Home | RDC | Echos des Provinces | Guerre en RDC : La société civile du Nord-Kivu en mission de lobbying et de plaidoyer aux Etats-Unis

Guerre en RDC : La société civile du Nord-Kivu en mission de lobbying et de plaidoyer aux Etats-Unis

image

Depuis la semaine dernière, les Représentants de la Société Civile du Nord-Kivu séjournent à Washington où ils ont rencontré les hautes autorités et les responsables des Organisations de la Société civile américaine. Jusqu’à ce stade, les principales cibles ont été atteintes: les délégués de la Société civile ont été reçus au Département d’Etat, à la Maison Blanche ainsi qu’au Senat américain. Avec les autorités américaines, outre la description du contexte sécuritaire à l’Est de la RDC, la Société civile a exhorté le gouvernement américain à obliger le Rwanda et l’Ouganda à respecter l’Accord-cadre signé en février à Addis-Abeba. Cela passe par l’arrêt de tout soutien au M23 et aux autres forces négatives, la livraison des criminels protégés en ces jours sur leurs territoires et la promotion des solutions politiques au sein de leurs Etats. La délégation de la Société a rappelé également que la grande puissance devait pousser la Brigade d’intervention de l’ONU à l’action offensive contre le M23, les FDLR et les ADF-NALU avant que la population ne soit tentée à s’en prendre à la MONUSCO qu’elle croit être budgétivore pour les Nations Unies et inefficace sur terrain. Ce qui devait interpeller les USA, importants contributeurs au sein de l’appareil de l’ONU.

La population du Nord-Kivu est excédée par la violence armée qui prévaut en ces jours dans cette province. 

C’est ainsi que la société civile du Nord-Kivu s’est résolue d’alerter la grande puissance du monde à travers une action de lobbying et de plaidoyer de grande envergure auprès de hauts décideurs de la politique mondiale.

Face aux multiples guerres, aux massacres à répétition ayant duré plus de 20 ans et dont l’ampleur des dégâts se révèle de plus à plus catastrophique sur le plan sécuritaire et humanitaire, le peuple ne sait plus continuer à avoir son mal à patience, une forte délégation de la société civile du Nord-Kivu conduite par Me Omar Kavota ,vice-

président et Porte-parole de cette structure, a été dépêchée d’urgence par les forces vives à Washington DC, capitale des Etats-Unis, pour expliquer le calvaire qu’endure les populations du Nord-Kivu aux autorités américaines.

Observant l’irrespect par le Rwanda et l’Ouganda, quant à la mise en application de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba et au regard de la passivité de la Brigade d’intervention de l’ONU qui tarde à déclencher l’action offensive contre les forces négatives au Nord-Kivu, la Société Civile est allée alerter les USA.

Depuis la semaine dernière, les Représentants de la Société Civile du Nord-Kivu séjournent à Washington où ils ont rencontré les hautes autorités et les responsables des Organisations de la Société civile américaine.

Jusqu’à ce stade, les principales cibles ont été atteintes: les délégués de la Société civile ont été reçus au Département d’Etat, à la Maison Blanche ainsi qu’au Senat américain.

Avec les autorités américaines, outre la description du contexte sécuritaire à l’Est de la RDC, la Société civile a exhorté le gouvernement américain à obliger le Rwanda et l’Ouganda à respecter l’Accord-cadre signé en février à Addis-Abeba.

Cela passe par l’arrêt de tout soutien au M23 et aux autres forces négatives, la livraison des criminels protégés en ces jours sur leurs territoires et la promotion des solutions politiques au sein de leurs Etats.

La délégation de la Société a rappelé également que la grande puissance devait pousser la Brigade d’intervention de l’ONU à l’action offensive contre le M23, les FDLR et les ADF-NALU avant que la population ne soit tentée à s’en prendre à la MONUSCO qu’elle croit être budgétivore pour les Nations Unies et inefficace sur terrain. Ce qui devait interpeller les USA, importants contributeurs au sein de l’appareil de l’ONU.

La Société civile du Nord-Kivu a attiré l’attention du Département d’Etat et de la Maison Blanche sur le terrorisme des rebelles ougandais ADF-NALU appuyés par des islamistes somaliens AL-SHABAAB en émergence dans le Territoire de Beni.

Elle a invité les USA à agir urgemment pour que soit endigué ce danger contre la RDC, la région des Grands Lacs et le monde entier.

Abordant les attentes de la population sur les missions de Mme Marry  Robinson et du Sénateur Franco, respectivement Envoyée Spéciale de Ban-Kin moon et Emissaire de Barak Obama dans la Région des Grands Lacs, la Société Civile s’est dite scandalisée par les tentatives de Robinson de vouloir imposer les négociations avec le M23, au détriment de l’éradication prônée par la résolution (de l’ONU)2098,  alors que la population attendait d’elle qu’elle pousse la Brigade d’intervention de l’ONU à l’action offensive et qu’elle  veille à la mise en application de l’Accord-cadre par les Etats signataires.

La Société civile a formulé le vœu de voir à Goma Mme Marry Robinson et surtout Mr Franco pour qu’ils puisent s’enquérir de l’ampleur du désastre.

Cette demande formulée à point nommé a été favorablement appréciée par Washington, car le gouvernement américain a promis que l’émissaire du Président Barak Obama et Marry Robinson viendront  début septembre en RDC et seront à Goma.

S’agissant des drones pour surveiller les incursions étrangères aux frontières congolaises qui sont toujours attendus par les Nord-Kivutiens, la Maison Blanche a rassuré  ses hôtes que ces avions sans pilotes arrivent à l’Est de la RDC en octobre prochain. Ce dont elle en a appelé la Société Civile à la patience.

Les autorités américaines au Département d’Etat comme à la Maison Blanche ont annoncé avoir pris bonne note des préoccupations de la Société Civile du Nord-Kivu et ont promis s’y atteler.

[Godé Kalonji Mukendi]