Home | RDC | Politique | Balkanisation de la RDC : Un complot contre l’unité nationale

Balkanisation de la RDC : Un complot contre l’unité nationale

image

Plusieurs schémas sont utilisés par des puissances mondiales qui veulent à tout prix voir ce géant de l’Afrique centrale perdre une partie de son territoire. C’est ce qui explique les guerres à répétition que le pays a connues depuis des années. Aux Congolais de s’unir afin de faire échec à ce que le pays ne soit pas morcelé.

La République démocratique du Congo est parmi les pays les plus vastes d’Afrique. Elle regorge d’énormes richesses tant du sol que du sous-sol. Raison pour laquelle, elle est l’objet de convoitise de tous ceux qui veulent accéder à ses richesses.

Comment y parvenir ? Plusieurs schémas sont utilisés par des puissances mondiales qui veulent à tout prix voir ce géant de l’Afrique centrale perdre une partie de son territoire. C’est ce qui explique les guerres à répétition que le pays a connues depuis des années.

Attisées à dessein, ces guerres ont pour but l’exploitation illicite des richesses nationales. Une autre raison et non des moindres à la base des conflits armés récurrents au Congo-Kinshasa, c’est tout simplement la déstabilisation des institutions légalement établies. L’objectif de cette démarche est de prouver à la face du monde que les Congolais sont «incapables» de gérer un si vaste Etat. Par voie de conséquence, il faut le démembrer.

Un regard jeté sur l’histoire de la RDC révèle que le complot de balkanisation est un schéma qui date de longtemps. Déjà vers les années 60, l’ancien Premier ministre, Patrice-Emery Lumumba, avait, à son temps, condamné ce plan. Sa célèbre déclaration : «Le complot est déjà fait. Le plan a été établi, celui d’imposer un gouvernement contre la volonté du peuple. La Belgique désire balkaniser le pays. L’éclatement du Congo c’est demain».

Comme on peut le constater, P.E. Lumumba avait déjà, à travers cette déclaration, démontré qu’il est nationaliste et qu’il n’entendait pas voir son pays divisé en deux.

Le même esprit nationaliste s’est manifesté en 1997 dans les propos de Laurent-Désiré Kabila, lorsqu’il demandait au peuple congolais de «ne pas trahir» son pays. Une façon pour lui de l’inviter à promouvoir l’unité nationale.

PRENDRE CONSCIENCE

La prise de position de ces deux héros nationaux abattus lâchement par les ennemis du Congo et de son peuple doit inspirer chaque Congolais. Surtout, quand on sait que la RDC est sur la liste des pays de l’Afrique centrale à balkaniser.

C’est pourquoi les Congolais et ses dirigeants doivent tout mettre en œuvre pour faire échec à ce schéma machiavélique. L’exemple du Soudan doit interpeller la population congolaise. Pour y arriver, l’unité nationale, la cohésion et la prise de conscience de tout un chacun sont des atouts non négligeables.

Il est temps que les Congolais prennent conscience du leadership continental de leur pays. Les écrits de l’écrivain français Jacques Attali sur cette question ne doivent pas être négligés. Car, ce penseur prédisait la disparition du Congo en 2020 dans «Une brève histoire de l’avenir, publié aux éditions Fayard, 2006».

Le peuple congolais ne doit pas perdre de vue que la RDC n’est ni à vendre, ni à effacer sur la carte du monde. Le plan de balkanisation du Congo-Kinshasa n’est pas souhaitable, car sa fragilisation aura des répercutions sur l’Afrique. A ce sujet : Jacques Attali écrit : «La constitution d’un Etat en RDC est la clé de l’avenir de l’Afrique toute entière». Cette prise de position rappelle celle du Martiniquais Franz Fanon qui, en son temps, avait déclaré : «L’Afrique a la forme d’un revolver dont la gâchette se trouvait en République démocratique du Congo». Sa prophétie est en train de prendre corps.

Aux Congolais de s’unir afin de faire échec à ce que le pays ne soit pas morcelé.