Home | RDC | Politique | RDC : Quand la fidélité de BOSHAB à «KABILA» dérange

RDC : Quand la fidélité de BOSHAB à «KABILA» dérange

image

Perçu comme le stratège qui, avec le concours de quelques membres du sérail, a réussi à déjouer tous les coups et complots contre Joseph Kabila au sein même de la Majorité, le secrétaire général du PPRD serait depuis un homme à abattre. Mais, pourquoi y a-t-il trop d’agitations autour d’Evariste Boshab? Les raisons, à en croire certains analystes, seraient multiples. D’abord, indique-t-on, jusqu’ici, Boshab passerait pour le député le mieux élu avec quelque 58.000 voix. Ce qui aurait poussé ses adversaires à chercher à créer des troubles à Mweka dans le but de l’humilier comme en 2006. Mais, ce complot aurait été déjoué.

Il ne serait nullement question de se creuser la cervelle pour comprendre ce qui se passe si l’élu de Mweka est juste la cible de certains opposants. Chose qui serait simplement normale de par ses incessantes contributions en faveur du Raïs. Mais, lorsque des flèches qui tentent de l’atteindre proviennent également du camp de la Majorité présidentielle, il y a vraiment matière à réflexion. Car, tout bien considéré, la récolte opérée jusque-là à travers les résultats partiels des législatives du 28 novembre 2011 donnant le PPRD largement en tête, ne semble pas plaire à certains caciques de la MP et aux transfuges du principal parti présidentiel qui en veulent à Evariste Boshab.

A travers Evariste Boshab, le Raïs ne serait-il pas ciblé? Cette question, bon nombre d’observateurs se la posent au regard des flèches qui ne cessent d’être lancées en direction du président de l’Assemblée nationale et secrétaire général du PPRD. S’agirait-il d’un vaste complot contre Boshab où même sa tête serait mise à prix à cause de sa fidélité à Joseph Kabila? Autrement dit, pour Kabila, Boshab serait-il en danger?

Car, les résultats partiels des législatives publiés jusque-là par la Ceni placent le PPRD en tête des partis en compétition pendant que le Raïs passe pour la cible de tous les coups politiques. Si les opposants, avec ou sans raisons, critiquent son action, au sein de la MP, où il est supposé avoir des alliés sûrs, des flèches empoisonnées ne semblent pas l’épargner. Mais, comme personne n’arrive à l’atteindre, parce que protégé par ses hautes fonctions et par sa position d’autorité morale de la MP, certains bonzes auraient juré de se défouler sur l’un des membres de son précarré, en la personne de Boshab.

Quand la fidélité de boshab à kabila dérange

Perçu comme le stratège qui, avec le concours de quelques membres du sérail, a réussi à déjouer tous les coups et complots contre Joseph Kabila au sein même de la Majorité, le secrétaire général du PPRD serait depuis un homme à abattre. Mais, pourquoi y a-t-il trop d’agitations autour d’Evariste Boshab? Les raisons, à en croire certains analystes, seraient multiples. D’abord, indique-t-on, jusqu’ici, Boshab passerait pour le député le mieux élu avec quelque 58.000 voix. Ce qui aurait poussé ses adversaires à chercher à créer des troubles à Mweka dans le but de l’humilier comme en 2006. Mais, ce complot aurait été déjoué.

A son avènement à la tête du PPRD, presque personne ne lui accordait assez de chances pour organiser ce parti. Mais, la grande politique de proximité dénommée «pas une parcelle sans PPRD» qu’il avait initiée, a vite démontré à quel point ce juriste congolais allait gagner son pari, celui d’implanter son parti sur toute l’étendue de la RDC et de restructurer ses organes. A travers des cellules de base, une autre politique portant la signature de Boshab, le PPRD a pu ainsi faire des projections électorales confirmées par la réélection de son initiateur, Joseph Kabila Kabange. Alors qu’en 2006, souligne-t-on, n’était ni en mesure d’estimer le nombre de ses élus, ni les chances de ses candidats.

Après le PPRD, la chambre basse. Elu le 18 avril 2009 en qualité de président de l’Assemblée nationale avec 329 voix, Evariste Boshab a clôturé la dernière session de la première mandature sur une note jugée plus que satisfaisante. En 2 ans et 8 mois donc, avec le concours des membres de son bureau et la détermination des députés de l’Opposition et de la Majorité, Boshab lègue à la nation près de 80 lois contre seulement 27 votées par le bureau précédent. Dès lors, la relance de la diplomatie parlementaire, des soins médicaux des députés à l’étranger et l’amélioration des émoluments ne viennent donc qu’allonger les réalisations de ce professeur d’université.

campagne de dénigrement à l’approche des grands enjeux

Mais, voilà qu’à cause de son oeuvre, Evariste Boshab est la cible d’un groupe de politiciens de la Majorité qui ne rêvent que d’abattre l’élu de Mweka pour sa fidélité à Joseph Kabila qu’ils auraient certainement souhaité voir perdre l’élection présidentielle ou réaliser un score moins appréciable afin de faire porter le chapeau à Boshab. C’est donc pour avoir échoué dans leur plan, soutiennent certains analystes, que l’on procéderait aujourd’hui à la comptabilité des défauts de Boshab ciblé, en réalité, pour sa loyauté au chef de l’Etat.

Avec les résultats partiels publiés par la Ceni, la tête de Boshab serait mise à prix parce que déjà perçu comme l’un des piliers du régime. En fait, l’avalanche d’agitations observées autour de l’élu de Mweka cachent mal la cabale visant à abattre un proche de Joseph Kabila. On tenterait ainsi d’empêcher à Joseph Kabila de gérer son nouveau quinquennat.

[FDA/ForumDesAs]