Home | RDC | Parlement | RDC : Speaker de l’Assemblée nationale croit encore au dialogue de «KABILA»

RDC : Speaker de l’Assemblée nationale croit encore au dialogue de «KABILA»

image

Les tergiversations enregistrées sur le parcours de l’organisation du dialogue national initié par le chef de l’Etat ne font pas désarmer le speaker de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku. Dans son discours de rentrée parlementaire de septembre en RDC, le président de la chambre basse s’est appesanti particulièrement sur les vertus du dialogue. Ordinairement consacrée à l’examen du budget de l’Etat, la session de septembre 2015 risque de voir ce volet de la mission du Parlement relégué au second plan. Toutefois, Aubin Minaku a eu des mots précis en direction du gouvernement de la République, notamment la promesse d’un examen approfondi du rapport de la reddition des comptes de l’exercice 2014-2015. En attendant, Aubin Minaku croit encore au dialogue. Fermement !

La Loi des finances 2015-2016 ne pourrait être examinée et passée au vote que si la chambre basse du Parlement passe au peigne fin l’exécution, par le gouvernement, du Budget de l’exercice écoulé. Le président de l’assemblée nationale, Aubin Minaku, l’a souligné, hier mardi 15 septembre dans son mot d’ouverture de la session ordinaire de septembre, essentiellement budgétaire.

Il sera, précisément, question, a-t-il fait savoir, d’évaluer la réalité de l’exécution du Budget de l’exercice 2014-2015, de mesurer les écarts éventuels, de constater les dépenses réalisées et les recettes encaissées. Ce, afin d’en tirer les conséquences. Car, a-t-il fait valoir, il y va de l’amélioration de la gouvernance financière en RDC. Cela, conformément à la Loi des finances.

Dans le cadre de la stabilisation macro-économique, a poursuivi le président de l’assemblée nationale, les efforts réalisés, à ce jour, sont à encourager. Seulement, il a déploré la répartition équitable du fruit de la croissance et le niveau bas de ressources financières mobilisées par le gouvernement. Situation qui entraîne la mise à mal d’un Budget costaud.

Le speaker de la Chambre basse du parlement a fait remarquer que la Loi des finances devrait permettre un partage juste et équitable de revenus. Le projet de cette Loi des finances devant être au service du peuple, a-t-il dit. Avant de relever le fait que les Congolais attendent, de l’assemblée nationale, l’amélioration de leur condition de vie, notamment par la lutte contre la pauvreté.

Bien que cette session soit essentiellement budgétaire, Aubin Minaku a saisi cette opportunité pour brosser succinctement la situation politique de l’heure, notamment le dialogue national. Lequel occasionne « des échanges intenses entre acteurs politiques ».

Pour lui, ce dialogue est nécessaire dans le souci d’avoir un processus électoral apaisé et crédible, conformément à l’article 87 de la Constitution. Seul le dialogue entre toutes les composantes de l’opposition et de la Société civile peut permettre à tenir compte des aspirations des uns et des autres, a-t-il avancé.

Aussi le speaker de l’assemblée nationale a-t-il invité tout le monde à privilégier l’intérêt supérieur de la Nation en regardant dans la même direction pour l’émergence d’une RDC forte à bâtir ensemble. « C’est pour cela que nous ne devons pas tourner le dos au dialogue », a dit, avant de conclure : « Puisse l’intérêt général de la Nation nous guider dans nos actions ». 

[O. Dioso]