Home | RDC | Enseignement | RDC : Examen d’Etat édition 2012, un record jamais réalisé depuis 45 ans

RDC : Examen d’Etat édition 2012, un record jamais réalisé depuis 45 ans

image

C’est un record qui est battu. La publication des résultats de l’examen d’Etat 2012, moins de quinze jours après la fin des épreuves, est un record jamais réalisé depuis 45 ans, année du lancement de l’épreuve nationale.

La publication des résultats des épreuves de la session ordinaire de l’examen d’Etat 2012 a débuté le mardi 10 juillet. C’est-à-dire moins de deux semaines après la fin des épreuves, comme l’avait annoncé le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP).

A l’inverse de précédentes éditions - quarante-cinq au total -, c’est un record qui a été battu pour l’édition 2012. Cette performance se justifie par le fait que le pouvoir organisateur - entendez le gouvernement - a mis des moyens conséquents pour l’organisation des épreuves. Sans oublier la performance observée dans le chef des correcteurs pendant l’opération devenue informatisée depuis quelques années. Lors de l’édition précédente, rappelons-nous, la publication était intervenue quinze jours après la fin des épreuves.

Pour cette édition 2012, les premiers effectifs attendus étaient de l’ordre de 511 mille candidats, mais à la veille du début des épreuves le dernier pointage indiquait 506 candidats. A Kinshasa, il y a eu 90 mille finalistes qui représentaient 46% des filles contre 54% des garçons. Le nombre de filles enregistré dans les options telles les mathématiques, la mécanique, l’électricité et autres était moins important.

Les épreuves étaient organisées non seulement dans les centres situés sur le territoire national mais aussi hors frontières, c’est-à-dire dans quelques pays frontaliers à la République démocratique du Congo où fonctionnent des établissements scolaires dispensant le programme national d’enseignement (RDC). Etablissements qui sont fréquentés par des enfants réfugiés congolais. Il s’agit de la République d’Angola, de la République du Soudan du Sud, de la République du Congo et de la République Centrafricaine.

Comme lors des éditions précédentes, on a enregistré depuis la publication des résultats des épreuves pour l’édition 2012 des grincements de dents de la part des finalistes malheureux. Ils parlent de résultats différents entre le site du ministère de l’EPSP et ceux publiés par Vodacom, société de téléphonie cellulaire à qui le ministère a confié cette tâche, et qui sont à l’origine, selon eux, de leur incertitude.

[Fl. NL-NS/Le Potentiel]