Home | RDC | Echos des Provinces | RDC : L'Equateur refuse d'accueillir les FDLR

RDC : L'Equateur refuse d'accueillir les FDLR

image

Le général Abdallah Wafy, a déclaré mercredi que les rebelles rwandais des FDLR qui ne veulent pas rentrer dans leur pays seront regroupés temporairement dans un camp militaire à Irebu en Equateur en attendant d’être envoyés dans un pays d’accueil. Des membres de la société civile et des députés provinciaux de l’Equateur ont exprimé leur opposition à la relocalisation des rebelles des FDLR dans cette province.

Le représentant  spécial adjoint du secrétaire général de l’Onu chargé des opérations dans l’Est de la RDC, général Abdallah Wafy, a déclaré mercredi 11 juin que les rebelles rwandais des FDLR qui ne veulent pas rentrer dans leur pays seront regroupés temporairement dans un camp militaire à Irebu en Equateur en attendant d’être envoyés dans un pays d’accueil. Depuis la fin du mois de mai, près de deux cents rebelles rwandais ont volontairement déposé les armes dans les provinces du Nord et Sud-Kivu.

« Pour ceux qui ne vont pas vouloir rentrer au Rwanda, les autorités de la RDC nous ont demandé, pour des raisons évidentes de sécurité, de les éloigner de la frontière pour les amener à l’Ouest de la RDC en attendant qu’on puisse trouver une destination finale à ces FDLR pour qu’ils puissent quitter la RDC », a expliqué le général Wafy.

Des membres de la société civile et des députés provinciaux de l’Equateur ont exprimé leur opposition à la relocalisation des rebelles des FDLR dans cette province.

Le numéro deux de la Monusco a appelé les habitants d’Irebu au calme, précisant que ces FDLR n’y seront relocalisés que temporairement.

Interrogé également à ce sujet, le porte-parole du gouvernement a fait savoir que cette relocalisation a été décidée par le gouvernement « après avoir consulté les structures spécialisées que sont les Forces armées de la RDC auxquelles a été confiée la tâche d’exécuter cette opération de désarmement volontaire des FDLR ».

« Il s’agit d’une opération militaire. Je n’ai pas souvenir que dans notre pays ou d’ailleurs dans quel qu’autre pays, les opérations militaires se discutent avec la société civile ou les notables », a souligné Lambert Mende.

Retour des FDLR

Le général Wafy a indiqué que la Monusco allait apporter son appui aux FDLR qui veulent rentrer dans leur pays.

« Il est extrêmement important de noter que dans le processus de désarmement volontaire, tous les éléments FDLR qui vont manifester le désir de rentrer dans leur pays, la Monusco va s’en charger », a-t-il affirmé.

Le représentant spécial adjoint de Ban Ki-moon en RDC a expliqué que des contacts avaient été établis avec les autorités rwandaises au sujet du rapatriement de ces rebelles.

« Que ce soit au Nord-Kivu, au Sud-Kivu, je peux d’ores et déjà vous dire que les contacts que nous avons avec les autorités Rwandaises, notamment avec la Commission nationale de rapatriement, ils n’ont aucune objection à ce que les procédures habituelles de rapatriement continuent », a-t-il fait savoir.

[RO/LP]