Home | RDC | Echos des Provinces | Guerre en RDC : Le Rwanda et l’Ouganda réarment les rebelles du M23

Guerre en RDC : Le Rwanda et l’Ouganda réarment les rebelles du M23

image

La situation sécuritaire reste inquiétante au Nord-Kivu, à la suite du soutien en hommes et en armes qu’apportent le Rwanda et l’Ouganda au M23. La Société civile en appelle à la Monusco, à la Brigade d’intervention de l’Onu et au gouvernement afin de prendre des dispositions urgentes.

Le Rwanda et l’Ouganda réarment les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23), ainsi que des groupes armés encore actifs dans les territoires de Nyiragongo et de Beni Nord-Kivu, a dénoncé, le mardi 30 juillet 2013,  le vice-président et porte-parole de la Société civile de la province, Omar Kavota.  Il a indiqué qu’à Nyiragongo, les rebelles du M23 ont reçu un appui important en hommes et en munitions de la part des forces de défense rwandaises (RDF).

« Le week-end dernier, des éléments de la RDF se sont déployés aux côtés du M23. On a enregistré d’importants mouvements, d’importants déploiements des éléments de l’armée rwandaise qui viennent en appui au M23 », a affirmé Omar Kavota.

Le but est de préparer un assaut sur les positions des FARDC dans ce territoire, précise-t-il. « Ils [les éléments de RDF] comptent assurer la connexion avec les éléments du M23 qui devraient venir de Rumangabo et de Rugari pour essayer d’attaquer de nouveau les éléments des Forces armées de la RDC », a déclaré le porte-parole de la Société civile du Nord-Kivu, cité par radiookapi.net.

Omar Kavota a aussi signalé la présence de l’armée ougandaise dans plusieurs villages et localités du territoire de Beni. « Nous avons des informations fiables qui font état de l’entrée des troupes de l’armée ougandaise de l’UPDF pour venir en appui aux milices locales encore actives dans le territoire de Beni », a-t-il ajouté. Omar Kavota qualifie cette situation de « très grave » qui nécessite l’entrée en action immédiate de la brigade d’intervention de la Monusco.

«La situation est très grave et les autorités au niveau gouvernemental devraient prendre des dispositions. Nous en appelons aussi à l’implication de la brigade d’intervention de la Monusco qui traîne les pieds alors que la sécurité des milliers des populations du Nord-Kivu continue à être menacée », a-t-il souligné.

Les observateurs trouvent que la situation sécuritaire du Nord-Kivu et, plus précisément de la ville de Goma, est explosive. Ils expriment beaucoup d’inquiétudes pour les populations civiles face au danger que représentent le soutien en hommes et en armes du Rwanda et de l’Ouganda au M23. Ils déclarent ne pas comprendre le comportement de la Monusco et surtout de la Brigade d’intervention qui ne réagissent pas aux menaces et aux attaques du M23, alors que le peuple congolais avait fondé son espoir sur leur intervention pour éradiquer les groupes armés de la RDC.