Home | RDC | Parlement | Porter son pantalon sous les fesses : Une députée humiliée à l’Assemblée nationale de la RDC

Porter son pantalon sous les fesses : Une députée humiliée à l’Assemblée nationale de la RDC

image

Une députée a été humiliée en pleine plénière de l’Assemblée nationale jeudi 12 juin au Palais du peuple, parce que mal habillée, selon le jugement de ses collègues. Alors que la jeune dame s’apprêtait à parler au micro de la plénière, une clameur fervente mêlée de hues, s’éclata soudainement dans l’assistance (ses collègues). « Députée fashion », s’écria la foule qui a invité le speaker de la Chambre à appliquer le Règlement intérieur.

Interpellé par les cris de ses collègues députés, le président de l’Assemblée nationale n’a pas eu d’autre alternative que de se plier à la volonté de la plénière. Et, pendant qu’Aubin Minaku parcourait le Règlement intérieur pour éviter l’arbitraire, la demanderesse de la parole immobile sur le juchoir, regard hagard, donnait l’impression de ne rien comprendre de ce qui allait lui arriver dans la suite. Quelque deux minutes auront suffi. Aubin Minaku est bel et bien sur la disposition du Règlement intérieur, relative à la tenue exigée à tout député désireux de prendre la parole. Et la sentence n’a pas tardé. « La députée « fashion » tombe sous le coup de la loi et n’a donc plus droit à la parole ». 

Le verdict aussitôt prononcé, la pauvre députée moulée dans une robe tailleur et bras cassés, descend du perchoir. Mais ses pas semblaient se dérober, au point que la distance qui la séparait de son siège paraissait très longue. Dans la salle des Congrès, nombreux ont été des députés qui n’ont pas compris les motivations profondes de leur collègue qui, pourtant, n’est pas sans ignorer ce que dit le Règlement intérieur de leur chambre en matière de tenue vestimentaire.

Ici, le qualificatif « fashion » n’a rien à avoir avec le design. Bien au contraire. Dans l’argot kinois, le mot « fashion » renvoie justement à une façon particulière de s’habiller, incarnée par une jeune star de la musique congolaise moderne qui a réussi à influencer l’accoutrement de la jeunesse kinoise. Depuis, s’habiller « fashion » dans le langage des jeunes kinois signifie « porter son pantalon bas fesses ». Donc, une tenue à la limite acceptable sur scène. Malheureusement. Ce mode que certaines personnes considèrent comme une déviance sociale, a fini par séduire garçons et filles de Kinshasa. Moralité, on rencontre sur les campus des établissements d’enseignement supérieur et universitaire de la capitale congolaise, des étudiants « fashion ». Parfois aussi dans les églises. S’il est vrai que l’habit ne fait pas le moine, il est aussi vrai qu’on reconnait un moine par son habit. Si le ridicule pouvait tuer, ….. 

Laurel KANKOLE