Home | RDC | Parlement | RDC : Ras-le-bol de l'Opposition républicaine

RDC : Ras-le-bol de l'Opposition républicaine

image

Jean-Pierre Lisanga Bonganga et ses pairs de l'opposition dite républicaine s'agitent de plus en plus à l'approche de la fin de la session parlementaire de mars, période durant laquelle ils espéraient la constitution du fameux gouvernement de cohésion nationale. Comme les choses tardent à venir et ne viendront peut-être jamais, ils ne manquent plus aucune occasion, de manifester leur ras-le-bol.

Les derniers propos du Premier ministre Matata Ponyo lors de l'émission Internationale diffusée chaque dimanche sur TV5 et RFI leur ont servi de prétexte pour se mettre en vedette. Pour ce groupuscule aux contours flous, le chef du Gouvernement embarrasse le président de la République l'empêchant de former le Gouvernement de cohésion nationale dont ses membres espèrent faire partie.

Est-il logique et même sérieux de la part des politiciens qui se réclament de l'opposition de revendiquer des postes dans un gouvernement composé dans un système parlementaire ou présidentiel dont les ministres doivent provenir de la majorité au pouvoir ? Nous savons que notre classe politique n'est pas classée en ordre utile, mais il y a tout de même des limites qu'elle ne doit pas dépasser. Poser des actes qui vont à l'encontre des dispositions constitutionnelles du pays signifie qu'on n'est pas digne d'assumer les hautes fonctions dans ce pays.

C'est justement ce que fait l'opposition républicaine qui, après avoir pris part aux concertations nationales, s'attend à prendre part au partage du gâteau pour lequel beaucoup de Congolais avaient pris d'assaut le Palais du peuple, l'année dernière, autour de Kengo wa Dondo et Minaku.

Lorsqu'on se réclame de l'opposition à un pouvoir, on ne doit pas logiquement se battre comme un diable dans un bénitier pour faire partie de ce pouvoir dont on ne partage pas la vision. Mais aussi curieux et ridicule que cela pousse paraître, les membres de l'opposition républicaine font de courbette devant le président de la République pour intégrer le gouvernement à venir. Ils poussent le culot semble-t-il, jusqu'à exiger le poste de Premier ministre. Quelle honte !

En fonction de quel article de la Constitution un petit cartel de quelques politiques qui ne compte même pas dix députés à la chambre basse du Parlement, peut-il prétendre diriger un gouvernement soit-il de cohésion nationale ? Dans un tel scénario, quelle politique ce Premier ministre va-t-il mettre en œuvre ? Ça  serait tout simplement de la cacophonie dans le pays. A moins que l'opposition républicaine n'ait pour objectif que de conduire la RDC à un schéma. Quitte à en tirer des dividendes après.

Les Congolais sensés pensent que la meilleure approche pour les membres d'une frange de classe politique congolaise qui gesticulent aux côtés du président du Sénat, est d'adhérer simplement à la Majorité présidentielle (MP) afin de conforter cette famille politique. Agir autrement comme ils le font actuellement est tout simplement malhonnête et intrigant.

Dans son intervention sur une station de radio locale, celui qui se passe pour le fou du roi de ce groupuscule politique a laissé entendre que la formation du Gouvernement de cohésion nationale réclamée par les concertateurs nationaux " est une aubaine pour la RDC actuellement. Une aubaine pour ceux qui vont faire partie de ce gouvernement ou pour le peuple congolais ? Sommes-nous obligés de lui poser comme question.

Si ces gens-là sont réellement de l'opposition, ils devaient se préparer en toute quiétude à affronter les prochaines échéances pour une alternance démocratique. A défaut, c'est de l'aventurisme politique qu'ils font et cela ne les honore nullement.

Rombaut Ot.