Home | RDC | Justice | RDC : La désignation de trois membres du Parlement à la Cour Constitutionnelle n’est pas consensuel

RDC : La désignation de trois membres du Parlement à la Cour Constitutionnelle n’est pas consensuel

image

L’UDPS et alliés rejette cette désignation, et dénonce "des méthodes rétrogrades visant à corrompre le fonctionnement démocratique de la République". Le premier vice-président de ce groupe, Fabien Mutomb, dénonce que le choix sur le Pr Vunduawe n’est pas consensuel : "L’unique point inscrit à l’ordre du jour consistant à la désignation de trois membres du Parlement à la Cour constitutionnelle n’a pas fait l’objet d’un traitement consensuel, surtout en ce qui concerne la représentation du prétendu membre de l’opposition".

La désignation de trois personnalités membres de la Cour constitutionnelle représentant le Parlement a suscité la réaction d’un député de l’Opposition politique, Delly Sessanga Hipungu. Ce dernier a salué la décision de deux chambres du Parlement réunies en Congrès à travers le choix porté sur le Pr Félix Vunduawe, le Pr Banyaku Lwape et Corneille Wassenda. Pour l’élu du territoire de Luiza (Kasaï Occidental), qui s’est confié à Radio Okapi, les trois personnalités désignées répondent bel et bien au profil et il ne doute pas un seul instant qu’elles pourront exercer leur fonction avec compétence et efficacité.

"Le Congrès, dans sa majorité, a statué tel que prévu dans son règlement intérieur et conformément à la Constitution. C’est une bonne décision, une avancée dans la démocratie. C’est pour la première fois qu’on va avoir une Cour dédiée totalement et uniquement à la Constitution". Delly Sessanga a plaidé pour que l’Etat soit doté des moyens nécessaires de sa politique pour qu’il soit capable de s’acquitter de sa mission car "l’avènement de cette nouvelle cour changera le mode de fonctionnement du pays".

Mais, l’UDPS et alliés n’entendent pas les choses de cette oreille. Or ce groupe parlementaire rejette cette désignation, et dénonce "des méthodes rétrogrades visant à corrompre le fonctionnement démocratique de la République". Le premier vice-président de ce groupe, Fabien Mutomb, dénonce que le choix sur le Pr Vunduawe n’est pas consensuel : "L’unique point inscrit à l’ordre du jour consistant à la désignation de trois membres du Parlement à la Cour constitutionnelle n’a pas fait l’objet d’un traitement consensuel, surtout en ce qui concerne la représentation du prétendu membre de l’opposition".

A ses yeux, comme dit plus haut, la convocation hâtive du Congrès sur une matière aussi sensible trahit des méthodes également rétrogrades visant à corrompre le fonctionnement démocratique de la République dans la perspective des échéances électorales à venir. Après la désignation par le Parlement de ces trois membres, six autres délégués devront provenir de l’institution " président de la République et du Conseil supérieur de la magistrature pour former une équipe de 9 membres. Pour rappel, la mise en place de cette future Cour constitutionnelle avait été annoncée en octobre dernier. 

[M. M.]