Home | RDC | Echos des Provinces | RDC : La situation sécuritaire demeure « volatile » et « imprévisible » au Sud d’Irumu

RDC : La situation sécuritaire demeure « volatile » et « imprévisible » au Sud d’Irumu

image

La situation sécuritaire est « volatile » au Sud du territoire d’Irumu, à cause des combats récurrents entre les FARDC et les miliciens du FRPI.

Une stabilité relative a été observée la semaine dernière dans le district d’Ituri. Cependant, l’environnement sécuritaire demeure « volatile » et « imprévisible » au Sud du territoire d’Irumu, compte tenu des combats récurrents opposant l’armée gouvernementale aux miliciens du Front de résistance patriotique d’Ituri (FRPI).

« En effet, entre les 1er et 6 septembre 2013, des accrochages sporadiques ont eu lieu entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les rebelles du FRPI dans certaines localités situées au Sud du territoire d’Irumu, notamment Sorodo et Kagaba », a déclaré dernièrement à Kinshasa le lieutenant-colonel Félix-Prosper Basse.

Face à cette situation, a-t-il poursuivi, la Force de la Monusco a mis en alerte maximale toutes ses bases opérationnelles déployées dans ce secteur ; dans le but de dissuader toute exaction contre les populations civiles et assurer leur protection.

« En outre, pendant la période sous examen, la Monusco et les FARDC ont mené sans répit leurs opérations conjointes dénommées « Iron Stone » (Pierre d’acier), « Eagle claw » (les serres de l’aigle) et « Tiger Punch » (Coup de patte du tigre), initiées respectivement le 20 octobre 2007, le 30 avril et le 23 juillet 2013 dans le district d’Ituri; dans le but de neutraliser les activités des miliciens du FRPI actifs dans la collectivité de Walendu-Bindi, de faciliter le redéploiement des troupes FARDC dans les régions situées au Sud du territoire d’Irumu et d’étendre l’autorité de l’Etat, afin de mettre un terme aux activités des forces négatives présentes dans le territoire d’Aru », a-t-il dit. 

Selon le lieutenant-colonel Basse, tous les postes opérationnels des contingents de la Force de la Monusco établis dans la zone de responsabilité de la brigade d’Ituri, notamment ceux du bataillon marocain, des 1er et 2ème bataillons bangladais, mènent des patrouilles motorisées et à pied dans le but de prendre en compte toute menace sécuritaire des groupes armés et d’assurer la protection des populations civiles.

« Le 3 septembre 2013, des échanges des tirs à l’arme légère entre les FARDC et les éléments du FRPI ont été rapportés à Sorodo, situé à 7 kilomètres au Nord-est de Bukiringi », a fait savoir Basse. Avant d’ajouter : « Le 6 septembre 2013, les militaires de l’armée congolaise ont repoussé une attaque lancée par les miliciens du FRPI contre leur position de Kagaba, situé à 20 kilomètres au Nord-est d’Aveba, et tué deux (2) d’entre eux ».

Auparavant, le lieutenant-colonel Basse avait déclaré que l’environnement sécuritaire en Province Orientale demeure sous le contrôle des forces onusienne et congolaise, suite aux opérations conjointes menées, notamment dans les districts des Haut et Bas-Uélé.

« En effet, la Force de la Monusco et l’armée congolaise poursuivent la conduite de leurs opérations conjointes dénommées « Rudia II » (Retour II), « Chuma Ngumi » (Poing d’acier) et « Bienvenue à la paix » dans les régions de Dungu, Duru et Faradje », a-t-il affirmé. Et de poursuivre : « L’objectif étant de neutraliser, mais également de pousser à la reddition les éléments résiduels de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) encore présents dans les districts des Haut et Bas-Uélé ».

Des soldats de la paix basés aux postes opérationnels de la Monusco de Dungu et Faradje, continuent d’assurer la protection des éléments du génie du contingent indonésien engagés dans la réhabilitation de l’axe routier Dungu-Ngilima, mais aussi du pont Moke.