Home | RDC | Parlement | Guerre aux Kivu : La Majorité Présidentielle doit dire la vérité au peuple Congolais

Guerre aux Kivu : La Majorité Présidentielle doit dire la vérité au peuple Congolais

image

La situation au Nord-Kivu est tellement grave que tous les Congolais de l'est à l'ouest et du nord au sud ont soif d'en finir une fois pour toutes pour que le pays puisse recouvrer son intégrité territoriale. C'est pourquoi, d'aucuns encouragent le pouvoir à  négocier avec ceux qui nous font réellement la guerre et non leurs marionnettes. A ce propos, lorsqu'il leur est donné l'occasion de débattre de cette question, les députés surtout ceux de la Majorité présidentielle (MP), ne doivent pas être complaisants. Il faut qu'ils disent la vérité au peuple et soulèvent des problèmes de fond au lieu de perdre le temps dans des futilités, parce que suivant les informations dont  nous disposons beaucoup de ces élus du peuple ont la double nationalité et jouent au cache-cache. Assis sur deux chaises, ils tiennent un double langage et ne sont là que pour brouiller les cartes.

Aujourd'hui ce qui intéresse plus le peuple c'est de connaître exactement les tenants et les aboutissants de cette guerre. Quelles sont ces revendications du M23 jugées légitimes par les pays de la région des Grands Lacs ? Selon les informations dignes de foi, la principale revendication des pseudos rebelles concerne la création d'une province distincte du Nord-Kivu. Cette nouvelle entité comprendrait les territoires de Nyirangongo, Rutshuru, Walikale et Masisi. C'est ça la vraie question que le fameux porte parole du M23 n'a jamais osé soulever sur la place publique parce qu'il est conscient que cette revendication ne repose sur aucune base légitime, étant donné que le découpage territorial ne se fonde pas sur des données ethniques.

Il reste maintenant à savoir si les élus du peuple sont conscients du danger qui guette la République lorsqu'ils siègent en séances plénière. Il ne faut pas qu'ils se préoccupent plus pour leur vedettariat  que pour la recherche des vraies solutions qui puissent aider le pays à sortir du bourbier. Bien sûr que le Premier ministre aura du mal à expliquer les revers de nos troupes au front s'il se présente devant la représentation nationale étant donné que les gestionnaires de l'Etat au quotidien ne disposent pas de tous les matériaux pour donner l'information nécessaire et fiable au peuple. C'est ici qu'on doit poser la question aux députés de savoir quel budget ils allouent à la défense nationale et aux services de sécurité ? Car sans moyens et équipements appropriés, que peuvent faire les militaires congolais face à l'ennemi ? Les députés surtout ceux qui sont  dans la MP doivent cesser avec la complaisance.

Par ailleurs, lorsque les pays de la CIRGL décident que les chefs d'état-major de l'Ouganda et du Rwanda soient aux côtés de celui de la RDC pour superviser la force internationale neutre, il y a là quelque chose d'irrationnel parce qu'il n'est pas compréhensible que les pays reconnus comme soutien du M23 soit associés à une telle opération. Il faut que le gouvernement congolais fasse très attention pour ne pas tomber dans le piège qui lui est tendu. Nous savons qu'en diplomatie les accords signés n'engagent pas obligatoirement ceux qui les ont conclus mais seulement ceux qui y croient. Dans l'avenir, la RDC doit éviter d'être dos au mur lors des négociations de grands enjeux.

Puisque nous devons nous retrouver en face de ceux qui nous font la guerre, il est souhaitable que le Parlement soit préalablement consulté pour que l'accord éventuel à conclure découle d'un consensus national. Qu'on appelle la prochaine rencontre entre le gouvernement et les insurgés, évaluation ou négociations, l'essentiel est qu'une solution rationnelle soit trouvée pour la fin de la guerre au Nord-Kivu. Cette solution n'est possible que si les uns et les autres sont sincères dans leurs déclarations. On  doit éviter le double langage, la trahison et les suspicions.  Tant que la vérité, bien que toute vérité n'est pas bonne à dire affirment certaines gens, n'éclate pas au grand jour, nous risquons de connaître dans l'avenir d'autres troubles à l'Est. Le moment est venu d'éventrer le boa pour que la RDC entre véritablement dans une ère de paix pour amorcer sa reconstruction.

Rombaut Ot.