Home | RDC | Echos des Provinces | RDC : Des autorités derrière les braquages sur la route Boma - Matadi ?

RDC : Des autorités derrière les braquages sur la route Boma - Matadi ?

image

Le sujet avait longtemps défrayé la chronique avec ce que l’on avait enregistré comme cas des braquages sur la nationale n°1, particulièrement sur l’axe Kinshasa et la périphérie de Kasangulu. Plus tard, ces cas   s’étaient délocalisés pour s’établir dans le Bas-Congo profond, sur le tronçon Matadi-Boma.

A l’époque, toutes les batteries, avaient été mises en branle, au niveau des services de maintien de l’ordre pour venir  à bout de ce nouveau type de gangstérisme. Cette criminalité avait fait l’objet de plusieurs spéculations, allant jusqu’à pointer du doigt certaines autorités arguant qu’elles étaient derrière, ces actions, d’autant plus que l’actuel pouvoir venait à peine d’entrer en fonction. Mais, tout cela n’avait été finalement que pures spéculations. Aucune preuve soutenant cette hypothèse n’avait été brandie.

Bien au contraire, le pouvoir en question s’était investi pour traquer, jusqu’à leurs derniers retranchements, ces fauteurs de troubles, auteurs de ce climat malsain. Mais auparavant l’on avait déploré plusieurs abus notamment des assassinats, comme ce fut le cas des religieuses catholiques, des containers déplombés dont les contenus étaient emportés et des vols de plusieurs biens de valeur.

Deux éléments avaient en ce temps, favorisé cet état  de choses.  Premièrement, l’état déplorable de la route avec ce qu’on avait connu comme bourbiers communément appelés  » Koweit « , obligeant de ce fait, les véhicules à rouler à petite vitesse et deuxièmement, la police qui n’était pas encore en ce moment précis performante. Ces deux lacunes semblent avoir été, aujourd’hui surmontées. En dépit du fait, que l’on enregistre encore par-ci, par-là quelques abus commis par des marginaux.

Néanmoins, le braquage était devenu un mot dont on n’entendait plus parler, sur la nationale n°1, en partant de Kinshasa jusqu’à Muanda. C’est plutôt à l’Est du pays en proie à l’activisme des groupes armés, que l’on arrive encore à parler sporadiquement de ces cas de braquage.

Le tronçon Matadi-Boma de nouveau ciblé

Les commerçants empruntant le tronçon à destination du marché frontalier de Lufu dans le territoire de Songololo, viennent malheureusement de tomber victimes de ce braquage qu’on avait déjà jeté dans les oubliettes.

Selon l’ACP qui en fait écho dans sa livraison d’hier mercredi, des hommes armés, non autrement identifiés, portant des cagoules ont attaqué des commerçants, au cours de la nuit de vendredi à samedi dernier. Le commissaire principal Sano, chargé des renseignements à l’état-major de la Police nationale congolaise (PNC) à Boma, s’en est plaint, note notre source.

Le récit, à ce propos, indique que le chauffeur du bus et ses passagers ont été surpris à la hauteur de Kizulu-Sangi par ces bandits qui, après avoir tiré en l’air et sur les deux pneus du véhicule, ont dépouillé les commerçants de leur argent en monnaies étrangères et en franc congolais en plus de leurs vêtements et autres biens de valeur. Aucune perte en vie humaine n’a été déplorée.

Tout compte fait, il y a, tout de même à déplorer que cette pratique ait refait surface. Cela étant dit, il importe que des mesures drastiques soient prises en urgence avant que cette pratique ne  fasse des  émules, et mette en difficulté les commerçants qui vont à Lufu en particulier et d’une manière générale mette en danger le trafic sur la nationale n°1 Kin-Muanda.

[Maurice Bakeba]