Home | RDC | Enseignement | RDC : Innovation de taille à la session 2013 de l'examen d'Etat

RDC : Innovation de taille à la session 2013 de l'examen d'Etat

image

La session 2013 de l'examen d'Etat qui a démarré par les préliminaires auxquels étaient soumis les candidats autodidactes continue son petit bonhomme de chemin. Le lundi 22 Avril 2013 sur toute l'étendue de notre territoire, les candidats étaient face à l'épreuve de dissertation. Et déjà on note une innovation de taille, celle qui fait que les finalistes des écoles techniques, pendant que leurs homologues d'autres sections seront face au jury oral, eux passeront le jury  pratique qui, lors des sessions passées, était relégué au dernier plan.

Cette décision  de faire passer le jury pratique des options techniques pendant que d'autres passent le jury oral est une innovation. Une innovation qui entre dans la droite ligne d'éviter du retard lors de la publication des résultats. L'on se souviendra que lors de la session 2012, pour ne parler que de cette session, à cause du retard enregistré lors de la passation et de la correction des épreuves pratiques des sections techniques, la publication des résultats pour ces sections est arrivée avec un mois de retard, avec comme conséquence que les résultats n'ont pas reçu le même accueil, le même engouement que ceux d'autres sections.

Cette innovation ne doit pourtant pas être la dernière, ce qui risquerait de faire croire aux autorités que tout est à présent parfait. Il faut d'autres innovations encore, de plus en plus d'innovations pour arriver à séparer le bon grain de l'ivraie, dans le dessein d'assainir le système de passation des tests et de publication des résultats à l'EPSP. Il faudra par exemple innover avec la qualité de la publication elle-même telle qu'elle est assurée par Vodacom.

A ce jour, beaucoup d'imperfections ont été stigmatisées, au nombre desquelles : le décalage de Vodacom et celui de l'internet pour le candidat ayant effectivement réussi ; un candidat donné par Vodacom comme ayant réussi mais dont le nom n'apparaît pas sur la liste à l'internet. De quoi se demander : pourquoi Vodacom doit-il confondre rapidité et précipitation ? Est-ce tout simplement pour flatter et ainsi s'attirer beaucoup de client parmi les finalistes ? A qui finalement profitent les fabuleuses recettes engendrées par les appels lors de la publication des résultats ? Voilà un dossier sur lesquels les honorables députés, peuvent se pencher pour aider à faire renflouer les caisses de l'Etat.

Une expérience à éviter

Des cas déplorables ont été enregistrés lors de la publication des résultats édition 2012, des cas parmi lesquels la douche froide infligée à certaines  écoles dont l'Institut  littéraire Mokengeli. A ce sujet, beaucoup de choses ont été dites, entre autres : l'examen de latin était très difficile ; les élèves de l'Institut littéraire Mokengeli avaient jeté des cailloux sur le bureau du chef de centre pour la contraindre à restituer les téléphones arrachés dans les salles pendant les épreuves.

En représailles, plutôt que de donner " néant ", ont révélé certaines indiscrétions dans les milieux de l'Inspection générale, on a décidé ce fameux 115/368, faisant beaucoup de victimes innocentes parmi lesquelles les meilleures élèves de cette école. A tous les recours introduits par les autorités de cette école, l'Inspection générale a réservé une fin de non recevoir. Il faut également innover de ce côté-là. Car, au fait, il n'y a pas eu quand même 243 téléphones arrachés dans les salles d'examen pour qu'il y ait tant de victimes. De quoi conclure que cette sanction n'est pas proportionnelle à la faute.

Une autre innovation à épingler ici concerne la mise en place des membres de jury oral et pratique qui doivent se dérouler à partir de ce mardi 23 avril. Chaque membre ayant, une semaine avant reçu sa notification, c'est une manière d'éviter les tâtonnements qui serait de nature à bloquer le déroulement du  travail. En dernier lieu, nous estimons pour notre part que le système actuel (choix multiple) auxquels les finalistes  sont soumis n'est, pas de nature à favoriser la formation intégrale de l'homme, cet homme qui soit utile à la société de la RDC, qui doit tout faire pour être un pays émergent.

Valentin Wakudinga