Home | RDC | Justice | Phénomène Kulunas : Un procès à huis clos tenue à Kinshasa

Phénomène Kulunas : Un procès à huis clos tenue à Kinshasa

image

Une coalition d’une dizaine d’ONG de défense des droits de l’homme regrettent de ne pas avoir été associées aux procès organisés pour juger les bandits communément appelés « Kuluna » arrêtés au cours de l’opération regrettent de ne pas avoir été associées aux procès organisés pour juger les bandits arrêtés au cours de l’opération « Likofi » (coup de poing) lancée l’année passée par la police à Kinshasa contre ces bandits.

Ces Ong ont déclaré être aujourd’hui assiégée par les familles des présumés Kulunas arrêtés pendant l’opération mais dont on ne connaît pas le sort jusqu’aujourd’hui. 

Ces ONG, parmi lesquelles l’Asadho, l’ACIDH et les Amis de Nelson Mandela, indiquent avoir publié un rapport pour dénoncer des exécutions sommaires et des disparitions  sans trace des certains « présumés  banditsé ».

Pour en savoir davantage, elles ont rencontré mercredi 27 août le commandant de la police de Kinshasa qu’ils ont interrogé à ce sujet.

A en croire Grégoire Mulamba, porte-parole de cette coalition d’ONG, le général Kanyama a reconnu des dérapages dans la conduite de l’opération Likofi,  mais il a nié toute disparition de kulunas.

Le chef de la police de la ville de Kinshasa a indiqué que les bandits arrêtés ont été déférés devant la justice.

Qui sont ceux qui ont été déférés devant la Justice et « Qu’est-ce qui leur a été reproché ? », s’est interrogé Grégoire Mulamba sur Radio Okapi.

L’opération Likofi avait suscité une polémique. Plusieurs personnalités et organisations avaient déploré des exécutions sommaires et  extrajudiciaires ainsi que d’autres dérapages commis par les forces de l’ordre.

Le ministre de l’Intérieur avait même été interpellé à l’Assemblée nationale à ce sujet.