kinshasa. C’était évidemment le cas au dernier sommet de Kinshasa.

Pris en étau, Kinshasa n’a pas pu résister à la pression - ses digues ayant presque cédé avec la chute fatidique de Goma. Contre toute attente, Kinshasa a finalement accepté de négocier avec les rebelles du M23. Décision prise par les chefs d’Etat conviés au 5ème Sommet de Kampala qui a, en outre, sommé le M23 de quitter la ville de Goma qu’il occupe depuis une semaine.

De son côté, le M23 n’est pas prêt à se détacher de ce qui fait aujourd’hui sa force, c’est-à-dire l’emprise sur la ville de Goma. Il conditionne donc tout arrêt de sa progression à l’intérieur de la RDC aux négociations directes avec Kinshasa. Si les points de négociations n’ont pas encore été clairement fixés – le M23 ayant sérieusement revu ses ambitions au fil de ses succès militaires – Kinshasa part avec un sérieux handicap. Affaibli sur le plan miliaire, on voit mal Kinshasa arriver à imposer son point de vue dans ces négociations à sens unique.
 
Au sein de la CIRGL, non seulement qu’on tourne en rond depuis le 1er sommet sur la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC, mais c’est Kinshasa qui est une fois de plus tourné en bourrique. Il a longtemps évité les négociations directes avec le M23, espérant trouver gain de cause au sein de la CIRGL. Il n’a pas trouvé d’autres issues que se soumettre. C’est malheureux ! Qu’importe ! C’est le prix à payer quand on se sent faible. En fait, depuis le début, la CIRGL a cherché par différents stratagèmes à amener Kinshasa à négocier avec le M23. Ce qui devait, espérait-elle, disculper des pays tels que le Rwanda et l’Ouganda de toute implication dans la rébellion cette émanation du CNDP.
 
Elle a gagné son pari. Avec elle, Kagame et Museveni, cités par l’ONU comme principal soutien du M23, se trouvent dédouanés. Autrement dit, ils ne mériteraient plus de sanctions de la part des Nations unies. Dans tous les cas, il faut craindre que des négociations avec le M23 n’affaiblissent davantage Kinshasa, au regard de l’évolution de la situation sur le terrain. A tout prendre, la RDC serait mal partie pour sortir gagnante de ces négociations. A moins d’un miracle !

[Le Potentiel]