Home | RDC | Politique | PPRD : Ecarté BOSHAB pour préserver l'unité du parti

PPRD : Ecarté BOSHAB pour préserver l'unité du parti

image

Le Secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (Pprd) est victime d'une cabale dont les commanditaires se recrutent dans toutes les loges politiques. A la base de cette fatwa contre l'élu de Mweka, la grande redistribution des cartes qui pointe à l'horizon.

Pas facile d'être Boshab par les temps qui courent. Peu avant la proclamation des résultats partiels des législatives, le speaker de la Chambre basse faisait face à une campagne de dénigrement sur ses terres de Mweka. Au prononcé du verdict, les critiques contre Evariste Boshab se dégonflent et ses commanditaires s'en trouvent confus.  La population de Mweka, dans le Kasaï Occidental, vote massivement pour celui qui, cinq ans durant, n'a eu de cesse de partager ses joies et ses peines avec elle. Un quasi-plébiscite: 58928 voix! A ce jour, Evariste Boshab est le député le mieux élu du pays. Pas besoin d'être expert ès politique pour savoir que ce triomphe du coordonnateur du principal parti de la Majorité renforce sa légitimité. Et donc  maintient   le SG du Pprd au devant de la scène. La politique est ainsi faite. 

Au premier jour de 2012, un accident- hélas- mortel survient sur le boulevard du 30 juin. Un Boshab se trouve dans un des véhicules concernés par ce sinistre. L'accident cesse du coup d'être un accident! La campagne anti Boshab est relancée de plus belle. Puisqu'il y a un Boshab à bord de la Jeep, l'accident devient un fait politique. Le pauvre fils d'Evariste est victime du "délit" de nom. Quelque part en Europe, un autre enfant de l'élu de Mweka paie pour nom.

La politisation de l'accident n'a pas encore fini d'étonner les esprits équilibrés que Boshab Mabudj se trouve une fois de plus ou plus exactement de trop dans le collimateur de certaines officines. Cette fois-ci, on attribuerait au secrétaire général du Pprd le pouvoir de "nommer" ...des députés. Renversant.

Par quelle magie, Evariste Boshab se substituerait-t-il à toutes les technostructures de la Ceni pour suggérer des noms ? Par quel mécanisme, le Président de l'Assemblée nationale interférerait-il dans la compilation des résultats?

Le fait que précisément même certaines grandes figures de la Majorité -en ce compris le Pprd- passent à la trappe des urnes est une preuve par  l'absurde que Evariste Boshab n'a aucune prise sur le processus électoral.

A l'analyse, le secrétaire général du parti présidentiel est au centre d'une cabale politicienne dont les ressorts sont à trouver dans la redistribution des cartes qui s'annonce. Avec la réélection du Raïs, la première place du Pprd -quoi que victime du vote sanction- et  son score personnel, Evariste Boshab est en situation  d'être aux premières loges.

Cette perspective ne semble pas être du goût de ses détracteurs. Lesquels se recrutent dans toute la majorité et au sein de l'opposition. Ce sont donc tous ces tireurs embusqués qui paraissent décidés à barrer la route à l'icône de Mweka. Pour y arriver, tous les coups semblent permis. Y compris ceux en dessous de la ceinture. 

José NAWEJ